Archive for the ‘Jean-François Revel’ Category

Vendredi 21 Avril (Jean-François Revel)

avril 21, 2009


Vendredi 21 Avril [2000, note du webmestre]. Après 38 jours de grève, les facteurs niçois, ayant enfin réussi à « négocier » avec la direction, c’est-à-dire à imposer à celle-ci toutes leurs exigences, reprennent le travail. Mais ils trouvent intolérable que la Poste embauche pendant deux semaines quelques intérimaires pour aider à distribuer moins lentement les quelques 2 millions d’objets que les Niçois n’ont pas reçus. Ainsi les citoyens-contribuables attendront encore plus longtemps leur courrier. Les facteurs estiment qu’il revient à eux seuls d’assurer leur « mission de service public » !!

Grand révélation à la radio : depuis l’arrestation de Dutroux, ce pédophile assassin de petites filles, en Belgique, la police, la justice, les autorités belges sont plus vigilantes, la répression contre les pédophiles plus dure, si bien, disent les sociologues, qu’on peut parler d’une ère d’avant et d’après Dutroux. Est-il vraiment nécessaire d’avoir recours à l’immense savoir des sociologues pour faire un constat qui est à la portée de n’importe quel lecteur du journal du matin ? La poudre aux yeux scientifique, spécialité de la sociologie.

Ai-je bien entendu Mme Lebranchu, ministre de je ne sais quoi, exprimer sa « très profonde émotion » devant la mort « bouleversante » de la jeune femme tuée dans l’attentat de Dinan, tout en ajoutant que l’on peut, certes, s’en prendre à un symbole (le « Macdo », symbole de la mondialisation, de l’impérialisme américain) à condition d’épargner les vies humaines ? Elle trouve donc légal, républicain et légitime de détruire un restaurant à coups d’explosifs à condition qu’il n’y ait pas mort d’homme ? Il est urgent que Mme Lebranchu demande à sa collègue, la gardeuse des Sceaux, de lui offrir un exemplaire du Code pénal français

La dernière fois que j’ai vu Mario Vargas Llosa, le 27 mars dernier, lors d’un déjeuner chez Claude Imbert, il m’a apporté un exemplaire de son nouveau roman, La Fiesta del Chivo, qui vient de sortir à Madrid. Je l’ai emporté en Bretagne et j’en achève aujourd’hui la lecture.
L’histoire se déroule à Saint-Domingue, en partie durant la dernière année de la dictature de Trujillo, assassiné en 1961. Le dictateur est d’ailleurs l’un des deux personnages principaux du roman. L’autre est une femme de 49 ans, qui revient dans son île d’origine en 1996 après avoir vécu trente-cinq ans aux Etats-Unis. De prime abord, selon les canons de la critique contemporaine, rien ne semble plus vieillot que le roman historique. Mais, précisément, La Fiesta del Chivo n’est pas un roman historique, c’est un roman dont certains personnages se trouvent par ailleurs figurer également dans les livres d’histoire. Mais ils sont traités ici en personnage de roman. Non pas que Mario prennent [ NB: cette coquille figure dans l’édition originale, l’auteur du blog entend la conserver ainsi ] des libertés avec la vérité historique. Il s’agirait alors d’histoire romancée, ce qui est tout différent. Historiques ou non, les personnages sont pour le romancier d’abord des êtres humains, qui partagent cette qualité avec les personnages imaginaires qu’ils côtoient dans le récit. En même temps, rien de moins « classique » que la structure même de ce récit, la juxtaposition et le chevauchement des séquences, qui s’éclairent mutuellement sans que le romancier explique jamais rien de façon didactique ou pesante. Nul besoin d’explication quant l’art est présent. Les lecteurs peuvent avoir oublié ou n’avoir jamais su ce qu’a été la dictature de Trujillo – et c’est à coup sûr le cas de 90% d’entre eux – et néanmoins être portés par une puissance narrative qui ne doit rien qu’à elle-même. J’en veux donner pour exemple notamment le récit, étalé par petits paquets tout au long du livre, de l’embuscade nocturne grâce à laquelle une poignée de comploteurs de la liberté parvint à descendre Trujillo.
Et pourtant, le roman véhicule une leçon politique, jamais théorisée, seulement montrée : ce qu’est une dictature cruelle, complète, exercée sur un petit peuple d’à peine 3 millions d’habitants, une dictature où le despote peut tyranniser presque chacun de ses sujets pris individuellement. Une dictature pure, sans idéologie, sauf pour la frime. Le pouvoir absolu d’un homme, d’un tyran ne servant que lui-même, tel que le dépeint Xénophon dans De le tyrannie. Avec le même art, en demeurant dans la seule veine romanesque, Mario avait réussi, dans son Histoire de Mayta, à nous faire vivre intuitivement de l’intérieur ce qu’est le phénomène terroriste. Comment et pourquoi devient-on terroriste, même et surtout dans une démocratie ? Ce déploiement narratif et psychologique au niveau des êtres humains qui en sont les acteurs ou les jouets nous fait saisir la genèse et la nature des phénomènes politiques beaucoup plus profondément que bien des analyses politologiques. Le propre de l’art littéraire est en l’occurence de transformer en réalité dramatique autonome un phénomène politique qui dès lors passionne l’imagination même d’un public qui, a priori, s’en moquait tout à fait.
Sur le plan proprement historique, toutefois, la lecture de la Fiesta del Chivo m’a rappelé un fait que j’avais oublié. C’est que les Etats-Unis ont infligé et ont fait infliger par l’Amérique latine, dans le cadre de l’OEA (Organisation des États américains), des sanctions économiques qui ont fini par mettre à genoux la dictature de Trujillo, avant même que celui-ci ne fût abattu. Or celui-ci était un dictateur de droite et même d’extrême-droite, si jamais il en fut. Les sanctions qui le frappèrent furent beaucoup plus dure que l’embargo que les Etats-Unis (et seulement eux) devaient appliquer plus tard à Castro. Donc, il est faux de dire que Washington n’a cherché à « déstabiliser » que des régimes communisants et jamais des tyrans de droite.

Jean-François Revel, in Les Plats de Saison

Une constance de l’esprit humain (Revel)

septembre 20, 2008

La longue tradition, échelonnée sur deux millénaires et demi, des œuvres des utopistes, étonnamment semblables, jusque dans les moindres détails, dans leurs prescriptions en vue de construire la Cité idéale, atteste une vérité: la tentation totalitaire, sous le masque du démon du Bien, est une constante de l’esprit humain. Elle y a toujours été et y sera toujours en conflit avec l’aspiration à la liberté.

Jean-François Revel, in La Grande Parade

Mardi 13 Juin 2000 (Jean-François Revel)

mai 31, 2008

Mardi 13 Juin. Le nouveau président de la Ligue des droits de l’homme, Michel Tubiana, énonce, à l’occasion de sa prise de fonctions, les deux tâches principales de la Ligue aujourd’hui : la régularisation inconditionnelle de tous les sans-papiers et la lutte contre la mondialisation. Sans même relancer la discussion sur le bien-fondé intrinsèque de ces deux deux objectifs, on se demande comment l’ardent président ne voit pas qu’ils sont parfaitement incompatibles ? Rejeter la mondialisation, c’est, en effet, réclamer le retour à la fermeture des frontières. C’est donc exiger, à l’entrer de chaque pays, le rétablissement d’un contrôle très sévère, qui rendrait pratiquement impossible le flot actuel de l’immigration clandestine. Le principe de non-contradiction ne doit pas figurer dans les statuts de la Ligue.
La mondialisation n’est en tout cas pas le danger qui menace le plus la Corée du Nord. Et pourtant, elle a eu 3 millions de morts de faim en deux ans : la population y est passée de 24,5 millions d’habitants en 1997 à 21,4 millions en 1999. Et ce génocide alimentaire s’y poursuit, bien que le régime totalitaire communiste de Pyongyang soit, par habitant, le plus aidé du monde, juste devant Cuba, et avec des résultats aussi brillants. Mais la Ligue des droits de l’homme a évidemment de plus nobles sujets de méditation.
L’un d’eux pourrait être l’Afrique. J’écoutais, la nuit dernière, un reportage de Radio France Internationale sur Kisangani, en République « démocratique » du Congo. Les quelques 330 000 habitants de cette ville ont dû partir ou ont tenté de le faire pour échapper aux coups mortels des bandes armées qui depuis cinq ans sillonnent le pays et massacrent les populations. Ce sont des troupes venues du Rwanda, de l’Ouganda, de l’Angola ou du Zimbabwe, sans compter l’armée congolaise elle-même et les rebelles congolais qui veulent renverser le « président » Laurent-Désiré Kabila. Le plus gros des victimes appartient à la population civile, qui est soit exterminée , soit obligée de fuir dans des forêts impénétrables où elle meurt généralement de faim. Il est hors de question que l’aide alimentaire internationale puisse parvenir à ces pauvres gens; et les casques bleus de l’ONU ont été prestement éjectés par Kabila. Toute l’Afrique offre peu ou prou ce spectacle, celui de guerres entre États, l’Éthiopie et l’Érythrée par exemple, ou de guerre civiles, c’est-à-dire entre ethnies, avec les exterminations et mutilations de la Sierra Leone ou du Liberia, du Soudan méridional ou du Rwanda en 1994 ou du Burundi quelques années plus tôt? L’expression « violations des droits de l’homme » sonne presque comme un euphémisme pour désigner ces bains de sang permanents. Et c’est en vain que les fanatiques du politiquement correct s’évertuent à en attribuer à l’Occident la responsabilité. Sur le plan économique, il y a longtemps que l’Occident s’est détourné de l’Afrique et ne veut même plus y investir. Sur le plan politique, s’il est vrai que certains pays européens, comme la France au Rwanda, ont joué un rôle néfaste, il n’en reste pas moins que le moteur principal des génocides est autochtone. Entre les massacres dus au racisme intertribal et les dictateurs rapaces ou à demi fous qui pillent et minent méticuleusement leur pays, la pauvre Afrique est encore plus mal arrivée qu’elle n’était partie.

Jean-François Revel, in Les Plats de Saison

Vendredi 11 février (Jean-François Revel)

avril 13, 2008

Vendredi 11 février [2000, note du webmestre]. Depuis quelques semaines, les populations européennes se sont mises à exiger partout des baisses d’impôts. L’Allemagne vient d’en adopter une, assez subtentielle. La France en parle, mais ne le fait guère. En tant qu’écrivain qui, tous prélèvements additionnés, directs ou indirects, se voit confisquer, chaque année, environ les trois quarts de ses droits d’auteur, je me prends vaguement à rêver qu’on me soutirera peut-être 2 ou 3 % de moins. Mon revenu provient essentiellement de mon travail. Je n’ai jamais hérité, sinon des bribes qui n’ont pas modifié sensiblement ma situation financière. Gagner sa vie en écrivant n’est pas facile et, en tout cas, jamais assuré. L’emploi, certes, n’est pas garanti et il requiert non pas 35 mais plutôt 60 heures de travail par semaine. Voilà un État qui se prétend culturel, dans ce sens qu’il dilapide des milliards pour servir sa propre gloriole et couvrir ses amis politiques de prébendes à la destination douteuse et incontrôlée. Mais cet État, en même temps, dévalise les auteurs et les artistes qui ont le mauvais goût de pouvoir se passer de lui et vivre grâce à leur public.
Car l’État français, sans même avoir besoin pour cela d’être socialiste, n’aime que les citoyens et les entreprises qui dépendent de lui, auxquels il distribue l’argent public, en commençant par se le distribuer à lui-même. Il hait l’entreprise privée. Sa bête noire, son ennemi héréditaire, c’est le citoyen indépendant, qui gagne sa vie par ses propres moyens. Celui-là, il faut le punir de son arrogance, le soumettre à l’extermination fiscale, sans toutefois le faire entièrement disparaître, puisque ce serait tarir la source de l’argent que l’État redistribue à la partie de la nation qu’il entretient, fastueusement ou modestement selon les cas, et qui seule lui semble digne de considération.
C’est pourquoi je ne suis guère optimiste quant à l’éventualité d’une réforme fiscale qui soulagerait les revenus élevés du travail, définis par l’État français comme des « privilèges ». Les revenus élevés du capital, eux, ont déjà fui ailleurs ou vont le faire. Mais la plupart des contribuables aux revenus élevés issus du travail, des capacités personnelles et du talent sont bien obligés de rester en France. Ce sont eux, je le crains, qui continueront à payer pour tous les autres citoyens.
Seule une mutation dans l’opinion publique pourrait contraindre l’État français à une réduction des prélèvements obligatoires qui ne serait pas une entourloupette de plus. Cette mutation n’est pas impossible. Dans un article amusant du Figaro d’hier, Patrick Buisson, directeur du Centre d’information sur la politique et l’opinion, diagnostiquait une  » révolution souterraine dans l’électorat socialiste  » et la  » naissance d’une gauche… reaganienne « . Ce n’est pas de l’humour. Depuis peu surgissent dans les profondeurs socialistes une adhésion croissante aux valeurs sécuritaires et un rejet de la surpression fiscale. Mais n’oublions pas que l’assiette est tellement peu républicaine en France qu’à peine la moitié des ménages est assujettie à l’impôt sur le revenu et que 20 % d’entre eux en paient 80 %. Pourquoi la majorité des Français, qui en profite, voudrait-elle que l’on cessât de détrousser ces 20 %?

Chômage: le gouvernement français se rengorge parce que notre chômage a baissé de neuf dixièmes de point en un an. Il propose, une fois de plus,  » le modèle français  » à l’admiration de l’univers. Il oublie que la vraie question est de savoir pourquoi, malgré la croissance, notre chômage n’a pas baissé davantage. C’est grâce à ce miraculeusement ridicule  » modèle français  » que nous avons encore 10,06 % de chômage , tandis que les peuples dont nous professons qu’ils nous sont intellectuellement inférieurs en ont la moitié, voire moins. L’Autriche en a 4,2 %, la Grande-Bretagne 5,9 %, le Danemark 5,4 %, la Hollande 2,7 %, la Suède 5,3%, les États-Unis 4,1 %, la Suisse 2,65 % (d’après The Economist d’aujourd’hui) !

Jean-François Revel, in Les Plats de Saison

Ce fameux Islam "modéré" (Jean-François Revel)

février 3, 2008


Les deux mois qui ont suivi le déclenchement de la guerre islamo-terroriste contre la démocratie en général et les Etats-Unis en particulier auront été un banc d’essai fort intéressant et révélateur, puisque l’on a vu s’exacerber au cours de cette période les phobies et les mensonges de l’anti-américanisme traditionnel et du néototalitarisme.
Le plus épais de ces mensonges consiste, de la part des musulmans, à justifier l’islamo-terroriste en attribuant à l’Amérique une hostilité ancienne et générale à leur encontre. Or, dans le passé lointain ou proche, les Etats-Unis ont sans comparaison possible beaucoup moins nui aux pays musulmans que le Royaume-Uni, la France ou la Russie. Ces puissances européennes les ont souvent conquis, occupés, voire opprimés pendant des dizaines d’années et parfois plus d’un siècle. Les Américains n’ont en revanche jamais colonisé de pays musulman. Ils ne sont pas davantage hostiles à l’Islam en tant que tel aujourd’hui. Tout au contraire, leurs interventions en Somalie, en Bosnie, au Kosovo, de même que leurs pressions sur le gouvernement macédonien ont eu ou ont pour objet de défendre des minorités islamiques. J’ai rappelé plus haut qu’ils ne sont pas non plus la cause historique de l’émergence d’Israël, due à l’antisémitisme des Européens. La coalition de vingt-huit pays à laquelle ils ont fourni l’essentiel de sa force militaire contre l’armée irakienne en 1991 ne visait pas Saddam Hussein en tant que musulman, elle le visait en tant qu’agresseur. Cette coalition fut d’ailleurs formée à la demande de l’Arabie Séoudite, inquiète de la menace que représentait pour elle et pour tous les émirats le dictateur de Bagdad. On peut donc souligner qu’en l’occurence les Etats-Unis et leurs alliés ont défendu, là encore, un petit pays musulman, puisque l’Irak est en théorie laïc et puisque Saddam massacre volontiers à l’arme chimique les chiites du sud de son pays et les Kurdes du nord, eux aussi musulmans. Il est donc curieux que les musulmans américanophobes ne voient aucun inconvénient à ce que l’Irak, dont la population est majoritairement musulmane, attaque d’autres musulmans, l’Iran d’abord en 1981, puis le Koweït en 1990, selon les procédés de l’impérialisme belliciste le plus primitif. Aussi bien, en Algérie, depuis 1990, ce sont des musulmans qui massacrent d’autres musulmans. Combien il est étrange que les prétendus défenseurs des peuples musulmans n’en soient nullement scandalisés !
Les musulmans pourraient aussi éventuellement se rappeler qu’en 1956 ce sont les Etats-Unis qui ont arrêté l’offensive militaire anglo-franco-israélienne contre l’Egypte, dite « expédition de Suez ».
Un deuxième mensonge a été cultivé après le 11 septembre 2001, c’est le mythe d’un islam tolérant et modéré. Ce mythe est partagé en deux volets. Le premier relève de l’histoire des religions et de l’exégèse des textes sacrés. C’est l’affirmation selon laquelle le Coran enseignerait la tolérance et ne contiendrait aucun verset autorisant la violence l’usage de la violence contre les non-musulmans ou contre les apostats. Malheureusement, cette légende lénifiante ne résiste pas au plus sommaire examen du Livre saint de l’islam, qui fourmille, au contraire, de passaes faisant obligation aux croyants d’exterminer les infidèles. Dans les discussions à ce sujet, ravivées de plus belle après les attentats, de nombreux commentateurs rappelèrent cette vérité, en citant force versets l’illustrant et la démontrant sans contestation possible. Je citerai, entre autress, le livre de Jacques Rollet, Religion et Politique (1) ou encore l’article de Ibn Warraq, « L’Islam, une idéologie totalitaire » (2). Ibn Warraq est un Indo-Pakistanais, auteur d’un livre retentissant intitulé Pourquoi je ne suis pas musulman (3). Depuis la publication de son livre, il doit vivre caché (comme, depuis 1989, Salman Rushdie, l’auteur des Versets sataniques, ou la Bangladaise Taslima Nasreen, qui osa protester, en 1993, contre la condition des femmes en pays d’islam). Repéré, Ibn Warraq se ferait abattre par ses infiniments tolérants ex-coreligionnaires. Il transcrit un chapelet édifiant de sourates coraniques, par exemple celle-ci (sourate IV, verset 76): « Tuez les idolâtres partout ou vous les trouverez. » C’est d’ailleurs le pieux devoir que n’ont pas manqué d’accomplir les bons musulmans barbus qui, le dimanche 28 octobre 2001, à Bahawalpur, au Pakistan, firent irruption avec des mitraillettes dans un temple protestant où se déroulait l’office, tuèrent le pasteur et seize fidèles (quatre enfants, sept femmes et cinq hommes) auxquels s’ajoutèrent plusieurs dizaines de blessés graes, dont une fillette de deux ans. Il y’a, noyés parmis cent quarante millions de musulmans, environ deux milions de chrétiens pakistanais, catholiques ou protestants, qui ne peuvent évidemment être, ni de près ni de loin, fautifs des méfaits que les fous d’Allah imputent à l’Occident. C’est donc bien et uniquement en qualité d’infidèles que ces victimes innocentes ont été assassinées. D’ailleurs, Ben Laden venait de lancer le mot d’ordre: « Tuez les chrétiens !  » Il a été entendu. Peu après, il a tourné sa prunelle meurtrière contre Kofi Annan, le secrétaire général de l’ONU, qualifié par lui de « criminel ». A propos de « victimes innocentes », il ne m’est pas revenu que la gauche européenne ait versé beaucoup de pleurs sur ces chrétiens pakistanais.
Ce qui dicte la vision du monde des musulmans, c’est que l’humanité entière doit respecter les impératifs de leur religion, alors qu’ils ne doivent eux-mêmes aucun respect aux religions des autres, puisqu’ils deviendraient alors des renégats méritant l’exécution immédiate. La « tolérance » musulmane est à sens unique. Elle est celle que les musulmans exigent pour eux seuls et qu’ils ne déploient jamais envers les autres. Soucieux de se montrer tolérant, le pape a autorisé, encouragé même, l’édification d’une mosquée à Rome, ville où est enterré Saint Pierre. Mais il ne saurait être question de contruire une église à La Mecque, ni nulle part en Arabie Saoudite, sous peine de profaner la terre de Mahomet. En octobre 2001, des voix islamiques, mais aussi occidentales, ne cessèrent d’inviter l’Administration américaine à suspendre les opérations militaires en Afghanistan durant le mois du ramadan, qui allait commencer à la mi-novembre. Guerre ou pas guerre, la décence – disaient les bien-intentionnés – impose certains égards pour les fêtes religieuses de tous. Belle maxime, sauf que les musulmans s’en tiennent pour les seuls exemptés. En 1973, l’Egypte n’a pas hésité à attaquer Israël le jour même du Kippour, la plus importante fête religieuse juive, guerre qui est restée dans l’histoire précisément sous l’appellation la « guerre du Kippour ».
Le deuxième volet du mythe de l’islam tolérant consiste à soutenir hautement que le gros des populations musulmanes désapprouve le terrorisme, et au premier rang l’immense majorité des musulmans résidents ou citoyens des pays démocratiques d’Europe ou d’Amérique. Les muphtis ou recteurs des principales mosquées en Occident se sont fait une spécialité de ces assurances suaves. Après chaque déferlement d’attentats meurtriers, par exemple en France en 1986 et en 1995, ou après la fatwa ordonnant de tuer Salman Rushdie en 1989 ou Taslima Nasreen en 1993 pour « blasphème », ils n’ont pas leurs pareils pour garantir que les communautés religieuses dont ils ont la charge spirituelle sont foncièrement modérées. Dans les milieux politiques et médiatiques, on leur emboîte avec empressement le pas, tant la crainte nous étrangle de passer pour racistes en constatant simplement les faits. Comme le dit encore Ibn Warraq, « la lâcheté des Occidentaux m’effraie autant que les islamistes (4). »
Ainsi, le quotidien Le Parisien-Aujourd’hui, dans son numéro du 12 septembre 2001, publie un reportage sur l’atmosphère de liesse qui a régné durant toute la soirée du 11 dans le XVIIIe arrondissement de Paris, où vit une importante communauté musulmane. « Ben Laden, il va tous vous niquer ! On a commencé par l’Amérique, après ce sera la France. » Tel était le type de propos « modérés » adressés aux passants dont le faciès semblait indiquer qu’ils n’étaient pas maghrébins. Ou encore : « Je vais faire la fête ce soir car je ne vois pas ces actes [les attentats de New York et de Washington] comme une entreprise criminelle. C’est un acte héroïque. Ca va donner une leçon aux Etats-Unis. Vous, les Français, on va tous vous faire sauter. »
Ce reportage du Parisien n’a eu d’équivalent dans aucun autre organe de la presse écrite et fut passé sous silence par la quasi-totalité des médias. En tout cas, auditeur assidu, chaque matin, des diverses revues de presse radiophoniques, je ne l’ai entendu mentionner dans aucune d’entre elles, sauf erreur, ce 12 septembre.
Malgré l’imprécision des statistiques, on considère que la population vivant en France compte entre quatre et cinq millions de musulmans. C’est la communauté musulmane la plus nombreuse d’Europe, suivie, loin derrière, par celles d’Allemagne et de Grande-Bretagne. Si « l’immense majorité » de ces musulmans était modérée, comme le prétendent les muphtis et leurs suiveurs médiatico-politiques, il me semble que cela se verrait un peu plus. Par exemple, après les bombes de 1986 puis de 1995, à Paris, qui tuèrent plusieurs dizaines de Français et en blessèrent bien davantage, il aurait bien pu se trouver, sur quatre millions et demi de musulmans, dont une bonne part avait la nationalité française, quelques milliers de « modérés » pour organiser une manifestation et défiler de la République à la Bastille ou sur la Canebière. Nul n’en a jamais vu l’ombre.
En Espagne, des manifestations rassemblant jusqu’à cent mille personnes ont souvent eu lieu en 2001 pour honnir les assassins de l’ETA militaire. Elles se sont déroulées non seulement dans l’ensemble du pays, mais au Pays basque même, où les manifestants pouvaient craindre des représailles, quoique les partisans des terroristes y fussent effectivement très minoritaires, comme l’ont encore prouvé les élections régionales de novembre 2000.
Si, au rebours, les musulmans modérés en France osent si peu se manifester, la raison n’en serait-elle pas qu’ils savent que ce sont eux les minoritaires au sein de leur communauté et non les extrémistes ? Voilà pourquoi ils sont modérés… avec modération. Il en va de même en Grande-Bretagne, où l’on vit, en 1989, les musulmans, pour la plupart d’origine pakistanaise, se déchaîner pour hurler à la mort contre Salman Rushdie, mais où l’on ne vit aucun d’entre eux protester contre ces cris barbares. Après le 11 septembre, tel porte-parole qualifié des musulmans britanniques, El Misri, définit les attentats contre les World Trade Center comme des actes de « légitime défense ». Tel autre, Omar Bakri Mohammed, lança une fatwa ordonnant de tuer le président du Pakistan, coupable d’avoir pris positionen faveur de George Bush contre Ben Laden (5). Chacun a eu beau tendre l’oreille, personne n’a entendu la moindre foule « modérée » islamo-britannique protester dans les rues contre ces appels au meurtre, parcqu’il n’en existe aucune, pas plus qu’il n’y a de foule « modérée » islamo-française. La notion que « l’immense majorité » des musulmans fixés en Europe serait modérée se révèle n’être qu’un rêve, ce qui fut mis spectaculairement en lumière durant les deux mois qui suivirent les attentats contre les Etats-Unis.

1. Grasset, 2001. Voir les propos de cet auteur dans Le Point du 21 septembre 2001, n°1514.
2. Marianne, 24 septembre 2001.
3. L’Âge d’homme, 1999.
4. Le Figaro Magazine, 6 octobre 2001. Qu’on me permette de renvoyer sur ce point à mon livre Le Regain démocratique, op.cit., chapitre XIIe: « Démocratie islamique ou islamo-terrorisme ? « 
5. Voir « Londres, les forcenés de l’Islam », Le Point, 2 novembre 2001, n° 1520.

Jean-François Revel, in L’Obsession anti-américaine

Décès de Jean-François Revel

mai 2, 2006

Dans la nuit du samedi 29 au dimanche 30 avril 2006, monsieur Ricard est décédé des suites de problèmes cardiaques à l’âge de 82 ans.
Cet émerite ennemi du totalitarisme, que ce soit le nazisme quand il était résistant ou le communisme en tant que journaliste et éditorialiste restera dans nos mémoires comme un des plus brillants intellectuels de ce siècle: « Pourquoi des philosophes ? », « Ni Marx ni Jésus », « La Tentation Totalitaire », « La Grande Parade », « Plats de saison », « L’obsession anti-américaine ».

Ayant lu ces trois derniers livres, je ne cache pas mon admiration pour cet académicien brillant autant que plaisant.

Pour en savoir plus: chez Revel

  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA sur
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus sur (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus sur Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond sur Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups sur Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon sur 30 000 visiteurs!!
    Anonymous sur 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus sur Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z sur 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius