Archive for the ‘Pau’ Category

Les brèves pensées du jour

mars 17, 2007


. Le pouvoir au peuple, hurlez-vous? Le pouvoir à personne. Votre peuple n’est qu’un amas de veaux prêts à égorger le moindre Zarathoustra qui osera se dresser contre leur médiocrité et le socialisme rampant. Rien de plus vulgaire que cette masse et
ses idoles monstrueuses, les Moloch-Baal à qui l’on sacrifie les libre-penseurs.

.Gardez-vous bien d’imaginer que le socialisme vous permettra d’obtenir un toit, il n’offrit jamais que quatre murs, sans même une porte pour s’enfuir.

.Le progressisme, gangrénant à l’instar des « sciences sociales » la psychologie, vous a appris à considérer toute velléité hors du « bienpensant ultrasocial » grégaire telle une pathologie, voire telle l’étendard du ralliement au « réactionnariat » capitaliste, l’anté-progressisme par définition, celui qui préexistait et qui subsiste, tant bien que mal, pour le détruire.

.Le communisme promet des lendemains qui chantent, oui, mais bien davantage des requiems que l’Ode à la Joie.

Nous, les insoumis, ne sommes nullement opposés au sexe entre individus consentants mais nous refusons de nous faire sodomiser par des fonctionnaires à la verge ensanglantée, quand bien même certains y trouveraient un certain plaisir.

.Lorsque l’une de ces exécrables loques, vermine bolchevik ou canaille anarchiste, arborant fièrement un maillot Che Guevara vous crache au visage qu’il « n’est pas si favorable que cela à la violence gratuite », entendez par là non la voix du pacifisme mais de la violence payante: vous subissez et vous devez fournir à votre maître de quoi vous asservir.

edit
La nouvelle campagne de la Résistance:

Quant à l’Agglomération Paloise, elle semble manquer de lumières à défaut d’énergie (veuillez cliquer sur l’image):

Publicités

Le magazine municipal palois, "Pau, notre ville" …

août 31, 2005

Le magazine municipal palois, « Pau, notre ville »

J’ai retrouvé une pile de magazines municipaux distribués par notre chère mairie socialiste dirigée par le jeune André Labarrère (né en 1928 et maire depuis 1971) . Voici donc une liste des articles ( pour les numéros que j’ai pu récupérer).
Février 2003 : En couverture : « Le très haut débit simplement ». L’éditorial du sénateur-maire se concentre donc sur ce sujet et se poursuit sur les déjections canines. Quatre pages sont consacrées au projet haut débit dont le sous-titre marque l’humilité : « faire de Pau la Florence du XXIeme siècle ». Rien que ça ! Je précise que j’attend toujours le très haut débit dans ma rue. On a aussi droit à trois articles « sociaux »sur le Centre Communal d’Action Sociale, Béarn Toxicomanies et l’Association des Paralysés de France. Seules deux pages sont dédiées aux vrais infos de la mairie : le ramassage des déchets ménagers. « Pau, notre ville » évoque aussi l’histoire et les débuts de l’aviation. Le Carnaval Biarnès, cette monstruosité prend deux pages, tout comme le sport. N’oublions pas non plus en der de couv les inscriptions pour miss et mister Pau….
Avril 2003 : Ah la couverture nous promet quelque chose de plus intéressant, un dossier sur l’eau.. déception en ouvrant mon magazine : seules deux pages y sont dédiées, assez vides d’informations mais pleines de masturbation municipale (« la plupart des Palois savent que l’eau qu’ils consomment quotidiennement est l’une des plus pures mais également k’une des moins chères de France. Ce résultat est le fruit d’un siècle d’efforts, de réflexions et d’aménagements. » ben tiens). Les infos municipales (encore la collecte des déchets, les travaux, le nouvel accueil à la mairie) prennent trois pages, autant que le sport. Deux pages sont consacrées aux associations « sociales » « vivre ma ville » et Koala. La rénovation de la gare et sur une restauratrice de tableaux me surprennent un peu autant par le manque d’informations que par le celui de pertinence dans un magazine municipal.
Eté 2003 :Encore une page sur la collecte des déchets ( !) et une sur le Plan local d’urbanisme. Ostau Bearnes une association folklorique ravit deux pages, autant qu’un projet liant échec et internet ou que le Tour de France à Pau. Les animations « culturelles » de l’été ont droit à quatre pages. Autrement dit pas mal de vent. Heureusement ça ne s’arrête pas là. Sachez qu’on peut compter sur ses amis à la mairie de Pau. Le départ de la secrétaire de la première adjointe (Parti Socialiste) au maire arrive à prendre une page sur laquelle on peut notamment lire « des idées plein la tête, des envies plein le cœur » ou « un parfum de vraie femme » !! Nettement moins drôle, le budget de la ville est exposé brièvement : 138 millions d’euros au total dont 14,75 % viennent de recettes marginales ( ??). Répartition : 23% pour l’administration, 20% pour l’aménagement, 14% pour l’annuité de la dette (laquelle est en baisse, une bonne chose quand même), le social 12% et le sport 10% oui vous avez bien lu 10% pour le sport !.
Septembre 2003 : « Dossier » de deux pages sur l’Ecole Nationale de Danse et de Musique qui déménage dans l’ancien couvent des Réparatrices. Autre style, une page est consacrée à La Scène « haut lieu de l’animation culturelle paloise ». Pour y’avoir assisté à un concert, je dois avouer être plus sceptique.. Croyez-le ou pas on parle encore de la distribution des sacs poubelles. Une liste des travaux en cours est aussi établie. Les associations ont toujours leur place : Pau Béarn Cancer et Court-jus. On peut aussi remarquer que la journée du handicap prend une seule page alors que le sport en compte trois. On voit les priorités. Deux pages sont réservées au civisme, que l’on retrouvera parmi les grands termes abordés pendant la foire de Pau. La Sécurité civile a droit à une page, autant que Céline Seguin une lycéenne qui entre en terminale S et souhaite devenir styliste. La double page centrale est consacrée au très haut débit, un peu de science-fiction ne fait de mal à personne. Et là encore que retrouve-t-on comme titre ?? « Pau sera la Florence du 21eme siècle » ah quelle modestie mes amis !
Janvier 2004 : Cette fois-ci le « dossier » de deux pages s’intéresse à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Le carnaval Biarnès qui n’a pas gagné en intelligence depuis l’année dernière a toujours ses deux pages habituelles ornées de photos montrant l’archaïsme de cette fête. On reparle du plan d’urbanisme mais cette fois pour apprendre qu’un questionnaire va être distribué aux Palois. Ouf un peu de démocratie appliquée. On a droit à une page « civisme » barbante. Maintenant le côté amusant de ce numéro : les résultats du concours d’illumination de la ville, une opération qui n’a pas du participer à l’économie d’énergie tant voulue par les Verts, alliés du PS. Mais ceci ne saurait éteindre ma peine : aucun article, même petit n’est dédié au poubelles.
Mars-Avril 2004 : où l’on parle de l’aéroport Pau-Pyrénées particulièrement en forme grâce à .. Ryanair qui a transporté 40 000 passagers britanniques. La rubrique sur le plan local nous annonce que le centre-ville sera à terme piétonnier. La page d’à coté réservée aux « jeunes » s’intéresse à la carte jeune et à une école d’ingénieur en informatique. Pour les associations c’est « Pau à vélo » et un café associatif qui ont droit à la pub gratuite. De même pour les groupes « Blues and Trouble » ou « Pro Pau explicit ». Le magazine se met à la mode sécuritaire en vantant les mérites des « gardes promenades ». J’ai failli oublier le titre de l’éditorial « Pau, une des plus belles villes de France ». On n’est jamais mieux servi que par soit-même.
Mai-juin 2004 : Je vous en parlais le paragraphe précédent, le centre-ville est au cœur du dossier. On savait que le maire était un peu mégalomane (Zénith, Palais Beaumont, Palais des Sports….) mais là c’est le pompon : Rien de moins que changer la presque totalité du centre. Bon passons. Une fois n’est pas coutume, les lecteurs ont droit à une page sur Dehousse Industries pour un résultat toujours aussi vide d’intérêt. On trouve aussi quelques nouvelles du Pau Broad Band Country… quoique non il n’y a pas de nouvelles justement. Enfin on peut lire l’interview d’une représentante d’une minorité bafouée : les femmes. Bon, terriblement bafouée puisque il s’agit des femmes entrepreneurs, qui se sont regroupées. Pas bien compris pourquoi si ce n’est pour faire rire à leur dépens « s’il n’y a pas de concurrence avec les hommes, nous sommes différentes, à nous de montrer à quel point on est complémentaire ». Trêve de plaisanteries, tournons-nous vers des choses plus sérieuses : l’élection de miss et mister Pau, les trois pages sur le sport ou les déjections canines. Je vous rassure ce numéro contient quand même les infos essentielles sur le budget 2004 : 135 millions d’euros dont 31% pour l’administration, 19% pour l’aménagement, 13% pour le social, 7% pour le sport..
Septembre 2004 : Ah un numéro à la gloire des sportifs Palois à croire la couverture. Heureusement, ce n’est pas le cas hormis les deux pages habituelles. Sinon une liste brève : Conservatoire National des Arts et Métiers, village de l’emploi, visite à Dayton pour le centenaire du vol des frères Wright, la carte à puce pour les restaurants scolaires. Bref moins affligeant que d’habitude. Dommage.
Novembre-décembre 2004 : le dossier est consacré au Pôle de Santé. Pas grand chose de nouveau mais pour une fois on a droit à des chiffres. Pas mal de « culture » et de sports dans ce numéro. On parle aussi de l’amélioration de l’habitat, des hôtels du parc Beaumont et de la Villa Navarre, du social avec une visiteuse de prison. Non ce qu’on retiendra c’est l’article « un trio de choc » sur l’attelage (oui un cheval et un chariot comme à Vienne) chargé de la voirie.
Avril-mai 2005 : cette fois-ci une bonne tranche de rigolade : un dossier sur le développement durable (du blabla sur 4 pages) avec juste après… 3 pages sur les sports mécaniques. Sinon le reste n’est pas passionnant : PauWeb TV, un atelier de théâtre, un groupe de jazz, le Sida, et l’amélioration de l’habitat du grand centre ville. Ah si : les photos des travaux place Clemenceau : les fouilles archéologiques avancent.
Juin 2005 : Le dossier (une page de texte sans intérêt) s’intéresse au patrimoine palois. Et ils appellent ça un dossier enfin.. Deux articles sont consacrés à des artistes, des « nouvelles » (excusez le terme) du Plan local d’urbanisme, une page sur les crottes de chien (ça nous manquait beaucoup, n’oubliez pas qu’il faut être « citoyen »),.. et l’élection de Miss et Mister Pau. L’intérêt de ce numéro réside plutôt dans les deux pages consacrées au budget : 142 millions d’euros. A noter la petite ruse, on ne met plus les pourcentages mais les montants en K€. Pas grave. Un rapide calcul nous donne : 26% pour l’aménagement, 25% pour l’administration, 8% pour le social et 9% pour le sport.
Eté 2005 :dernier numéro reçu. Au vu du nombre de pages dédiées aux festivals, concerts, animations « culturelles », on se demande si on est vraiment en train de lire un magazine municipal. Le sport tient toujours autant de place. La fête des voisins, un autre sujet terriblement important, prend une page. Un article sur Krajceberg, « artiste engagé » et la déforestation en Amazonie m’a fait doucement rire quand je vois accusé le libéralisme. Tout libéral qui se respecte s’est déjà renseigné sur ce sujet préoccupant dont on l’accuse facilement : les terres appartiennent à l’Etat qui donne des droits d’exploitations à des compagnies privées pour une dizaine d’années. Si l’on suit un peu la logique et les faits, si l’Etat vendait ses terres à des compagnies forestières celle-ci reboiseraient pour ne pas perdre leurs ressources. C’est ce qui se passe dans les pays du Nord (qui connaissent d’ailleurs une augmentation des surfaces forestières). Les grand travaux font l’objet du dossier du mois avec les travaux Place Clemenceau, pour construire, je cite, « une place aquarelle »

Bon vous l’aurez compris, « Pau notre ville » n’a aucun intérêt si ce n’est les budgets municipaux.

août 31, 2005

Le magazine municipal palois, « Pau, notre ville »

J’ai retrouvé une pile de magazines municipaux distribués par notre chère mairie socialiste dirigée par le jeune André Labarrère (né en 1928 et maire depuis 1971) . Voici donc une liste des articles ( pour les numéros que j’ai pu récupérer).
Février 2003 : En couverture : « Le très haut débit simplement ». L’éditorial du sénateur-maire se concentre donc sur ce sujet et se poursuit sur les déjections canines. Quatre pages sont consacrées au projet haut débit dont le sous-titre marque l’humilité : « faire de Pau la Florence du XXIeme siècle ». Rien que ça ! Je précise que j’attend toujours le très haut débit dans ma rue. On a aussi droit à trois articles « sociaux »sur le Centre Communal d’Action Sociale, Béarn Toxicomanies et l’Association des Paralysés de France. Seules deux pages sont dédiées aux vrais infos de la mairie : le ramassage des déchets ménagers. « Pau, notre ville » évoque aussi l’histoire et les débuts de l’aviation. Le Carnaval Biarnès, cette monstruosité prend deux pages, tout comme le sport. N’oublions pas non plus en der de couv les inscriptions pour miss et mister Pau….
Avril 2003 : Ah la couverture nous promet quelque chose de plus intéressant, un dossier sur l’eau.. déception en ouvrant mon magazine : seules deux pages y sont dédiées, assez vides d’informations mais pleines de masturbation municipale (« la plupart des Palois savent que l’eau qu’ils consomment quotidiennement est l’une des plus pures mais également k’une des moins chères de France. Ce résultat est le fruit d’un siècle d’efforts, de réflexions et d’aménagements. » ben tiens). Les infos municipales (encore la collecte des déchets, les travaux, le nouvel accueil à la mairie) prennent trois pages, autant que le sport. Deux pages sont consacrées aux associations « sociales » « vivre ma ville » et Koala. La rénovation de la gare et sur une restauratrice de tableaux me surprennent un peu autant par le manque d’informations que par le celui de pertinence dans un magazine municipal.
Eté 2003 :Encore une page sur la collecte des déchets ( !) et une sur le Plan local d’urbanisme. Ostau Bearnes une association folklorique ravit deux pages, autant qu’un projet liant échec et internet ou que le Tour de France à Pau. Les animations « culturelles » de l’été ont droit à quatre pages. Autrement dit pas mal de vent. Heureusement ça ne s’arrête pas là. Sachez qu’on peut compter sur ses amis à la mairie de Pau. Le départ de la secrétaire de la première adjointe (Parti Socialiste) au maire arrive à prendre une page sur laquelle on peut notamment lire « des idées plein la tête, des envies plein le cœur » ou « un parfum de vraie femme » !! Nettement moins drôle, le budget de la ville est exposé brièvement : 138 millions d’euros au total dont 14,75 % viennent de recettes marginales ( ??). Répartition : 23% pour l’administration, 20% pour l’aménagement, 14% pour l’annuité de la dette (laquelle est en baisse, une bonne chose quand même), le social 12% et le sport 10% oui vous avez bien lu 10% pour le sport !.
Septembre 2003 : « Dossier » de deux pages sur l’Ecole Nationale de Danse et de Musique qui déménage dans l’ancien couvent des Réparatrices. Autre style, une page est consacrée à La Scène « haut lieu de l’animation culturelle paloise ». Pour y’avoir assisté à un concert, je dois avouer être plus sceptique.. Croyez-le ou pas on parle encore de la distribution des sacs poubelles. Une liste des travaux en cours est aussi établie. Les associations ont toujours leur place : Pau Béarn Cancer et Court-jus. On peut aussi remarquer que la journée du handicap prend une seule page alors que le sport en compte trois. On voit les priorités. Deux pages sont réservées au civisme, que l’on retrouvera parmi les grands termes abordés pendant la foire de Pau. La Sécurité civile a droit à une page, autant que Céline Seguin une lycéenne qui entre en terminale S et souhaite devenir styliste. La double page centrale est consacrée au très haut débit, un peu de science-fiction ne fait de mal à personne. Et là encore que retrouve-t-on comme titre ?? « Pau sera la Florence du 21eme siècle » ah quelle modestie mes amis !
Janvier 2004 : Cette fois-ci le « dossier » de deux pages s’intéresse à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Le carnaval Biarnès qui n’a pas gagné en intelligence depuis l’année dernière a toujours ses deux pages habituelles ornées de photos montrant l’archaïsme de cette fête. On reparle du plan d’urbanisme mais cette fois pour apprendre qu’un questionnaire va être distribué aux Palois. Ouf un peu de démocratie appliquée. On a droit à une page « civisme » barbante. Maintenant le côté amusant de ce numéro : les résultats du concours d’illumination de la ville, une opération qui n’a pas du participer à l’économie d’énergie tant voulue par les Verts, alliés du PS. Mais ceci ne saurait éteindre ma peine : aucun article, même petit n’est dédié au poubelles.
Mars-Avril 2004 : où l’on parle de l’aéroport Pau-Pyrénées particulièrement en forme grâce à .. Ryanair qui a transporté 40 000 passagers britanniques. La rubrique sur le plan local nous annonce que le centre-ville sera à terme piétonnier. La page d’à coté réservée aux « jeunes » s’intéresse à la carte jeune et à une école d’ingénieur en informatique. Pour les associations c’est « Pau à vélo » et un café associatif qui ont droit à la pub gratuite. De même pour les groupes « Blues and Trouble » ou « Pro Pau explicit ». Le magazine se met à la mode sécuritaire en vantant les mérites des « gardes promenades ». J’ai failli oublier le titre de l’éditorial « Pau, une des plus belles villes de France ». On n’est jamais mieux servi que par soit-même.
Mai-juin 2004 : Je vous en parlais le paragraphe précédent, le centre-ville est au cœur du dossier. On savait que le maire était un peu mégalomane (Zénith, Palais Beaumont, Palais des Sports….) mais là c’est le pompon : Rien de moins que changer la presque totalité du centre. Bon passons. Une fois n’est pas coutume, les lecteurs ont droit à une page sur Dehousse Industries-entreprise sans nul doute respectable par ailleurs- pour un résultat toujours aussi vide d’intérêt. On trouve aussi quelques nouvelles du Pau Broad Band Country… quoique non il n’y a pas de nouvelles justement. Enfin on peut lire l’interview d’une représentante d’une minorité bafouée : les femmes. Bon, terriblement bafouée puisque il s’agit des femmes entrepreneurs, qui se sont regroupées. Pas bien compris pourquoi si ce n’est pour faire rire à leur dépens « s’il n’y a pas de concurrence avec les hommes, nous sommes différentes, à nous de montrer à quel point on est complémentaire ». Trêve de plaisanteries, tournons-nous vers des choses plus sérieuses : l’élection de miss et mister Pau, les trois pages sur le sport ou les déjections canines. Je vous rassure ce numéro contient quand même les infos essentielles sur le budget 2004 : 135 millions d’euros dont 31% pour l’administration, 19% pour l’aménagement, 13% pour le social, 7% pour le sport..
Septembre 2004 : Ah un numéro à la gloire des sportifs Palois à croire la couverture. Heureusement, ce n’est pas le cas hormis les deux pages habituelles. Sinon une liste brève : Conservatoire National des Arts et Métiers, village de l’emploi, visite à Dayton pour le centenaire du vol des frères Wright, la carte à puce pour les restaurants scolaires. Bref moins affligeant que d’habitude. Dommage.
Novembre-décembre 2004 : le dossier est consacré au Pôle de Santé. Pas grand chose de nouveau mais pour une fois on a droit à des chiffres. Pas mal de « culture » et de sports dans ce numéro. On parle aussi de l’amélioration de l’habitat, des hôtels du parc Beaumont et de la Villa Navarre, du social avec une visiteuse de prison. Non ce qu’on retiendra c’est l’article « un trio de choc » sur l’attelage (oui un cheval et un chariot comme à Vienne) chargé de la voirie.
Avril-mai 2005 : cette fois-ci une bonne tranche de rigolade : un dossier sur le développement durable (du blabla sur 4 pages) avec juste après… 3 pages sur les sports mécaniques. Sinon le reste n’est pas passionnant : PauWeb TV, un atelier de théâtre, un groupe de jazz, le Sida, et l’amélioration de l’habitat du grand centre ville. Ah si : les photos des travaux place Clemenceau : les fouilles archéologiques avancent.
Juin 2005 : Le dossier (une page de texte sans intérêt) s’intéresse au patrimoine palois. Et ils appellent ça un dossier enfin.. Deux articles sont consacrés à des artistes, des « nouvelles » (excusez le terme) du Plan local d’urbanisme, une page sur les crottes de chien (ça nous manquait beaucoup, n’oubliez pas qu’il faut être « citoyen »),.. et l’élection de Miss et Mister Pau. L’intérêt de ce numéro réside plutôt dans les deux pages consacrées au budget : 142 millions d’euros. A noter la petite ruse, on ne met plus les pourcentages mais les montants en K€. Pas grave. Un rapide calcul nous donne : 26% pour l’aménagement, 25% pour l’administration, 8% pour le social et 9% pour le sport.
Eté 2005 :dernier numéro reçu. Au vu du nombre de pages dédiées aux festivals, concerts, animations « culturelles », on se demande si on est vraiment en train de lire un magazine municipal. Le sport tient toujours autant de place. La fête des voisins, un autre sujet terriblement important, prend une page. Un article sur Krajceberg, « artiste engagé » et la déforestation en Amazonie m’a fait doucement rire quand je vois accusé le libéralisme. Tout libéral qui se respecte s’est déjà renseigné sur ce sujet préoccupant dont on l’accuse facilement : les terres appartiennent à l’Etat qui donne des droits d’exploitations à des compagnies privées pour une dizaine d’années. Si l’on suit un peu la logique et les faits, si l’Etat vendait ses terres à des compagnies forestières celle-ci reboiseraient pour ne pas perdre leurs ressources. C’est ce qui se passe dans les pays du Nord (qui connaissent d’ailleurs une augmentation des surfaces forestières). Les grand travaux font l’objet du dossier du mois avec les travaux Place Clemenceau, pour construire, je cite, « une place aquarelle »

Bon vous l’aurez compris, « Pau notre ville » n’a aucun intérêt si ce n’est les budgets municipaux.

  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA sur
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus sur (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus sur Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond sur Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups sur Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon sur 30 000 visiteurs!!
    Anonymous sur 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus sur Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z sur 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius