Archive for the ‘Communication’ Category

Du socialisme, du sang et des armes (variations sur l’avenir du libéralisme)

août 13, 2007

Je vis les vacances les plus ternes, les plus dénuées d’interêt de mon existence. Ne pouvait me permettre de partir, je me retrouve cloîtré devant mon PC, la connection wi-fi paradoxalement seul fil me reliant à la vie extérieure. Je souffre, mais certainement pas de la solitude, je n’ai aucun goût pour la Cité post-moderne, grouillant de petits bourgeois et de godelureaux dépravés, sicaires populaires de la modestie dans la honte et du jouir. Tout ceci dans une atmosphère de station estivale pour pourceaux d’Epicure. Abject. Non, je rêve tout simplement de grands espaces, à perte de vue, sans quiconque pour souiller la féérie de l’harmonie, de la grandeur et de la séreinité. A la manière d’une toile de Friedrich.
Presque deux mois donc pour acquérir une certitude: On ne sauvera pas le libéralisme en France, ni même la France et nous ne devons plus perdre notre temps pour y parvenir. Après cinquante ans de la Gueuse n°5 (du Coco Chanel, certainement) et d’un Etat gangréné par le socialo-marxisme jusqu’à s’en faire le porte-parole dans les salles de classe et les universités, la chienlit soviétique parvient à ses fins: la mort de l’esprit de liberté. Oh, bien entendu, la stratégie mise en place délibérement par le PCF et la CGT avec la bénédiction de De Gaulle à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale semble vaine désormais que l’URSS s’est officiellement effondrée (afin de mieux renaître sous le patronage du tchékiste Poutine). Loin de moi l’idée de vous effrayer outre-mesure mais prenons le temps d’observer en détail la situation qui se présente à nos pupilles innocentes: un Etat tentaculaire, pieuvre mafieuse aux ramifications insoupçonnées, corrompu et autoritaire, des syndicats et activistes qui ont abandonné la lutte des classes pour la « justice sociale »-motif parait-il suffisant pour pousser des agriculteurs écolos au suicide et paralyser un pays quoiqu’un peu vague, je doute que quiconque ne souhaite tant savoir ce qu’il recouvre-, des médias détenus par des trusts et regurgitant la même bienpensance et une classe politique univoque: l’on se doit d’aider les pauvres, faire des sacrifices, redonner du prestige à l’Etat, combiner le social et l’efficacité, développer durablement, le tout dans une ambiance festive, dynamique profondément ancré dans les valeurs républicaines. Naturellement, la gauche ne nous avait pas habitué à autre chose depuis la Révolution mais la dépravation de la droite… Cela ne porte pas de nom. Je n’ose à ce point de mon exposé évoquer la politique étrangère. Mon interêt pour la politique connait deux raisons, le goût pour l’éthique, la méthaphysique et plus encore la crainte des dictatures. Le syndrôme Munich 1938 fait donc figure à mes yeux de prélude à l’horreur des charniers. Néo-conservateur il y’a encore quelques années et ayant grandi sous Mitterand puis Jospin, je ne doutais pas à 17 ans de la responsabilité historique de la gauche, anti-américaine, soutien inconditionnel des bourreaux khmers, des mollahs iraniens et j’espèrais une sortie par la droite du tunnel munichois. J’ignorais tout de la pensée libérale, des turpitudes de la droite gouvernementale et de ce qu’il adviendrait du second quinquennat de Chirac. Sans doute aurais-je pu finir sarkozyste, me rendant aux dîners de l’UMP pour glorifier, genoux à terre, les icônes du Saint Patron et rendre grâce à de pseudos-valeurs pour entrepreneur crasseux ou étudiant en école de commerce: l’ordre, l’autorité, la nation, la république (encore)… J’aurais pu saluer une vente de missiles Milan à un tyran libyen ou je ne sais quelle mesure liberticide prise par ce gouvernement de criminels en puissance. Mais je ne crois plus en la légitimité de l’Etat, je ne crois plus au politique, je ne crois plus en l’altruisme et au sacrifice comme vertus suprêmes, je ne crois avant tout plus au compromis. Plus maintenant. La logique n’en accepte aucun et la liberté encore moins. Oeuvrent dans mon sens les tristes expériences des Lib-dems anglais, du Parti Libéral suisse dont les dirigeants vont jusqu’à ignorer l’existence des libertariens, du Mouvement Réformateur belge « dans le voisinage du PS » dixit Louis Michel ou du projet mort-né d’Alternative Libérale, gonflé au violet flashy, dont l’on ne peut pardonner la main tendue aux sociaux-démocrates jusqu’à rejoindre Bayrou. Aucun ne peut se prévaloir d’une victoire de nos idées ou de la liberté, ni même de la moindre faille dans la matrice socialiste. Tout ceci malgré les mises en garde insistantes des libéraux historiques et libertariens. Comprenons-nous: les libéraux ne pourront jamais remporter quelque bataille politique que ce soit pour une raison évidente: le libéralisme est une philosophie anti-politique. Un libéral ne peut accepter aucun poste, aucune magistrature, aucun cabinet, aucun siège sans se compromettre ni se renier. Et accessoirement diviser, rabaisser la communauté libérale aux yeux de l’opinion publique. L’on ne peut entraver indéfiniment la socialisation inéxorable d’un Etat: l’Humanité sacrifie toujours davantage au Moloch. Par obstination, mysticisme, calcul politique ou stupidité crasse.
Reste à établir une stratégie claire, sans concession ni corruption, sans déni de la réalité. Puisque nous ne pouvons sauver la France, précipitons sa chute. S’abstenir devient dès lors inutile, nous devons voter socialiste, pousser ces ordures à bout, les forcer dans leurs retranchements aussi loin que nous le pourrons. Ceci lors des élections, des sondages d’opinion. Il s’agit de leur accorder notre confiance pour pourrir ce pays délibérement. Fabius ou Mélenchon y parviendront aisément en quelques années, pour peu qu’ils s’adjoignent le parangon du mauvais goût Lang et l’ idiot Montebourg. Enfin, même sans eux, au point où nous en sommes… Quelques années durant lesquelles nous ne relâcherons aucune effort d’activisme, de médiatisation, de publicité, d’agitation, de subversion, sur internet comme ailleurs. En parallèle et discrètement, il convient de se préparer pour la suite des évèments: acquérir des armes, pléthore d’armes, déménager près des frontières et particulièrement près des zones montagneuses. La guerrilla (ainsi ce sera clair pour chacun) s’y avéra indubitablement plus aisée à mener: davantage de caches naturelles, des frontières pour se protéger, des réseaux de contre-bande à organiser (je pense notamment aux armes en vente quasi-libre chez nos amis suisses, et au nombre conséquent de libertariens helvétiques prêts à nous rejoindre)… Montani semper liberi comme le veut la devise du Montana. Naturellement, l’on ne peut rêver d’une reconquista complète. Nous nous contenterons de déclarer indépendants les territoires contrôlés par nos milices. Pas de négociation. Une Révolution à l’Américaine. Des hommes libres contre les Red Coats, des miliciens aux idéaux les plus nobles contre une vermine bestiale. Je ne puis garantir la parfaite réussite d’un tel plan, je le concède volontiers et je ne prétendrais pas que vous n’avez que vos chaînes à perdre. Mais je n’en conçois pas d’autres à l’heure actuelle et les caciques tièdes peuvent bien me hurler leurs anathèmes ou leurs poncifs éculés, nonobstant leur modération et leur respect du processus démocratique, leur avenir est d’ores et déjà condamné. Je ne tiens pas à ce que le mien le soit.

Publicités

Libre et libéral: deux ans déjà!!

juin 20, 2007


Après avoir féraillé contre les nervis trotskystes, craché sur la vermine socialo-républicaine ou la sainte Eglise alter-mondialiste et son culte de la non moins sainte Trinité Rouge-Vert-Brun, après avoir fustigé la répression sauvage en Chine communiste, au Vénézuela ou en Tunisie, après avoir dénoncé la montée en puissance de la barbarie mahométane en Occident comme au Moyen-Orient, après quelques notules qui me tenaient à coeur quant à l’avortement, au port d’arme ou aux Golden Parachutes, après deux années de lutte contre le Moloch et ses zélateurs grégaires, j’entend ne pas cesser là mon entreprise de subversion. Soyons fous, ensemble tout est possible…
Si le design ne changera pas-j’en suis ma foi plutôt satisfait-, les thèmatiques évoqués s’élargiront probablement, je souhaite notamment entrer plus en détail dans l’éthique libertarienne, la dépasser en l’englobant dans une philosophie plus complète, individualiste certes mais intégrant un esthétisme que les harpies post-modernes ne manqueront pas de qualifier de réactionnaire ainsi qu’une morale complète qui ne se limite donc plus à la simple éthique. Vous constaterez, je présume, un certain attachement aux fondements de l’objectivisme randien ou au surhomme nietzschéen dans ces notes à venir, ce qui ne devrait pas vous surprendre outre-mesure. Je ne prévois pas de nouveautés techniques pour l’instant, mais je ne m’interdis rien à ce sujet malgré mes réticences antérieures.
Quelques remerciements au passages de la part de mon égo démesuré pour les plus assidus de mes lecteurs, ceux qui n’ont pas eu à rechercher sur Google des vidéos de vierges violées pour me lire: Matt, Lafronde, Bastien, les équipe d’ILYS, d’extrème-centre et celle de la République Fromagère, Boubou, Judy, Alex, Pierre, Pan, Geoffroy, Geoffrey, Matthéo, et tant d’autres.

Make Mine Freedom!

mai 3, 2007

Sabine Herold: Charme en Liberté

mars 1, 2007

Clin d’oeil furtif à l’Egérie libérale:

Désobéissance civile sur les rails!

janvier 30, 2007

Car nul ne dispose du droit légitime d’asservir, et ce que l’on nomme cette servitude esclavage, service militaire, civil ou civique, ce blog se dresse face aux entreprises liberticides de nos princes politiques.

A découvrir ici:
Désobéissance civile

Avide avant toute choses de Liberté, votre serviteur à travers ce présent manifeste entend rappeler à ses semblables de toutes origines, de toutes philosophies, de tous niveaux sociaux, que, n’ayant commis aucun crime à l’encontre de qui que ce soit et n’étant redevable à personne, nul ne peut l’asservir au moyen des prétextes les plus inventifs qui soient, pas plus que l’on aurait droit de le tuer, molester ou voler. Nos dirigeants, symboles infâmes de l’autoritarisme placés par la force, celle de la “masse” abjecte ou d’une fraction minoritaire, ne disposent ainsi en aucune façon des individus se trouvant sous leur juridiction illégitime, et ce quoi que prétendent les mystiques du muscle et de l’esprit rampant à leurs bottes.
Désobéissance civile pourquoi? Car, prêts à enfreindre ces règles élémentaires naturelles (déjà bien malmenées il est vrai par la fiscalité social-démocrate conduisant à un statut de semi-esclave), la vermine politique appelle de ses voeux l’instauration d’un Service Civique (ou civil) obligatoire orwellien, voire le rétablissement du service militaire aux relents aussi jacobins qu’archaïques. Nous leur opposerons, à l’instar de ce que préconisait Henry David Thoreau, notre désobéissance civile: une résistance des individus encore pacifique, une résistance des idéaux de liberté endormis, une résistance de combat idéologique: la raison et la cohérence libérales contre les élucubrations des criminels. La désobéissance civile se veut par là le dernier rempart avant cette guerre qui porte, elle aussi, le titre de “civile”.
A mille lieues de la bienpensance, des slogans “solidarité partout” ou “la nation avant tout”, nous ne craignons pas de passer pour des ordures dénuées de toute humanité, incapables du moindre sacrifice pour son prochain ou sa patrie: nous combattons pour la Liberté de tous et empêcherons que nos nations soient encore une fois souillées par l’esclavage.

La philosophie de la Liberté en vidéo (Youtube version)

janvier 23, 2007

Après une conversion idoine et une remise en musique par votre serviteur, la fameuse animation de Jonathan Gullible se trouve désormais disponible en version française chez Youtube:

chez dailymotion: ici

La tentation web2.0

janvier 7, 2007


En ces temps de campagne présidentielle dont le manque d’interêt flagrant ne semble émouvoir nul commentateur, la blogosphère française voit l’émergence du phénomène web 2.0: Flux Rss et aggrégateurs, tags Technorati, commentaires, réactions à chaud,.. au point d’occulter la pertinence même des articles, notes, chroniques. Si nier l’interêt de cet outil s’avérerait plus que grotesque (je rappelle à mes lecteurs que le flux de Libre et libéral se trouve disponible ici, qu’ils peuvent ajouter ce blog à leurs favoris Technorati ou à leur page Netvibes, qu’un aggrégateurs RSS figure dans la sidebar), nombre de bloggers se satisfassent maintenant de les intégrer afin d’appâter le lecteur (de plus en plus médiocre, si l’on se fie aux commentaires, mais je m’éloigne de mon sujet) sans se soucier de lui offrir un contenu de qualité, entraînant l’émergence de cette néo-communauté où l’on se passionnera d’avantage pour la dernière vidéo à la mode (brut de caméra, sans valeur ajoutée) et des réactions suscitées par la venue de Shimon Peres au « Web « 3 que l’opportunité de la légalisation des drogues, des conservateurs français membres de la Résistance, des échanges entre la direction de l’Humanité et l’occupant national-socialiste, de l’emprise de la classe politique sur nos vies et propriétés ou d’une baisse substantielle des charges fiscales. On commente, vite, on bacle. L’Eglise du Saint Orgueil Blogosphérique est en marche et rien ne pourra entraver son ascension, pas même les PropagandaStaffels traditionnels. Loïc Le Meur, Laurent Gloaguen (plus ou moins malgré lui), Versac en nouveaux gourous. Exit les intellectuels, voilà les bloggoctuels. Journalistes pisse-octet consensuels et tenanciers social-poujadistes de cyber-bistrot.

Alterlibéralisme?

janvier 5, 2007


Mes cyber-pérénigrations m’ont mené cet après-midi à découvrir le nouveau coup de communication de nos amis d’Alternative Libérale: ces gens se revendiquent dorénavant alterlibéraux, avec bien entendu un manifeste coécrit par Edouard Fillias, Sabine Hérold, Aurélien Véron, Ludovic Lassauce, Jean-Paul Oury à la clef. (site http://www.alterliberaux.org/) Seulement, on connaissait les libéraux classiques, les libéraux de gauche, les libéraux écolos, les libertariens, les libéraux-conservateurs, les objectivistes, les minarchistes, les anarcho-capitalistes, les libertariens-conservateurs, les autrichiens, les zélateurs du monétarisme l’Ecole de Chicago, les adeptes de l’Ecole de Paris, les jusnaturalistes…Il nous faudra maintenant pour rester à la page adopter l’alterlibéralisme. Hélas, si toutes les chapelles citées plus haut correspondent à un culte précis de la déesse Liberté, quid de cet alterlibéralisme? Si je me fie à mes humbles connaissances en étymologie, il s’agirait d’un libéralisme autre. Autre que quoi? Que le libéralisme générique? Il ne s’agirait donc plus de libéralisme? Un libéralisme avec de vrais morceaux de social-démocratie et 10% de nationalisme? Ou alors un libéralisme altéré…

Naturellement, il est à craindre qu’à trop privilégier la communication démago-réformative,à pratiquer le sabir altercitoyencollectivosolidariste afin de séduire les plumitifs du Figamonde (car, ne nous y trompons pas, le non-libéral ne nourrira aucun interêt pour ce gadget dont il ne saisira pas plus que le libéral), AL perde dans un futur proche tout interêt aux yeux de sa propre et déjà infime base de soutien.

Une rapide correction de la part du Comité de Direction d’Alternative Libérale devient plus que souhaitable.

  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA sur
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus sur (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus sur Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond sur Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups sur Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon sur 30 000 visiteurs!!
    Anonymous sur 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus sur Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z sur 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius