Archive for mars 2008

It’s dead, it’s dead !!

mars 18, 2008

Le drôle de jeu des intellectuels communistes (Claude Roy)

mars 14, 2008


On parlait encore très peu de psychodrames à la fin de cette année 1951. J’arrivai chez Claire, vers minuit, le soir de la Saint-Sylvestre, venant d’une fête « de famille », au réveillon de mon autre « famille », chez Pierre Courtade. Tout le monde était gai. Tout le monde était très ivre. « C’est toi qu’on attendait ! » dirent mes camarades. On m’expliqua la jeu. Jean Duvignaud disait alors que chaque époque invente « son » genre littéraire: les Grecs, la tragédie ; la Renaissance, le sonnet ; l’âge classique, les cinq actes en vers avec trois unités, etc. L’âge « socialiste » avait inventé « son » genre: le procès de Moscou. C’est au procès que les réveillonneurs, ayant un peu bu, avaient décidé de jouer. On n’attendait qu’un accusé. Donc que moi. Roger Vailland était déjà le procureur, Courtade le défenseur commis d’office. Je n’avais qu’à prendre place dans le box des inculpés. Je me débattis en vain, puis me soumis au jeu. Le réquisitoire fut implacable: j’étais coupable d’infractions à dix articles du Code : sabotage de la lutte idéologique, intelligence avec l’ennemi culturel, complot avec les espions cosmopolites, haute trahison philosophique, etc. Comme je voulus discuter au cours de l’interrogatoire, procureur, avocat, témoins à charge se fâchèrent. La plaidoirie de mon avocat fut terrible : j’avais droit aux circonstances atténuantes, c’est-à-dire qu’on me délivre du fardeau de la vie aussi promptement que possible. L’alcool aidant, la bouffonnerie devenait cauchemar, la parodie blessure. Au moment du verdict (la mort, bien entendu), deux femmes de l’assistance, dont la mienne, entrèrent en crise de nerfs. Tout le monde criait, pleurait, cherchait de l’alcali dans l’armoire à pharmacie, trempait des serviettes dans l’eau froide. Procureur, avocat, accusé se penchaient sur les convulsionnaires. J’étais le seul sans doute à ne pas être ivre. Je n’étais pas le seul à me sentir honteux.
Je n’en doute plus aujourd’hui: nous étions fous. Il y’ a peut-être un moment de l’esprit où la folie atténue les responsabilités. Mais, avant d’en arriver là, bien souvent l’aliéné n’est pas que quelqu’un que sa démence décharge du fardeau d’être responsable, mais celui qui choisit la folie pour échapper au nœud qui l’étrangle, mais qu’il n’ose pas trancher.
Notre aliénation n’était que la conséquence d’une aliénation historique. Nous rationalisions et intériorisions une démence plus générale.

Claude Orland dit Claude Roy, in Nous

Interview de votre serviteur par Lomig

mars 12, 2008

A retrouver sur l’excellent Expression Libre qui entre aujourd’hui dans mes liens, ici.

Je me permets de le retranscrire :

6 question à … Simon Aubert, de “Libre et Libéral”

Par LOmiG | 12 mars 2008

Simon AUbertOn reprend les interviews de blogueurs ! La dernière (celle de Candide) datait du 12 décembre dernier. Aujourd’hui c’est Simon Aubert, qui tient – entre autres – le blog Libre et Libéral, qui nous livre ses réponses aux 6 questions. Les réponses libres d’un blogueur sans concessions, prolifique et insaisissable.

Peux-tu faire un historique rapide de ton blog ?

Libre et libéral est né en juin 2005, -en pleine période d’examens universitaires (auxquels j’ai lamentablement échoué cette année d’ailleurs)- après quelques mois sur les forums de Liberté Chérie. La ligne éditoriale adoptée était alors assez éloignée de ce que vous pouvez y lire aujourd’hui, “libéral-néoconservatisme”, un esprit très “Republican Party”, éloge de la démocratie, “réformes” et tutti quanti. J’en suis revenu. Je rejoins l’équipe d’extrème-centre, en pleine période des caricatures de Mahomet. LL prend alors une orientation plus libertarienne, ou plus précisément “néo-libertarienne”: violemment statophobe mais toujours pro-war. Pléthore de projets suivent: la boutique Hardcore Libertarian Inside, la cyber-bibliothèque Aperto Libro, quelques participations sur Communisme History X, Désobéissance Civile (consacré aux services militaire et civils, aujourd’hui en suspens), et depuis quelques jours le blog musical Dissoundence en compagnie de Lorenzo Lokibi. J’en oublie certainement… J’entreprends quelques modifications début 2007, en changeant le design et en intégrant davantage de technologie web 2.0 tout en fustigeant l’onanisme de la blogosphère et le tout-technologie au détriment de l’originalité et de la qualité. Laurent Gloaguen cite cette note sur Embruns, ce qui me permet d’accéder à une petite notoriété pendant quelques semaines, dont je ne profite pas, LL étant excessivement peu mis à jour par manque de temps. ;)

Pourquoi blogues-tu ?

Je crains l’éphémère, l’oubli de l’Histoire, y compris récente. Tenir des chroniques sur tel ou tel évènement , ainsi que je concevais Libre et libéral à ses tous débuts, participe à cet “effort de mémoire”, la mienne du moins. Depuis, l’on peut voir deux autres dimensions : l’activisme (convaincre aujourd’hui pour vaincre demain) et la satisfaction de mon égo ( ce qui s’avère extrêmement fastidieux pour dire le moins).

Comment te positionnerais-tu sur l’échiquier politique ?

Je me positionnerais plutôt sur un échiquier anti-politique. Je suis libéral, de tendance libertarienne, objectiviste et anarchiste, quelque part entre Howard Roark, Charlotte Corday et Lysander Spooner.

Pour paraphraser Tristan-Edern Vaquette, j’veux être grand et beau, voir ma mie à ma main et la Gueuse à mes pieds et puis crever, pour tout linceul un Gadsden Flag. Un rêve très égoïste, en somme.

Quel est ton avis sur les réformes mises en œuvre par Sarkozy et le gouvernement Fillon ?

Quelles réformes ? Celles qu’ils abandonnent jour après jour ou celles dont il n’a jamais été question ?

Un ami me disait à son propos “Plus ça change, et plus c’est la même chose”… Pour ma part: “Plus c’est pareil et plus c’est pareil”. On change la tête de veau pour le bling-bling.

Quel est ton avis sur les pistes à suivre pour réformer le PS ?

Trois axes principaux: le chevenementisme franco-français et donc obsolète depuis toujours, le virage à gauche ou le virage libéral. Je ne crois en aucun des trois. A l’extrême-limite rassembler des sociaux-libéraux aux verts dans un vaste formation toute entièrement dédiée au compromis et à la bienpensance. Quant à une stratégie pour libéraliser le PS, ni les éléphants ni la jeune garde ni les électeurs ne le souhaitent.

Quel est ton point de vue sur l’Islam ? Penses-tu qu’il représente un danger pour la démocratie ?

Au risque de vous surprendre, je ne doute pas que l’islam soit miscible dans la démocratie. Une population majoritairement musulmane adoptera très certainement des leaders religieux. Cependant, je ne suis pas pour ma part démocrate, je suis libéral, je suis profondément athée et cette situation d’une France, d’un Occident sous un étendard frappé d’un croissant même si celui-ci est parvenu au pouvoir démocratiquement n’est pas pour me réjouir. Car le Coran est un autre Kapital, un autre Mein Kampf, un livre de guerre et l’islam est une idéologie dont le nom est sans équivoque : soumission. L’islam au pouvoir, c’est la mort pour moi, l’impie, la servitude pour ceux qui courberont l’échine sous le cimeterre. Et ils sont déjà nombreux qui réclament des concessions au nom de la paix, de la tolérance et de l’amour universel.

Un grand merci à Simon pour ses réponses très personnelles et directes. N’hésitez pas à réagir en commentaires, et/ou à aller visiter son blog Libre et libéral.

Addenda: Lomig me demande dans les commentaires de préciser davantage ma position sur l’islam :

Ensuite, j’aurais pu effectivement développé un peu plus: l’islam est miscible dans la démocratie, comme le gaullisme l’est ou le socialisme l’est: on trouve depuis quelques années des élus musulmans, certains tenants plus du simili-taliban qu’autre chose. Elus démocratiquement, donc. Je ne le conteste pas et je le reconnais. Cependant,il faut bien concevoir que si les musulmans ont le droit et doivent l’avoir de pratiquer leur culte (dans le respect le plus élémentaire de l’éthique), il n’existe aucune obligation éthique, morale de leur accorder le droit de vote ou le droit d’être élu. A eux comme aux socialistes, communistes, fascistes, etc. La démocratie ne possède en réalité elle-même aucun fondement éthique. L’on a trop confondu, je crois, les droits naturels (inutile de rappeler ici de quoi il s’agit, je présume ?) et les faux droits (le droit au respect ou à la tolérance, le droit à la représentation, le droit à des mosquées même puisque celles-ci se retrouvent financées par des mairies), qui sont à l’origine de toute tentative d’Etat, de pouvoir, de coercition. En d’autres mots, on compromet aujourd’hui au nom de la démocratie, la liberté de demain.

In Memoriam Bastien-Thiry

mars 11, 2008


Il y’a quarante-cinq ans jour pour jour, le 11 mars 1963, mourrait sous les balles gaullistes Jean Bastien-Thiry ( de son vrai nom Jean-Marie Bastien-Thiry ), un des derniers français dignes de ce nom. L’Histoire s’en souviendra comme l’instigateur de l’attentat du Petit-Clamart contre le Général de Gaulle. Véritable patriote et homme d’honneur s’il en est, il entendait ainsi mettre fin au désastre algérien et à la tyrannie du général. Il eut lors de son procès une déclaration dont on peut dissocier deux composantes: la nationale, républicaine et l’humaniste. Si tant est qu’elles me paraissent antagonistes et qu’en ce sens je ne peux souscrire à la totalité de ladite déclaration, je vous en propose quelques extraits, que l’on pourrait pour un peu lire comme libéraux, comme libertariens même:

Ces Musulmans avaient infiniment plus à gagner dans une véritable libération de l’individu et de leur personne humaine, libération effectuée dans la justice et dans la dignité d’homme, que dans une prétendue libération collective et nationale dont nous constatons aujourd’hui, et dont ils constatent eux-mêmes les funestes résultats.
(lire à ce propos cet extrait de la Défaite de la Pensée par Alain Finkielkraut)

À notre avis, c’est là un point essentiel et qui portait en germe tout ce qui allait suivre ; en prêtant, dans un but tactique, des serments qu’il n’était pas décidé à tenir, l’actuel Chef de l’État montrait qu’il était décidé à exercer son pouvoir envers et contre tout, en utilisant les moyens et les méthodes les plus cyniques et moralement les plus condamnables. J’ai d’ailleurs trouvé récemment dans un hebdomadaire qui avait groupé un certain nombre de bons mots gaullistes, la sentence suivante :  » Comme un homme politique ne croit jamais ce qu’il dit, il est tout étonné quand il est cru sur parole « 

Ces vues dénotent, à notre avis, en même temps qu’un sens personnel démesuré, une très forte imprégnation matérialiste et marxiste; car le sens de l’Histoire, le grand vent de l’Histoire, sont des notions matérialistes et marxistes ; il n’y a pas de sens de l’Histoire, il n’y a pas de vent de l’Histoire, car ce qui fait l’Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne, qui est vérifiée par tous les faits historiques, c’est la volonté des hommes, c’est l’intelligence des hommes, ce sont leurs passions bonnes ou mauvaises.


Pour réussir à imposer cette volonté, le Pouvoir, qui violait le sentiment national des Français d’Algérie, de la façon la plus contraire aux lois de la nature, a décidé d’employer tous les moyens pour briser la résistance nationale en Algérie ; et ces moyens ont le plus souvent été atroces. Les mensonges du Chef de l’État le conduisirent, comme c’était prévisible, au crime. Il y eut les rafles, les ratissages, les perquisitions. Il y eut de nombreux patriotes, hommes et femmes, torturés dans des conditions abominables, selon des méthodes analogues à celles de la Gestapo nazie. Face à la résistance des grandes villes françaises d’Algérie, des unités spéciales acceptèrent d’employer et de généraliser des méthodes que les troupes allemandes n’avaient que rarement utilisées pendant l’occupation, et que nos troupes elles-mêmes n’avaient jamais employées au cours de la répression anti-F.L.N. Le feu fut ouvert systématiquement contre des éléments civils non armés qui manifestaient pacifiquement leurs sentiments nationaux ou qui même ne manifestaient pas du tout; des femmes furent blessées ou tuées en allant chercher du ravitaillement ou en étendant leur linge à leur balcon; des femmes et des enfants furent blessés ou tués au fond de leur appartement ; la diffusion des documents relatant les conditions et les résultats de la fusillade du 26 mars à Alger, qui fit des centaines de victimes, fut interdite. Cette fusillade du 26 mars et diverses autres opérations menées contre les populations, ont fait plus de victimes que le massacre d’Oradour-sur-Glane qui fut, à la fin de la dernière guerre, cité comme l’exemple de la barbarie nazie. Cette répression inhumaine était exercée par des Français contre d’autres Français, qui ne luttaient que pour rester Français sur la terre de leurs pères. Elle restera dans l’Histoire le signe de l’inhumanité totale de celui qui l’a ordonnée.

Les liens d’amitié entre les dictateurs cubain et algérien sont connus. Ce qui l’est peut-être moins, c’est la synthèse islamo-marxiste qui est en cours de réalisation, avec l’appui du gouvernement algérien et qui s’exprime, par exemple, dans le livre  » Le meilleur combat  » rédigé par un ami intime du premier ministre algérien.

Les conditions sont donc réunies pour que le peuple français se retrouve un jour sous la férule d’un régime communiste ou crypto-communiste, sans même s’être bien rendu compte des différentes étapes qui auront été franchies pour en arriver là. Ceci sera le résultat de l’abandon des valeurs spirituelles, morales et nationales qui ont fait, dans le passé, l’armature de notre pays et dont le maintien devrait constituer la condition essentielle de survie nationale. Ceci sera le résultat de l’abandon d’un idéal de liberté et de dignité humaine, idéal qui se trouve inscrit dans les lois de la Nation, qui fut dans les traditions de la Nation et que le pouvoir politique a si cruellement bafoué en imposant sa propre loi aux Français d’Algérie.

En Métropole même, la majorité des citoyens est privée, par la dictature, d’un droit fondamental de l’homme libre en tant que membre d’une démocratie : le droit au libre choix en matière d’option civique et politique, qui suppose que chaque citoyen dispose de la liberté d’information, seule capable de lui fournir les éléments de jugement et d’information objective, nécessaire à l’exercice de ce libre choix ; or il n’est pas douteux que le pouvoir contrôle étroitement la majorité des moyens d’information du public. Si la presse est libre, théoriquement du moins, le pouvoir sait fort bien qu’elle ne touche qu’une faible partie du corps électoral : le tirage des journaux et l’assiduité des lecteurs sont dans l’ensemble nettement plus faibles en France qu’en Angleterre par exemple. Par contre, le gouvernement est maître de la radio et de la télévision d’État qui constituent les principaux moyens de pression sur l’opinion publique.

Les multiples messages et discours à la télévision de l’actuel Chef de l’État sont analogues et ont les mêmes buts que les harangues radiodiffusées de Hitler ou que les discours des dictateurs fascistes s’adressant aux foules depuis leur balcon. Vis-à-vis d’un public crédule et privé d’information, ils ont le même effet. Nous savons le rôle qu’ont joué la radio d’État et la télévision d’État dans la mise en œuvre de la politique algérienne, en particulier dans les référendums.

Le deuxième caractère de la dictature, ce sont les méthodes de police et de justice. Il existe des preuves que plusieurs dizaines ou centaines d’hommes libres qui se sont opposés au pouvoir en Algérie furent atrocement torturés ou acculés au suicide par des méthodes policières totalitaires employées sous la responsabilité d’hommes qui ont actuellement des postes de premier plan dans le régime. Nous-mêmes, dans l’affaire du Petit-Clamart, nous souhaiterons nous expliquer sur les conditions d’arrestation, de garde à vue et de détention qui furent les nôtres et celles de certains membres de nos familles. Nous souhaitons aussi que toute la lumière soit faite sur la mort tragique de notre camarade le Commandant Niaux. Ma présence dans ce box atteste l’efficacité des méthodes de garde à vue. Notre présence devant votre juridiction d’exception atteste les entorses faites aux principes judiciaires.

Enfin, un autre caractère de cette dictature, et que l’on retrouve dans toutes les dictatures, c’est la servilité extraordinaire dont ont fait preuve tant de personnes, en particulier, tant d’hommes politiques au service d’une politique qui est, de façon évidente, une très mauvaise politique nationale. Cette servilité ne peut s’expliquer que par l’existence d’un pouvoir dictatorial capable de forcer et d’orienter les consciences d’hommes faibles, intéressés ou déraisonnables.

La dictature gaulliste est donc, comme les dictatures hitlérienne et communiste, basée à la fois sur le contrôle de l’opinion, c’est-à-dire sur le mensonge et sur la violence, c’est-à-dire sur les méthodes de coercition appliquées aux opposants ; comme les dictatures hitlérienne et communiste, elle est basée sur le mensonge plus encore que sur la violence.

Que peuvent faire les hommes libres, les citoyens libres, qui ont constaté la réalité de la dictature et qui ont mesuré ses effets funestes et mortels pour l’ensemble de la Nation ou pour une partie de la Nation ? Ils doivent se rappeler que nous ne sommes plus au temps du régime de la monarchie absolue et que nous ne sommes pas au temps de l’autocratie ; il n’y a plus de bon plaisir du prince, il y a une Constitution, une loi républicaine ; si le Chef d’État transgresse cette loi, la Constitution donne aux citoyens le droit de résister au dictateur ; il y a dans la Constitution et dans les droits fondamentaux et universels de l’homme, un droit imprescriptible ; c’est le droit de résistance à l’oppression, le droit d’insurrection pour les minorités opprimées ; c’est ce droit dont M. Michel Debré disait, en d’autres temps, qu’il était aussi le plus sacré des devoirs. C’est au nom de ce droit, c’est donc au nom de la véritable légalité républicaine, transgressée par le pouvoir de fait, que le C.N.R. s’est constitué, et c’est au nom de ce droit, c’est-à-dire au nom de la véritable légalité républicaine, que nous avons réalisé une action de force contre celui qui s’est placé hors de la légalité. Car si le Chef de l’État sort de la légalité, il doit être taxé publiquement de forfaiture, et c’est ce qui a été fait par les plus hautes autorités de l’État ; si le Chef de l’État, étant sorti de la légalité, tue ou laisse tuer ceux qui sont sous sa responsabilité, ou s’il est responsable, et seul responsable, d’un désastre national, il doit être mis par la force, hors d’état de continuer à exercer son pouvoir de fait ; et c’est ce que nous avons essayé de faire, au nom de la loi.

Le droit de légitime défense existe, sur le plan collectif, contre les dictateurs et les tyrans, de même qu’il existe, sur le plan individuel, contre les voleurs et les assassins. En vertu de ce droit, nous pouvons et nous devons défendre nos frères spoliés et assassinés en raison de la politique et de l’action personnelle du dictateur.

Nous sommes pour l’Europe, car nous croyons que la France peut s’intégrer à l’Europe sans renoncer à rien de ce qui fut les gloires de son passé et de ce qui fait son patrimoine moral et spirituel. Nous sommes pour la communauté atlantique parce que nous croyons que, face à la menace permanente et écrasante de subversion communiste, le monde libre ne doit pas se laisser diviser et doit être entièrement solidaire de l’Amérique.

C’est à partir de la constatation selon laquelle le Général de Gaulle est coupable des crimes de forfaiture, de haute trahison et de complicité de génocide, que nous avons agi conformément aux possibilités que donne la loi. Nous croyons que cette action était juste ; car les mobiles de cette action sont ceux que dictent la morale, le droit et la raison humaine ; car la morale, le droit et la raison humaine s’accordent à reconnaître que la politique du Général de Gaulle est à la fois immorale, illégale, aberrante et infamante.

Les décisions qui ont été prises par le C.N.R. concernent uniquement l’action qui a été celle du Général de Gaulle depuis quatre ans ; sur ce qui a été fait par lui précédemment, je donnerai cependant une observation à titre personnel : c’est que les hommes de ma génération, qui n’ont pas eu à prendre parti dans les luttes internes et à se ranger dans les factions qui ont divisé ce pays au cours de la dernière guerre, se rendent compte que, à propos de certains événements qui se sont déroulés pendant cette guerre, des mythes ont été construits par ceux qui ont été les acteurs de ces événements et les profiteurs de ces mythes ; avec un peu de recul, les historiens pourront dire d’où a soufflé, à cette époque, le vent qui a divisé les Français ; les historiens diront aussi qu’après la Libération, l’union des Français de bonne volonté pouvait être réalisée dans la réconciliation, mais que cette union n’a pas été réalisée ; qu’il y a eu, au contraire, l’une des épurations les plus sanglantes de notre histoire, plus sanglante même que la Révolution française ; qu’il y a eu, au lieu de la réconciliation nationale, un retour en force des communistes au sein et à la tête de l’État. Je pense donc que l’Histoire fera justice de certains mythes.


Pour nous, nous avons agi contre Charles de Gaulle en tant qu’il est un citoyen, justiciable, comme les autres citoyens français, des lois de la Nation ; et en tant que ce citoyen est responsable d’innombrables morts et d’immenses souffrances ; en tant que ce citoyen est responsable chaque jour de nouveaux meurtres et de nouvelles souffrances ; et en tant que c’est notre droit, et que nous avons considéré que c’était notre devoir de défendre légitimement les victimes de ces meurtres et de ces souffrances.

Nous avons exercé le droit de légitime défense contre un homme, au nom de ses victimes, au nom de nos concitoyens et au nom de nos enfants; cet homme est ruisselant de sang français et il représente la honte actuelle de la France. Il n’est pas bon, il n’est pas moral, il n’est pas légal que cet homme reste longtemps à la tête de la France ; la morale, le droit et la raison humaine s’unissent pour le condamner. La vérité que nous avons dite, et que bien d’autres que nous ont dite avant nous, restera attachée au nom de cet homme, où qu’il aille et quoi qu’il fasse. Un jour cet homme rendra compte de ses crimes : devant Dieu, sinon devant les hommes.

Malgré les nombreuses divergences philosophiques, éthiques que tout libéral se doit d’avoir, de reconnaître avec Bastien-Thiry, l’homme n’en demeure pas moins l’un de nos derniers héros, un Charlotte Corday dont le courage ne se salue plus, en cette ère de lobotomisation bienpensante qu’en catimini.

Dernières publications sur Aperto Libro

mars 10, 2008

Aperto Libro

Au fait, c’est vrai que t’es pédé ?

mars 9, 2008


J’ai cru remarquer une constance toute féminine dans les quelques conversations que je peux avoir avec des demoiselles: le pédé est partout, omniprésent. Tel camarade de cours est pédé, elles en sont sûres, certaines. En sus, il n’est pas le seul, la moitié des « mecs » célibataires de leurs promotion est homo. La moitié supérieure, s’entend. Celle qui leur plaît, celle qui les séduit. On peut y voir une application de la Loi de Murphy à la sexualité. Ou tout autre chose. Car il existe des homosexuels, certes, enfin, pas en Iran comme le rappelait le subtil Ahmadinejad. Mais nous sommes en France, contrée de la dépravation sexuelle. Donc de l’homosexualité. Bon, j’avoue, je pérore, je provoque : j’ignore si l’uranisme relève du vice, de la maladie génétique, voire de l’archétype de la diversité plurielle ou quoi que ce soit. Et je m’en contrefiche. Les vices ne sont pas des crimes écrivait Spooner. Même quand certains vont jusqu’à se faire enculer par des Arabes, tels Renaud Camus, le marquis de Sodome des hammams marocains. Bref. Donc, oui, il existe des homosexuels en France. Quelques pour cents. Lesquels se trouveraient miraculeusement concentrés dans les classes de nos demoiselles. Elles en sont convaincues, vraiment. Et puis ils n’ont pas de dulcinée et une sensibilité sans commune mesure avec la norme du vil phallocrate nazi pas gay. Hein, vous n’allez pas prétendre que ce n’est pas un signe, tout de même. Le mâle hétéro se doit d’être nazi et phallocrate ou gauchiste (il se libère alors de la contrainte naturelle, carcan suranné en pratiquant le polyamour polysexuel, il est bi, par tolérance et ouverture d’esprit, c’est le summum du citoyen moderne). Et comme ces étudiantes sont trop délicates, trop timides pour oser un « Au fait, c’est vrai que t’es pédé ? »… Bon, certaines osent malgré leur honte et dans neuf cas sur dix, elles se sont fourvoyées magistralement car elles ne pouvaient pas même concevoir qu’on résiste au charme de la Sirène. Le reste, le type prétend qu’il est pédé pour ne pas être harcelé par un troupeau de harpies en furie. L’homosexualité devient un exutoire aux problèmes sexuels, à l’échec de la séduction. Untel ne cède pas à la minijupe, il est pédé et la demoiselle redouble d’attirance, d’entreprises toutes plus folles les unes que les autres, c’est un défi: le faire changer de sexualité, le remettre dans le droit chemin du con. Naturellement, une ficelle serait de faire courir des rumeurs, des bruits d’alcôves (ou de hammams donc) à son propre propos pour devenir désirable et feindre de succomber, le tout dans un pathos mélodramatique digne d’un feuilleton télé. Une idée à creuser, tiens… soyons fous..

Curriculum Vicié

mars 9, 2008

Il m’arrive de parcourir parfois des CV, notamment de chercheurs en Sciences Sociales. Un ami m’a signalé celui de Daniel Welzer-Lang, professeur à l’Université du Mirail (Toulouse). Je ne saurais résister longtemps à l’envie de vous en faire part sans vous en dire davantage.

CV de Daniel Welzer-Lang

Tout aussi connu celui de Geneviève Azam, starlette d’ATTAC.

Si vous avez d’autres exemples d’hystériques gauchisto-bienpensante en tête, je serais preneur.

Edit: à propos de DWL (A littéralement crever de rire)

  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA sur
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus sur (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus sur Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond sur Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups sur Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon sur 30 000 visiteurs!!
    Anonymous sur 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus sur Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z sur 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius