Archive for avril 2005

Gestion de l’ environnement par l’ Etat : le mythe du long terme

avril 30, 2005

Une des raisons les plus fréquemment évoquée pour justifier l’ intervention de l’ Etat dans la gestion de l’ environnement consiste à dire que seul celui-ci agit de manière désintéressée et avec une préoccupation du long terme ; les individus n’ auraient alors aucune conscience des réalités sur la durée et ne seraient mus que par leur sensibilité. C’ est là commettre une grave erreur et se méprendre sur la nature même de l’ Etat. Expliquons-nous:
L’ Etat, par essence, n’ est pas une entité libre et responsable au même titre qu’ une personne humaine, une entreprise ou une association (toutes deux fondées par contrat libre et volontaire). L’ Etat est une abstraction. Il n’ a pas d’ existence physique ou contractuelle. Il s’ impose à toutes les personnes (physiques ou morales) se trouvant sur le territoire national. De manière plus prosaïque, l’ Etat est composé d’ individus mus – au même titre que tous les individus – par des intérêts particuliers. On a dès lors beaucoup de mal à comprendre comment un petit groupe d’ individus (sensés représenter la majorité) ayant leurs intérêts propres, peuvent agir pour le bien de tous. Le problème se complique encore quand on sait que l’ objectif principal de la très grande majorité des élus est la réélection (quelques années tout au plus). L’ argument étatiste de « l’ Etat désintéressé et préoccupé par le long terme » ne tient plus :
-L’ Etat, par nature, ne peut être désintéressé, puisqu’ il est uniquement constitué d’ individus ayant des intérêts privés (Faut-il citer quelques affaires d‘ « abus de biens sociaux » ou d‘ avantages indécents pour s‘ en persuader ?).
-Pour la même raison, l’ Etat ne se préoccupe pas du long terme (quelques dizaines d‘ années), mais de la prochaine échéance électorale. Là encore, il n’ est pas besoin de démonstration, on se remémorera simplement les atermoiements de tous les gouvernements sur certains dossiers ou quelques « cadeaux ciblés » pré-électoraux.
« Mais alors, me-rétorqueront certains, si ni l’ Etat ni les individus ne peuvent prendre en charge le long terme, nous sommes donc condamnés à une lente agonie, du fait de la pollution et de la disparition des espèces animales et végétales ! ». Là encore, il n’ en est rien. Ce serait tout d’ abord considérer que le progrès mène inéluctablement à une destruction croissante de l’ environnement et l’ on pourrait alors dire avec Rousseau : « Tout homme qui pense est un animal dépravé ».Mais ce serait surtout se tromper sur la nature de l’ individu. Car dans un système libéral (c’ est à dire faisant confiance à l’ Homme et reposant sur les principes fondamentaux de liberté individuelle, de responsabilité individuelle, mais aussi sur une définition claire et forte des droits de propriété privée), l’ Homme adopte une gestion soucieuse du long terme. Prenons par exemple le cas d’ un propriétaire d’ une parcelle de forêt. Ce qui fait la valeur de son terrain, c’ est précisément la présence d’ arbres. Mais comme ce terrain lui a coûté une certaine somme, il veut en retirer un certain bénéfice : il exploitera donc sa forêt. Certains croiront qu’ il y là des intérêts antagonistes entre bénéfice et environnement. Au contraire, et comme l’ expliquait Frédéric Bastiat au XIX°s, les intérêts privés sont harmoniques. En effet, non seulement tout arbre coupé sera replanté mais et plus, ce sera l’ intérêt du propriétaire que de protéger sa parcelle de forêt. Ce dernier se comporte donc en gestionnaire responsable. Et même s’ il venait à couper tous les arbres de son exploitation, il aurait intérêt à la replanter immédiatement, même si un arbre met un siècle à pousser : le terrain prendrait ainsi de la valeur chaque année.
Ce n’ est donc pas l’ Etat qui est le mieux à même de gérer de manière responsable l’ environnement, mais bien les individus, à condition toutefois que de réels droits de propriété soient définis et respectés.

OGM : mettre fin aux obscurantismes

avril 30, 2005

La recherche sur les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) paraît grandement compromise en France. Du récent adossement du principe de précaution à la Constitution (ce qui fera par ailleurs l’ objet d’ un futur article) aux divers arrêtés municipaux interdisant leur culture, en passant par les fauchages sauvages de plusieurs champs, la France fait figure d’ exception en matière de recherche sur les OGM. Dans ce domaine peut-être plus qu’ en tout autre la désinformation s’ est largement mêlée à la vérité scientifique à tel point que 80% de la population française déclare craindre les OGM. Il est donc fondamental d’ œuvrer à la diffusion de ce que sont les résultats scientifiques prouvés. Dans un récent rapport, l’ AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire Alimentaire) écrit que, loin de nuire à la santé humaine, la consommation d’ OGM pourrait profiter à l’ organisme. Cela vient conforter l’ avis rendu en 2002 par l’ Académie des Sciences et de Médecine selon laquelle les bénéfices que l’ on pourrait tirer de leur usage sont supérieurs aux risques encourus. On ne voit désormais plus de raison objective de s’ opposer à la recherche, quand on sait par ailleurs que les rumeurs alarmistes concernant les OGM sont propagés par quelques agriculteurs extrémistes – José Bové en tête.
Il ne s’ agit pas ici de prendre position pour ou contre les OGM, mais de défendre la recherche sur les OGM, seul moyen efficace de démontrer une éventuelle nocivité. Un obscurantisme d’ ampleur sévit aujourd’hui et cela est éminemment dangereux pour plusieurs raisons :
-Interdire par la loi la recherche sur les OGM, ce serait reconnaître à la loi un devoir d’ ingérence en matière de recherche, c’ est à dire un devoir pour les hommes de l’ Etat de déterminer à priori ce qui pourrait être pernicieux, alors que seules des recherches sérieuses peuvent mettre au jour à posteriori d’ éventuels risques. Ce serait rejeter notre conception traditionnelle de la « liberté responsable » au profit d’ une « liberté présumé-coupable ». Et de là naissent de nombreux problèmes : l’ Etat serait désormais reconnu coupable d’ actions individuelles. Il s’ agit d’ un déni de responsabilité individuelle et l’ on pourrait désormais engager des travaux extrêmement risqués ; la responsabilité des dommages incomberait alors à l’ Etat qui n’ aurait pas exercé son droit (ou son devoir) d’ ingérence.
-Mais interdire les OGM, ce serait aussi reconnaître à la majorité le pouvoir de dicter la vérité scientifique. Galilée était en son temps le seul à démontrer que la Terre était ronde. Avait-il pour autant tort ? Ce sont ses recherches, libres, qui lui ont permis d’ arriver à cette conclusion. Mais il se verra malheureusement interdire par l’ Inquisition la publication de ses travaux. L’ humanité ne peut se permettre de stagner dans l’ erreur au nom de la majorité (ce que Tocqueville appelait la « tyrannie de la majorité ») et au mépris des minorités, à commencer par la plus petite d’ entre elles – la personne humaine. La science, répétons-le inlassablement, ne se décrète pas, elle se découvre grâce à la recherche libre.
On pourra me rétorquer que, même s’ ils ne sont pas dangereux, les OGM ne sont pas d’ un grand intérêt, puique l’ on mange déjà tous les jours à notre fin. Alors à quoi bon prendre le risque ? Certes, cette position est tenable, mais éminemment égoïste et anti-environnementale. Si les OGM ne représentent qu’ un enjeu économique (ce qui est déjà pas mal) au niveau européen, il y à des millions de vies humaines en jeu sur la planète : grâce aux OGM, on peut faire pousser des plantes avec beaucoup moins d’ eau et un ensoleillement intense (ce qui correspond aux conditions climatiques des pays d’ Afrique notamment). On peut également produire des céréales résistantes à certaines maladies ou à certains insectes (ce qui permettrait d’ éviter le ravage des récoltes et son corollaire – la famine.). Par ailleurs, les OGM poussent sans (ou avec beaucoup moins) d’ engrais, ce qui constitue un facteur important de progrès environnemental. En dernier lieu, les OGM pourraient aider à la médecine ou de grand espoirs sont notamment fondés sur la découverte d’ un traitement de la mucoviscidose. Alors qu’ aucun risque n’ à été démontré, on voit désormais que les OGM constituent un enjeu majeur pour l’ avenir dans de nombreux domaines.
Il importe donc de rétablir une vision libérale de la Liberté (la « liberté responsable ») et de mettre fin aux obscurantismes. C’ est l’ avenir qui en dépend.

Sommaire

avril 27, 2005

Voisi l’ ensemble des thèmes sur lesquels des articles ont déjà été écrits.

Accueil
News
Protocole de Kyoto
Marées noires
OGM
Etat et gestion à long terme
Déforestation
Paradigme des ivrognes
Propriété privée
Asséchement de la mer d’ Aral
Besoins de l’ Homme
Appauvrissement des stocks de poisson
Méthodologie étatiste pour éradiquer une espèce animale
Principe de précaution
Sécheresse, coupures d’ eau et PAC

Bonne visite !

Le protocole de Kyoto, ou " un moyen coûteux de ne pas faire grand chose".

avril 27, 2005

Ca y est !! Le protocole de Kyoto est entré en vigueur il y a quelques semaines ! Les Français auront pu aperçevoir Jacques Chirac sautillant de joie à l’ idée de régler une fois pour toutes l’ épineux problème du réchauffement climatique et des émissions de polluants. Notre propos ici n’ est pas de détailler ce protocole dont la complexité est extrème. Disons pour faire simple qu’ il s’ agit de revenir au niveau de 1990 pour nos émissions de gaz polluants (dioxyde de carbone, méthane, halocarbures, oxyde nitreux et hexafluorure de soufre). Mais la fête à été gachée et chaque Francais aura pu laisser échapper : « Maudits Américains, ce sont eux qui polluent le plus et ils ne contribuent pas à la baisse ». Je m’ insurgerai personellement contre la ratification d’ un tel protocole par la France.
Pour comprendre les raisons qui me mènent à cette position, il importe de prendre pleinement connaissance de quelques données essentielles. Tout d’ abord les résultats attendus : pour les experts les plus optimistes, l’ effet, sera de 0.06 °C de réchauffement en moins à horizon 2012. Inutile de préciser que d’ autres experts étalonnent leurs propositions entre 0.01 et 0.05 °C. Quel traité salvateur !!
Il est par ailleurs nécéssaire de préciser que ce traité est le plus couteux de l’ histoire : 150 milliards de dollars par an ! A ceux qui peuvent arguer que la sauvegarde de l’ environnement n’ a pas de prix, je réponds que la moitié de cette somme servirait à couvrir les besoins en eau potable, à fournir des soins de base et à donner une éducation à l’ ensemble de la planète . On se rend désormais mieux compte du gaspillage exorbitant que constitue la mise en place de ce protocole. En outre, on sait que l’ élévation du niveau de vie permet de faire naitre chez l’ Homme une préoccupation en faveur de la protection de l’ environnement. Bjorn Lomborg, un ancien membre de Greenpeace à donc bien raison de déclarer  » Le protocole de Kyoto est un moyen couteux de ne pas faire grand chose ».
Mais loin de céder au fatalisme, il est nécessaire de proposer une solution beaucoup plus lucide et efficiente : le progrès scientifique et technologique. C’ est la direction adoptée par Georges W. Bush et le motif principal de son refus de signer le protocole. Les sommes qui auraient été allouées à la réduction des émissions de gaz dans le cadre du traité le seront à la recherche dans l’ environnement. Si la démagogie n’ était pas le moteur de la politique, imaginez les formidables progrès auxquels nous serions promis en matière de technologies propres ! Loins de rester indifférents au problème du réchauffement climatique, les Etats-Unis ont eu le courage de le prendre à bras le corps et apporteront d’ ici peu aux signataires du traité de nouvelles technologies propres.
Le protocole de Kyoto bridera donc notre croissance jusqu’ en 2012, voire plus, et entravera le progrès scientifique, seul vecteur viable de réduction des émissions de polluants.

Accueil

avril 27, 2005

POURQUOI AVOIR ECRIT CE BLOG ?
Ce blog est né d’ une triple espérance. Tout d’ abord celle de faire taire les préjugés trop fréquemment associés au libéralisme pour permettre l’ émergence d’ un débat honnête, à contre courant de la pensée unique.
Celle ensuite de susciter chez le lecteur curiosité ou attrait pour les idées libérales et, par ce biais, contribuer à leur diffusion.
Troisième espérance enfin, celle de participer à la préservation de la planète, celle d’ assurer à tous les hommes ainsi qu’ aux générations futures un environnement sain et préservé.

LE CONTEXTE DE L’ ECRITURE DE CE BLOG
Le mur de Berlin est tombé, l’ URSS s’ est effondrée, sonnant le glas de l’ économie planifiée. Semblait alors se lire l’ annonce d’ un monde de paix, de liberté et de prospérité. Espoirs déçus : alors que nous les croyions au fond des eaux, et armés de leurs éternelles bonnes intentions – pacifisme, altermondialisme, tiers-mondisme, écologisme ou encore féminisme – les archaïques ressurgirent. Les droits de l’ Homme pour cible, la liberté dans le viseur, considérant l’ humanité non comme une fin, mais comme un moyen, ils tentèrent de se construire une nouvelle légitimité en pointant avec beaucoup de soin chacun des malheurs du monde, et créant au passage ce qu’ Hannah Arendt appelle un « ennemi objectif « , le néo-libéralisme. Pour lutter contre cet « ennemi objectif  » – caractéristique selon Hannah Arendt des régimes prétotalitaires – de nombreuses bonnes intentions ont été théorisées, à l’ image de l’ écologisme ou de l’ altermondialisme. Ce seront ces deux dernières qui seront au coeur de nos préoccupations.
Opposés à la modernité, irrespectueux de la personne humaine et de ses droits, les nouveaux archaïques ont inventé l’ écologie planifiée, moyen détourné pour réhabiliter la planification économique et la centralisation liberticides et annonciatrices de massacres humains colossaux. Contre la pensée unique, contre la désinformation, mais aussi pour la liberté, pour la responsabilité, pour la propriété, pour la modernité et pour l’ environnement, ce blog est né pour informer, mais aussi pour se faire force de proposition et de diffusion des idées libérales.
Ce blog se veut en outre accessible à tous. C’ est pour cela qu’il sera écrit dans un style clair et correct, mais non pédant. L’ extrême exactitude sémantique aura parfois été délaissée au profit de la clarté du message. Dans le même esprit, les références à d’ autres auteurs ne seront pas multipliées. La reproduction ou la diffusion d’ articles provenant de ce blog sont libres, à condition néanmoins d’ en mentionner l’ auteur et la provenance. N’ hésitez pas non plus à laisser des commentaires ou à m’ écrire pour être tenus informés des évolutions du blog. Toute question sera par ailleurs la bienvenue et la réponse sera envoyée dans les délais les plus brefs.
Puisse ce maigre ouvrage susciter chez le lecteur sinon une envie, du moins un attrait pour les propositions et les idées libérales !

  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA sur
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus sur (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus sur Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond sur Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups sur Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon sur 30 000 visiteurs!!
    Anonymous sur 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus sur Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z sur 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius