Archive for the ‘Droits de l’Homme’ Category

Une absurdité (Lysander Spooner)

mai 3, 2008

XII
Un gouvernement qui aurait le droit de punir les hommes pour leurs vices est une impossibilité naturelle ; parce qu’il est impossible qu’un gouvernement ait des droits autres que ceux déjà détenus par les individus le composant, en tant qu’individus. Ils ne pourraient pas déléguer à un gouvernement des droits qu’ils ne possèdent pas eux-mêmes. Ils ne pourraient pas déléguer au gouvernement d’autres droits, excepté ceux qu’ils possédaient eux-mêmes en tant qu’individus. Sérieusement, personne, à part un imbécile ou un imposteur, ne prétend qu’il a, en tant qu’individu, le droit de punir d’autres hommes pour leurs vices.

Mais n’importe qui et tout le monde a le droit naturel, en tant qu’individu, de punir d’autres hommes pour leurs crimes ; car tout le monde a un droit naturel, non seulement de défendre sa propre personne et ses biens contre des agresseurs, mais aussi de porter assistance et défendre tout autre, dont la personne ou les biens sont violés. Le droit naturel de chaque individu à défendre sa personne et ses biens contre un agresseur et de porter assistance et de défendre tout autre dont la personne ou les biens sont violés, est un droit sans lequel les hommes ne pourraient pas exister sur terre. Et un gouvernement n’est légitime que dans la mesure où il incarne ce droit naturel des individus, et est limité par ce même droit. Mais l’idée que chaque homme aurait un droit naturel de décider quelles sont les vertus, et quels sont les vices de son voisin – c’est-à-dire, lesquels contribuent à son bonheur, et lesquels ne le font pas – et de le punir pour se livrer à toute action qui ne contribuerait pas à son bonheur, c’est cela que personne n’a jamais eu l’impudence ou la démence d’affirmer. Seuls ceux qui affirment qu’un gouvernement possède des droits de coercition légitime, sans qu’aucun individu, ou groupe d’individus, ne lui ait jamais, ou aurait pu, déléguer de tels droits, affirment que le gouvernement a un droit légitime de punir les vices.

Cela conviendrait à un pape ou un roi – prétendant avoir reçu du Paradis l’autorité directe de régner sur ses congénères – de réclamer le droit, en qualité de représentant de Dieu, de punir les hommes pour leurs vices ; mais cela serait totalement absurde pour n’importe quel gouvernement, proclamant détenir son pouvoir par la volonté de ceux qu’il gouverne ; parce que chacun sait que ceux qu’il gouverne ne le lui accorderont jamais. S’ils le lui accordaient ce serait absurde, parce que cela équivaudrait à lui déléguer leurs propres droits à chercher leur propre bonheur ; puisque déléguer leurs droits de juger ce qui sera propice à leur bonheur, c’est déléguer la totalité de leur droit à poursuivre leur propre bonheur.

Lysander Spooner in Les Vices ne sont pas des Crimes (Vices are not Crimes )

Publicités

Le fondement des droits de propriété (Pascal Salin)

janvier 27, 2008

Le fondement des droits de propriété
Si la propriété privée est souvent dénoncée et critiquée ; si le système qui repose sur une définition claire des droits de propriété, à savoir le capitalisme, est considéré comme menaçant, c’est tout simplement parce qu’on ne possède pas une perception correcte de l’activité humaine. On considère implicitement le plus souvent qu’il existe des richesses et que le problème essentiel est de répartir ces richesses de la manière la plus « juste » possible. Le capitalisme, système d’appropriation privée des ressources, est considéré comme contraire à cette vision communautariste et altruiste. En réalité, le capitalisme est moralement fondé parce qu’il correspond à la nature profonde de l’activité humaine. Et c’est bien pourquoi on peut le considérer comme un système d’organisation « efficace ».
En effet, les richesses sont toujours créées, elles n’existent pas en dehors de l’effort créateur des hommes. Prenons un exemple : un diamant brut n’a aucune valeur, aucune utilité, il ne se distingue en rien de n’importe lequel des millions de milliards de cailloux qui jonchent le sol de notre planète, jusqu’à ce que quelqu’un imagine de le débarrasser de sa gangue et de le tailler de manière à le faire briller de tous ses feux. Le diamant est ainsi « inventé » par celui qui sait imaginer un usage particulier – après transformation éventuelle – d’une ressource qui avait toujours existé, mais qui n’avait jusqu’alors jamais été utile pour les êtres humains. C’est bien dire que le diamant brut n’est pas une richesse humaine aussi longtemps que l’esprit humain ne s’est pas appliqué à lui donner une destination. C’est dire aussi qu’on ne peut pas séparer un bien économique – une richesse – de son créateur, même s’il doit ultérieurement être échangé ou donné à d’autres personnes. L’objet utile – c’est-à-dire celui dont l’usage permet de tirer des satisfactions – n’est donc rien d’autre qu’une prolongation de la personnalité, puisqu’il est le produit d’une activité de création.
Or, si l’on admet qu’un individu est propriétaire de lui-même, c’est-à-dire qu’il n’est pas esclave d’autrui, on doit bien admettre qu’il est propriétaire des fruits de son activité, c’est-à-dire de ce qu’il a créé par l’exercice de sa raison. Dans la mesure où la création des richesses n’est qu’un simple prolongement de l’exercice individuel de la raison, la reconnaissance de la nature humaine d’un individu implique la reconnaissance de ses droits de propriété sur ce qu’il a créé. Le capitalisme, système d’appropriation privée des ressources, a donc un fondement éthique incontournable, puisqu’il est fondé sur la reconnaissance des droits de propriété des créateurs sur leur création. Et il est en ce sens incohérent de lutter à la fois contre le capitalisme et contre l’esclavagisme.
En effet, il revient au même d’accaparer par la contrainte les biens produits par quelqu’un pour son propre usage et de les transférer à d’autres (qui ne les ont pas créés) ou d’établir, également par la contrainte, une relation directe d’esclavage, comme l’Histoire en a donné tant d’exemples. C’est dire aussi que les droits de propriété ne disparaissent pas par l’exercice de la contrainte, ils sont seulement transférés. Mais au lieu que les richesses appartiennent à celui qui les a créées, ce qui constitue une appropriation légitime, elles deviennent appropriées par des personnes qui n’ont pas fait l’effort de création et qui se sont contentées d’exercer la contrainte, pour leur profit ou celui d’autrui. Il convient donc d’opposer les sociétés où les droits de propriété sont légitimes – ce qui est le cas du capitalisme – et les sociétés où ils sont illégitimes – ce sont tous les cas d’appropriation par la force.
Le vol est généralement considéré comme un outrage à l’ordre moral parce qu’il porte atteinte à quelque chose de légitime. Mais assez curieusement, la réprobation cesse de s’exprimer et elle se transforme même bien souvent en une approbation vigoureuse lorsque la contrainte prend une apparence particulière, à savoir qu’elle est légale. Or, il est parfaitement admis à notre époque que le mode d’action normal de l’État soit l’exercice de la contrainte, plus précisément de la contrainte légale. Pourtant ce qui est en cause, ce n’est pas le caractère légal ou non de la contrainte, mais l’exercice même de la contrainte. Il faut donc s’appuyer sur ce point de départ : est seule légitime l’appropriation privée des ressources, c’est-à-dire celle qui est réalisée par le créateur de ces ressources. Celui-ci peut donc légitimement exclure quiconque de leur usage. Symétriquement est illégitime toute appropriation par la contrainte, la contrainte publique ou légale ne faisant pas exception de ce point de vue.
L’opposition habituelle entre la propriété privée et la propriété collective (ou publique) ne constitue donc pas l’opposition essentielle. La différence fondamentale est celle qui existe entre l’appropriation pacifique et légitime, d’une part, l’appropriation par la force et illégitime, d’autre part. Existe-t-il des situations où la contrainte elle-même est désirée par les individus et où elle peut, par conséquent, devenir légitime ? C’est une question que nous aurons à nous poser par la suite. Mais le point de départ de toute réflexion sociale paraît clair : un droit de propriété existant résulte-t-il d’un acte de création par un individu libre ou d’un acte de contrainte consistant à confisquer les richesses créées par autrui, quelles qu’en soient les raisons ? On ne pourra jamais faire que l’exercice libre de la raison soit équivalent à l’exercice de la contrainte et c’est pourquoi tout acte étatique nous paraît a priori suspect. Pour être légale la contrainte étatique n’en est pas moins contrainte et donc incompatible avec la liberté des créateurs. Or, tous les hommes sont créateurs, bien que selon des modalités et à des degrés divers.
Imaginons donc un monde d’où la contrainte soit exclue. Les droits de propriété naîtraient de l’activité même des individus et donc de la création de richesses. Bien entendu, cela n’implique absolument pas que le droit de propriété soit attaché à la personne de manière indissoluble. Il y a simplement légitimation du droit de propriété par la création initiale. Mais précisément dans la mesure où les droits de propriété sont reconnus de manière complète, puisque aucun acte de contrainte ne peut venir les éroder, le propriétaire a un droit exclusif sur les choses qu’il possède. Ce droit exclusif implique donc nécessairement la faculté de transférer à autrui. Or, il existe deux modes de transfert libres : le don et l’échange. Celui qui reçoit un bien produit par autrui à titre de don en devient le propriétaire légitime, puisque les droits ont été transférés par celui qui était un propriétaire légitime, ce qui impliquait bien le droit de transférer (partiellement ou totalement, provisoirement ou définitivement). C’est dire qu’il n’existe pas de répartition légitime en dehors de celle qui est faite par les propriétaires légitimes des biens répartis. Par conséquent, parler – comme le font souvent les économistes, les hommes politiques ou les journalistes – de « répartition du revenu national » consiste à légitimer l’usage de la contrainte, à considérer que le Grand Répartiteur est un propriétaire légitime de ce qu’il n’a pas créé. C’est en fait inacceptable. Il n’y a pas de ressources à répartir en dehors de celles qui sont réparties par leurs propriétaires légitimes.
Quant à l’échange, il consiste toujours, dans l’hypothèse extrême d’absence de contrainte dans laquelle nous nous sommes placés, à transférer des droits de propriété légitimes contre d’autres droits de propriété légitimes. Ainsi, si deux individus ont créé des richesses, ils en sont les propriétaires exclusifs et ils agissent légitimement lorsqu’ils échangent le produit de leur activité 44. Dans une société sans contrainte, on est propriétaire d’une ressource soit parce qu’on l’a créée soi-même, soit parce qu’on l’a obtenue par l’échange en contrepartie d’une ressource que l’on avait créée, soit parce qu’on l’a obtenue par un don de celui qui l’avait créée. Autrement dit, le fondement de la propriété réside toujours dans un acte de création. C’est pourquoi on peut dire que le droit de propriété est inhérent à la nature même de l’homme, qu’il en est inséparable. C’est la grandeur d’une société libre – c’est-à-dire d’une société sans contrainte – que de permettre à l’homme d’agir conformément à sa nature. Ainsi, si l’on définit le libéralisme comme la défense d’une société sans contrainte, on doit dire que le libéralisme est un humanisme et même, plus précisément, que l’humanisme est indissociable du libéralisme. En d’autres termes, il ne peut pas y avoir d’autre doctrine humaniste que le libéralisme.
On fait donc totalement fausse route lorsqu’on interprète le libéralisme comme quelque chose que l’on pourrait « ajouter », au gré de ses humeurs et de manière parcellaire à une quelconque organisation sociale, c’est-à-dire lorsqu’on adopte la vision utilitariste que nous avons évoquée précédemment. Mais on fait également fausse route lorsqu’on l’interprète comme un individualisme pur et dur d’où « la société » serait exclue et où régneraient l’anarchie et la loi de la jungle : le libéralisme, en effet, est exactement à l’opposé de cette image d’Épinal complaisamment diffusée.
Le libéralisme reconnaît tout d’abord le caractère fondamentalement social de l’être humain. Cela n’aurait pas de sens que de se demander si Robinson Crusoé – seul sur son île avant l’arrivée de Vendredi – agit librement ou non. Si la liberté se définit de manière négative, c’est-à-dire comme une situation d’absence de contrainte, la contrainte dont il s’agit est celle qui peut être exercée par les autres hommes, mais non celle qui résulte des limitations de la nature. Les êtres humains, qu’ils soient isolés ou non, ne vivent pas dans un quelconque nirvana et ils se heurtent à la rareté, y compris celle du plus précieux des biens, le temps. Cette limitation des ressources – que l’on appelle parfois, dans le langage des économistes, la « contrainte de ressources » – n’a évidemment rien à voir avec la contrainte exercée par des hommes sur d’autres hommes. Si le problème de la liberté ne se pose pas pour Robinson Crusoé, le problème de la propriété ne se pose pas non plus pour lui, puisqu’elle se définit comme un droit d’exclusion par rapport aux autres hommes.
Les notions de liberté et de propriété prennent donc un sens dès lors que l’homme vit en société, ce qui est évidemment la norme de la vie humaine. Mais il est intéressant de réaliser que le droit de propriété d’un créateur sur son oeuvre résulte précisément de sa liberté, comme nous venons de le voir. Liberté et propriété sont inséparables. Or, l’existence d’un système de droits de propriété privés dans une société représente une limitation fantastique et parfaitement claire de la prétention éventuelle de chacun à se comporter comme il l’entend, au besoin en portant atteinte à la liberté des autres. Autrement dit, le procès d’intention habituellement fait au libéralisme, à savoir qu’il conduit à l’anarchie, chacun essayant de faire prévaloir ses prétentions sur celles des autres, provient d’une erreur d’interprétation radicale non seulement de ce qu’est le libéralisme, mais plus encore de ce qu’est la liberté.
Pour les contempteurs du libéralisme, la liberté se définit de manière « positive » comme la possibilité – ou le « droit »45 – de faire ce que l’on veut. Une telle conception de la liberté ne laisse évidement aucune place à la propriété, celle-ci constituant précisément une limite à l’action. Dans un système de liberté positive sans propriété, il n’existe en effet pas de bornes à l’action invasive de chacun sur le domaine des autres, puisque, précisément, le domaine de chacun n’est pas défini. C’est dans ce cas, et dans ce cas seulement, que règnent l’anarchie et la prédominance du plus fort. Mais il devrait être bien clair que cette conception de la liberté est aux antipodes d’une véritable définition de la liberté, elle en est même la négation. En adoptant subrepticement cette définition, ceux qui sont en fait les vrais destructeurs de la liberté ont les moyens de partir en guerre contre le libéralisme. Leur raisonnement aboutit à cette conclusion qu’un système de liberté absolue conduit à l’anarchie et à l’écrasement des plus faibles, de telle sorte qu’il convient de mettre en place, par la contrainte, une instance suprême de régulation. C’est l’État.
Pour un libéral authentique, c’est-à-dire non utilitariste, il n’y a pas de place pour l’État, puisqu’il représente l’émergence de la contrainte, c’est-à-dire la négation de la liberté. L’État est l’ennemi qu’il faut savoir nommer. Car il faut d’abord reconnaître ses ennemis avant de pouvoir les combattre. Dans le climat de dévotion à l’égard de l’État caractéristique de notre époque, il est déjà difficile de désigner cet ennemi. Et pourtant, la pensée libérale a pour elle à la fois la morale et la logique puisque, partant d’une conception correcte de la nature humaine, elle en développe naturellement les implications.
Ceux, innombrables, qui font des procès d’intention au libéralisme, se trompent donc d’ennemi. Et lorsqu’on se trompe, il ne peut guère y avoir que deux explications à cela : ou bien on est ignorant, ou bien on a un intérêt spécifique à défendre ; ou alors on est à la fois ignorant et intéressé. Tel est évidemment le cas en ce qui concerne le libéralisme. L’ignorance est généralisée et c’est pourquoi il n’y aurait pas de tâche plus urgente que de restaurer la connaissance de la philosophie morale à tous les niveaux d’enseignement et dans toutes les instances de réflexion. Mais bien sûr, la défense du dieu État est bien souvent présentée par ceux qui croient y trouver un intérêt spécifique et personnel, la contrainte leur permettant d’obtenir ce qu’ils désirent sans avoir à faire un effort de création. Mais leurs revendications sont d’autant plus facilement acceptées que les défenses idéologiques sont affaiblies et que les réflexes favorables à la liberté et à la propriété sont inexistants. Les clichés sont alors acceptés sans discussion, par exemple l’idée que le libéralisme c’est « le renard libre dans le poulailler », c’est le capitalisme sauvage, etc.
En effet, dire que la propriété est inséparable de la liberté, c’est bien dire qu’il existe des limites strictes à l’action de chacun, celles qui résultent du respect des droits d’autrui. Si je peux exclure autrui de ce qui est ma propriété, les autres peuvent m’exclure de ce qui est leur propriété. La force n’a aucune place dans cet univers de liberté et de propriété qui est nécessairement pacifique. C’est pourquoi une expression comme celle de « capitalisme sauvage » est totalement dénuée de signification. En réalité, comme le voleur ou le criminel – celui qui porte atteinte aux droits des autres – c’est l’État qui est sauvage puisqu’il est contrainte. Par quelle terrible déviation se fait-il qu’à notre époque on considère avec bienveillance l’utilisation d’une expression telle que « capitalisme sauvage », alors qu’on trouve obscène de parler d’ « État sauvage » ou d’ « État esclavagiste » ?
Il y a donc un renversement de perspective à effectuer. Au lieu de considérer que l’État est la norme de toute société, il convient de reconnaître que l’individu, relié aux autres individus, est la seule et unique norme, que sa liberté est inhérente à sa nature et que la propriété en résulte. On peut alors, mais alors seulement, se demander s’il n’existe pas des cas où la contrainte serait désirable, où l’État pourrait néanmoins être légitimé, etc. Nous aurons l’occasion d’évoquer ce débat. Mais il ne peut être valablement conduit que dans la mesure où l’on part d’une conception parfaitement claire et cohérente des sociétés humaines.
La vigueur des attaques contre le libéralisme, l’ignorance généralisée de ce qu’il est réellement sont pour nous un sujet d’étonnement. Nous avons déjà expliqué pourquoi l’idée selon laquelle le libéralisme était matérialiste était une idée absurde. Mais il est également absurde de le présenter comme une défense de l’égoïsme. Et bien souvent on rassemble les deux reproches, en prétendant par exemple que le libéralisme est concerné uniquement par la recherche du profit personnel et matériel maximum46.
Ce que défend le libéralisme c’est une certaine conception de l’homme, une conception réaliste qui n’implique aucune autre normativité que celle qui consiste à rechercher les moyens de faire en sorte que la nature profonde de l’homme puisse être respectée. II ne s’agit donc pas, par exemple, de faire l’apologie de l’égoïsme47. Mais simplement de reconnaître au départ que les individus sont différents les uns des autres, que les cerveaux sont séparés, qu’il n’existe rien de semblable à un quelconque cerveau collectif et que chacun d’entre nous poursuit des buts qui lui sont propres. L’individualisme – qui constitue le fondement du libéralisme – a donc une base objective évidente. A partir du moment où l’on reconnaît la diversité des buts individuels et où l’on conçoit effectivement l’individu comme un acteur, c’est-à-dire quelqu’un qui agit, il est normal de considérer qu’une société libre est une société où chacun est libre de poursuivre ses propres objectifs. Et si l’on veut se placer sur le plan des prescriptions normatives, on est forcé d’admettre qu’on doit s’interdire de juger des buts d’autrui : chacun est totalement propriétaire de sa personnalité, donc des objectifs qui lui sont propres. Le fait que ces objectifs soient matériels ou immatériels, qu’on puisse leur donner le label d’objectifs égoïstes ou d’objectifs altruistes ne doit par nous concerner. On peut seulement constater que l’altruisme existe, c’est-à-dire l’attitude qui consiste à prendre en compte les objectifs supposés d’autrui dans la détermination de ses propres actions. Or, prenons l’exemple particulier où cet altruisme supposé se traduit par un don. Il n’est légitime que dans la mesure où il est fait par celui qui en est le propriétaire légitime. Mais s’il ne s’agit que d’un prétendu don, effectué au moyen de la contrainte par transfert forcé, il n’a plus rien à voir avec l’altruisme. Il est et restera nécessairement une atteinte aux droits de propriété.
Il y a quelques années, la puissance publique avait traîné devant les tribunaux quelques jeunes gens qui avaient volé des produits alimentaires dans une boutique de luxe parisienne pour les donner à des pauvres. Il y avait effectivement une atteinte à des droits de propriété bien définis et le fait que le transfert forcé ait été réalisé en faveur de pauvres ne changeait rien à la nature même de l’acte. Mais s’il en est ainsi, pourquoi les tribunaux ne condamnent-ils pas les hommes de l’État lorsqu’ils prélèvent des impôts par la force en des salariés. Nous verrons dans la troisième partie ce qu’il faut penser de cette perspective, prétendant légitimer cet acte par le fait que les ressources prélevées – pour ne pas dire « volées » – sont distribuées aux « pauvres » (ce qui n’est d’ailleurs généralement pas le cas et ne constitue donc qu’un alibi) ? Il ne faut pas avoir peur des mots, il ne faut pas hésiter à donner aux mots leur véritable sens : la charité obligatoire n’est pas de la charité et on ne peut guère la qualifier autrement qu’en l’appelant du « vol » puisqu’elle est une atteinte aux droits de propriété.

43 Compte tenu de l’importance des droits de propriété pour comprendre le fonctionnement de toute société et de toute organisation humaine, il est vivement recommandé de se reporter à l’excellent livre d’Henri Lepage, Pourquoi la propriété, Paris, Hachette, collection « Pluriel », 1985.
44 Bien entendu, le circuit des échanges pouvant être très long, il se peut fort bien qu’à l’occasion d’un échange particulier, l’un des échangistes échange un bien qu’il n’a pas lui-même produit, mais qu’il a antérieurement obtenu contre un autre bien. Mais si l’on remonte toute la chaîne des échanges dans l’hypothèse d’absence de contrainte, on aboutit forcément à des actes de création originels.
45 Bien entendu, il est incohérent de parler de « droit » dans ce cas.
46 Le reproche est pour certains encore plus précis : il s’agirait de défendre le profit matériel des propriétaires d’entreprises – les titulaires de profits – aux dépens
47 Même s’il a pu être fait, par exemple, par la philosophe américaine Ayn Rand dans The Virtue of Selfishness, New York, New American Library, Signet series, 1964 (traduction française, La Vertu d’égoïsme, Paris, Les Belles Lettres, 1993).

Pascal Salin, in Libéralisme

Les Droits de l’Homme

mai 6, 2007


Si l’on veut prôner une société libre – c’est-à-dire le capitalisme – l’on doit se rendre compte que son fondement indispensable est le principe des Droits individuels.

Si l’on veut défendre les Droits individuels, l’on doit comprendre que le capitalisme est le seul système qui peut les promouvoir et les protéger. Et si l’on veut évaluer le rapport entre la liberté et les objectifs que se donnent aujourd’hui les intellectuels, l’on peut en trouver une image significative dans le fait que le concept des Droits individuels est brouillé, perverti, déformé, presque jamais discuté, et que la plus grande réticence à en parler se trouve justement du côté de la soi-disant « droite ».

Les « Droits » sont un concept moral : le concept qui fournit une transition logique entre les principes qui guident l’action d’une personne et ceux qui gouvernent ses relations avec les autres. Le concept qui maintient et protège la morale individuelle dans un contexte social. Le lien entre le code moral d’une personne et le code juridique d’une société, entre l’éthique et la politique. Les Droits individuels sont le moyen de soumettre l’ordre politique à la règle éthique.

Tout système politique est fondé sur un code moral ou sur un autre. Les déontologies dominantes au cours de l’histoire humaine ont été des variantes de la doctrine altruiste-collectiviste qui subordonnait l’individu à quelque entité supérieure, soit mystique, soit sociale.

En conséquence, la plupart des systèmes politiques ont été des variantes de la même tyrannie étatiste, ne différant que par le degré et non par le principe fondateur, limités seulement par les accidents de la tradition, les désordres, les conflits sanglants et l’effondrement périodique. Dans tous les systèmes de ce genre, la morale était un code applicable â la personne, mais pas à la société. La société était placée en dehors de la loi morale, comme son incarnation, sa source ou son interprète exclusive. L’on considérait qu’inculquer la dévotion sacrificielle au devoir social était la fonction principale de l’éthique dans la vie terrestre de l’homme.

Comme la « société » n’est pas une entité, comme il ne s’agit que d’un groupe de personnes singulières, cela signifiait, en pratique, que les règles sociales étaient exemptes d’un jugement par la loi morale. Elles n’étaient soumises qu’aux rituels traditionnels; elles exerçaient un pouvoir total et exigeaient une obéissance aveugle. Le principe implicite était alors:  » Le Bien est ce qui est bon pour la société (ou pour la tribu, la race, la nation) et les édits des dirigeants de celle-ci sont sa retranscription sur la terre. « 

Ce fonctionnement s’est retrouvé dans tous les systèmes étatistes, sous toutes les variantes de l’éthique altruiste-collectiviste, mystiques ou sociales.  » Le Droit divin de la monarchie  » résume la conception politique des premières, «  »Vox populi, vox Dei  » celle des secondes. En témoignent la théocratie de l’Egypte, avec le pharaon comme dieu incarné, le règne illimité de la majorité ou démocratie d’Athènes, l’Etat-providence de l’Empire romain, l’inquisition de la fin du Moyen-Age, la monarchie absolue de la France d’Ancien régime, l’interventionnisme socialisant de Bismarck, les chambres à gaz de l’Allemagne nazie, la boucherie de l’Union soviétique.

Tous ces systèmes politiques étaient des expressions de l’éthique altruiste-collectiviste, et leur caractéristique commune est le fait que la société s’y trouvait placée au-dessus de la loi morale, dans une position d’omnipotence souveraine et d’acceptation aveugle de l’arbitraire. Ainsi, politiquement, tous ces systèmes étaient des variantes d’une société amorale.
La réussite la plus profondément révolutionnaire des Etats-Unis d’Amérique fut de subordonner la société politique à la règle morale.

Le principe des Droits individuels de l’homme représentait l’extension de la morale au système politique, comme une limitation au pouvoir de l’Etat, comme une protection de la personne contre la force brutale du collectif, comme la subordination de la force au Droit. Les Etats-Unis furent la première société morale de l’histoire des hommes.

Tous les systèmes précédents avaient considéré l’homme comme un objet sacrificiel soumis aux intérêts des autres, et la société comme une fin en soi. Les Etats-Unis ont considéré la personne comme une fin en elle-même, et la société comme le moyen d’une coexistence paisible, ordonnée et volontaire entre les individus. Tous les systèmes précédents avaient soutenu que la vie de l’homme appartenait à la société, que la société pouvait en disposer de la manière qui lui plaisait, et que toute la liberté dont celui-ci pouvait jouir lui était accordée par faveur, par la permission de la société, permission qui pouvait être révoquée à tout instant. Les Etats-Unis ont pensé que la vie de l’homme lui appartient de Droit, (ce qui signifie : par principe moral et de par la nature des choses), qu’un Droit est le propre d’une personne, que la société en tant que telle n’a donc aucun Droit, et que la seule fonction morale de l’Etat est de protéger les Droits individuels.

Un  » Droit  » est un principe moral qui définit et sanctionne la liberté qu’une personne a d’agir dans un contexte social. Il n’existe en ce sens qu’un Droit fondamental (tous les autres ne sont que ses conséquences ou ses corollaires) : le Droit d’un homme de posséder sa propre vie. La vie est un processus d’action auto-engendré et auto-entretenu; le Droit de posséder sa propre vie signifie qu’on a le Droit d’exécuter les actions qui permettent son engendrement et son entretien. Ce qui signifie : le Droit de faire tout ce qui est nécessité par la nature d’un être rationnel pour le maintien, la promotion, l’accomplissement et la réussite de sa propre vie. (Tel est le sens de la formule parlant du Droit de vivre, d’être libre et de rechercher le bonheur que l’on retrouve dans la Déclaration d’Indépendance. )

Le concept de  » Droit  » ne peut faire référence qu’à l’action, spécifiquement à la liberté d’action. Il désigne la liberté par rapport à une contrainte, une coercition ou une ingérence physique de la part d’autres hommes.
Pour tout individu, un Droit est ainsi la sanction morale d’une capacité positive: sa liberté d’agir conformément à son propre jugement, de poursuivre ses buts personnels par un choix autonome, volontaire et sans coercition. Ses Droits n’imposent à ses voisins aucune obligation autre que négative : l’impératif qu’ils s’abstiennent de les violer.

Le Droit de contrôler sa propre vie est la source de tous les Droits, et le Droit de Propriété est leur seule concrétisation possible. Sans Droit de Propriété, aucun autre Droit n’est concevable. Comme il faut à l’homme subvenir à son existence par ses propres efforts, l’homme qui n’a pas de Droit sur les produits de son effort n’a pas les moyens d’entretenir sa vie. Celui qui produit alors que les autres disposent de ce qu’il a produit est un esclave.

Gardez bien en tête que le Droit de Propriété est un Droit d’agir, comme tous les autres. Ce n’est pas un  » droit à  » un objet, mais un Droit à l’action et à ce qu’il résulte de celle-ci sur le plan de la production et de la valeur de ce qui est produit. Ce n’est pas la garantie qu’un homme finira par disposer d’une quelconque richesse ; c’est la garantie qu’il pourra posséder ce qu’il a gagné s’il l’a obtenu par son action productive. C’est donc le Droit d’acquérir, de conserver, d’utiliser et de disposer des valeurs incarnées dans les objets matériels.

Le concept de Droits individuels est tellement nouveau dans l’histoire de l’humanité que la plupart des hommes ne l’ont pas encore complètement compris à ce jour. Se référant aux deux conceptions de l’éthique, la mystique et la sociale, certains affirment que les Droits sont un don de Dieu, les autres qu’ils sont un privilège social. En fait, la source des Droits est la nature de l’homme.

La Déclaration d’Indépendance affirmait que les hommes  » ont été dotés par leur Créateur de certains Droits inaliénables « . Que l’on croie que l’homme est le produit d’un Créateur ou celui de la nature, la question de l’origine de l’homme ne change rien au fait qu’il est une entité d’un certain type, un être rationnel, qu’il ne peut pas fonctionner efficacement sous la menace de la violence, et que les Droits sont une condition nécessaire de son mode d’existence spécifique.

 » La source des Droits de l’Homme n’est pas la loi de Dieu ni la loi du Congrès, mais la Loi de l’Identité. Toute chose est ce qu’elle est, et l’Homme est un homme. Les Droits sont les conditions d’existence nécessitées par la nature de l’homme afin que celui-ci vive décemment. Dès lors que l’homme doit vivre sur terre, il a le droit de se servir de sa conscience rationnelle, il a le droit d’agir librement d’après son propre jugement. Il a le Droit de travailler conformément à ses propres valeurs et de disposer du produit de son travail. Si ce qu’il veut c’est vivre sur terre, il a le Droit de vivre comme un être rationnel: la nature même lui interdit l’irrationalité  » (Atlas Shrugged, discours de John Galt).

Violer les Droits d’un homme signifie l’obliger à agir contre son propre jugement, ou s’emparer par la force de ce qu’il a produit. Fondamentalement, il n’y a qu’une façon de parvenir à cela: recourir à la violence physique. Deux groupes de personnes peuvent violer les Droits de l’Homme: les malfaiteurs et les hommes de l’Etat. La grande réussite des Etats-Unis fut d’établir une différence entre les deux, en interdisant aux seconds d’exercer une version légalisée des activités des premiers.

La Déclaration d’Indépendance posa le principe que  » C’est pour assurer ces Droits que les Etats ont été institués parmi les hommes « . Ce principe a fourni la seule justification valable de l’existence d’un Etat et a défini sa seule fonction légitime : assurer les Droits des hommes en protégeant ceux-ci de la violence physique.
Ainsi le rôle des hommes de l’Etat fut-il transformé: de maîtres, ils devinrent serviteurs. L’Etat était institué pour protéger les personnes contre les malfaiteurs, et la Constitution était écrite pour les protéger des hommes de l’Etat. La Déclaration des Droits n’était pas dirigée contre les citoyens privés, mais contre les décideurs publics, comme une déclaration explicite soulignant que les Droits individuels l’emportent sur tout pouvoir politique.

Le résultat fut un modèle de société civilisée que, pour la brève période de quelque cent cinquante ans, les Etats-Unis furent bien près de réaliser effectivement. Une société civilisée est une société où la violence physique est bannie dans les relations humaines, et dans laquelle les hommes de l’Etat, agissant comme des gendarmes, ne peuvent faire usage de la force qu’au titre de riposte et seulement contre ceux qui ont enclenché cet usage.
Tels étaient la signification et le but essentiels de la philosophie politique américaine, implicites dans le principe des Droits individuels. Mais cette signification et ce but ne furent pas formulés explicitement, et dès lors ne furent ni complètement acceptés, ni mis en pratique de façon cohérente.

L’élément contradictoire interne aux Etats-Unis était l’existence en elle de l’éthique altruiste – collectiviste.
L’altruisme est incompatible avec la liberté, avec le capitalisme et avec les Droits individuels. On ne peut pas combiner la recherche du bonheur avec le statut moral d’animal sacrificiel.

C’est le concept de Droits individuels qui avait donné naissance à la possibilité d’une société libre. C’est par la destruction des Droits individuels que la destruction de la liberté devait commencer.

Une tyrannie collectiviste ne peut se permettre de réduire tout un pays à l’esclavage par la confiscation ouverte de ses productions, matérielles ou morales. Elle ne peut parvenir à cette fin que par un processus de corruption interne. De même que dans le domaine matériel le pillage de la richesse d’un pays se fait par une politique d’inflation sur la monnaie, l’on peut aujourd’hui observer la mise en place d’un processus d’inflation dans le domaine des Droits. Ce processus repose sur une telle prolifération de « nouveaux droits » récemment proclamés que les gens ne se rendent pas compte que le sens du concept est inversé. De même que la mauvaise monnaie est imposée à la place des bonnes, ces droits en monnaie de singe détruisent les Droits authentiques.
Considérez ce fait curieux : jamais l’on n’a observé à un tel point, tout autour du monde, la prolifération de deux phénomènes apparemment contradictoires : les prétendus « nouveaux droits » et les camps de travail forcé.
L’astuce a consisté à faire glisser le concept de Droit du domaine politique à celui de l’économie.

Le programme du Parti Démocrate en 1960 résume ce tour de passe-passe avec hardiesse et franchise. Il proclame que les Démocrates s’ils parviennent au pouvoir  » réaffirmeront la Déclaration des droits économiques que Franklin Roosevelt inscrivit dans notre conscience nationale il y a seize ans. « 

Gardez bien présent à l’esprit ce que signifie le concept des  » Droits « , en lisant la liste de ce que propose ledit programme :

 » 1. Le ‘droit à’ un travail utile et rémunérateur dans l’industrie, le commerce, le secteur agricole ou le secteur minier.

 » 2. Le ‘droit à’ gagner assez d’argent pour obtenir une quantité suffisante de nourriture, de vêtements et de moyens de distraction.

 » 3. Le ‘droit de tout agriculteur à cultiver et à vendre ses produits’ en étant sûr d’en tirer suffisamment pour obtenir, pour lui et sa famille, les moyens d’une vie acceptable.

 » 4. Le ‘droit de tout entrepreneur, grand ou petit, à échanger dans une atmosphère libérée de la concurrence déloyale et du poids dominateur des monopoles’ chez lui et à l’étranger.

 » 5. Le ‘droit de toute famille à’ une maison confortable.

 » 6. Le ‘droit à’ des soins médicaux suffisants et à la possibilité de vivre en bonne santé.

 » 7.Le ‘droit à’ une protection adéquate contre les risques économiques liés à l’âge, à la maladie, aux accidents et au chômage.

 » 8. Le ‘droit à’ une bonne éducation. « 

Une simple question ajoutée à chacune des clauses ci-dessus suffirait à faire comprendre de quoi il s’agit : « aux dépens de qui? »

Les emplois, la nourriture, les vêtements, les moyens de distraction, les maisons, les soins médicaux, l’éducation, etc, ne poussent pas sur les arbres. Ce sont des produits de l’action humaine; des biens et des services qui ont été créés par quelqu’un. Qui sera là pour les fournir ?
Si certains ont le  » droit  » de vivre aux dépens du travail des autres, cela veut dire que ces autres sont privés de leurs Droits et condamnés à travailler comme des esclaves.

Tout prétendu  » droit  » d’un homme, qui nécessite de violer les Droits d’un autre homme, n’est pas, et ne peut pas être un Droit. Personne ne peut avoir le Droit d’imposer une obligation que l’on n’a pas choisie, un devoir sans récompense ou une servitude involontaire. II ne peut pas y avoir de  » droit de réduire des hommes à l’esclavage « .

Un Droit n’implique pas sa concrétisation matérielle par l’action d’autres hommes; il implique uniquement la liberté pour chacun de parvenir à cette concrétisation grâce à son propre effort.

Remarquez, dans ce contexte, la précision intellectuelle des Pères Fondateurs des Etats-Unis : ils parlaient du Droit de rechercher le bonheur, et pas du  » droit au  » bonheur. Cela veut dire qu’un homme a le Droit d’entreprendre les actions qu’il juge nécessaires pour atteindre le bonheur; cela ne veut pas dire que les autres ont le devoir de le rendre heureux.

Le Droit de vivre implique que tout homme a le Droit de subvenir aux nécessités matérielles impliquées par le fait qu’il vit grâce à son travail (quel que soit le niveau où celui-ci se situe dans l’économie); il n’implique pas que les autres doivent lui fournir ses moyens d’existence.
Le Droit de Propriété implique qu’un homme a le Droit d’entreprendre les actions économiques nécessaires pour acquérir une propriété, il n’implique pas que les autres doivent lui fournir une propriété.

Le Droit de libre expression implique qu’une personne a le Droit d’exprimer ses idées sans courir le risque d’être réprimée, entravée ou punie par les hommes de l’Etat. Il n’implique pas que les autres doivent lui fournir une salle de conférences, une station de radio ou une imprimerie pour exprimer ses idées.

Toute entreprise qui implique plus d’une personne nécessite le consentement volontaire de chacun des participants. Chacun d’entre eux a le Droit de prendre ses propres décisions, et personne n’a celui d’imposer ses décisions aux autres.

Il n’existe pas ainsi de  » droit à l’emploi « . Il n’existe que le Droit d’échanger librement, c’est-à-dire : le Droit que chacun possède d’être embauché si une autre personne décide de payer ses services. Il n’y a pas de  » droit au logement « , il n’y a que le Droit là encore d’échanger librement : le Droit de louer un logement ou de l’acheter. Il n’y a pas de  » droit à un salaire décent  » ou à un prix  » acceptable  » si personne n’accepte de payer ce prix ou ce salaire. Il n’y a pas de  » droit à consommer  » du lait, des chaussures, des places de cinéma ou des bouteilles de champagne si aucun producteur n’a décidé de fabriquer ces articles; il n’y a que le Droit de les fabriquer soi-même. Il n’y a pas de  » droits catégoriels « : pas de  » droits des agriculteurs, des travailleurs, des employés, des employeurs, des vieux, des jeunes, des enfants à naître « . Il n’y a que les Droits de l’Homme, des Droits possédés par toute personne singulière et par tous les hommes en tant qu’individus.

Le Droit de Propriété et le Droit d’échanger librement qui en découle sont les seuls  » Droits économiques  » de l’Homme. Il s’agit en fait de Droits politiques, et il ne peut y avoir de  » Déclaration des droits économiques de l’homme « . Remarquez seulement que les partisans des seconds ont quasiment détruit les premiers.

Rappelez-vous que les Droits sont des principes moraux qui définissent et protègent la liberté d’action d’une personne, mais n’imposent aucune obligation aux autres hommes. Les citoyens privés ne sont pas une menace pour les Droits ou pour les libertés les uns des autres. Un citoyen privé qui a recours à la violence physique en violation des Droits des autres est un malfaiteur, et les hommes ont contre lui la protection de la loi.

Dans tous les pays et à toutes les époques, ces malfaiteurs-là ont toujours été une petite minorité, et le mal qu’ils ont fait à l’humanité est infinitésimal quand on le compare aux horreurs : bains de sang, guerres, persécutions, confiscations, famines, réduction à l’esclavage, ou destructions massives, perpétrées par les castes politiques de l’humanité. Potentiellement, un Etat est la plus grande menace qui pèse sur les Droits de l’Homme : il possède en général le monopole légal de l’usage de la force physique contre des victimes légalement désarmées. Quand son pouvoir n’est ni limité ni restreint par les Droits individuels, l’ Etat est le plus mortel ennemi des hommes. Ce n’est pas en raison de la nécessité de se protéger contre les actions privées, mais en raison de celle de se protéger contre les décisions publiques que la Déclaration des Droits a été écrite.

Considérez maintenant quel procédé se trouve utilisé pour détruire cette protection.
Le procédé consiste à attribuer aux citoyens privés d’être les auteurs de violations spécifiques du Droit que la constitution interdit aux hommes de l’Etat (et que les citoyens privés n’ont pas dans les faits le pouvoir de commettre) – ce qui permet de libérer les hommes de l’Etat de toute contrainte. Les résultats sont au présent particulièrement visibles dans le domaine de la liberté d’expression. Pendant des années, les collectivistes ont propagé l’idée que lorsqu’une personne privée refuse de financer un opposant, elle commet une  » violation de la liberté d’expression  » de cet opposant et un acte de  » censure « .

C’est de la  » censure « , prétendent-ils, lorsqu’un journal refuse d’employer ou de publier des auteurs dont les idées sont diamétralement opposées à sa politique.
C’est de la  » censure « , prétendent-ils encore lorsqu’un homme d’affaire refuse de faire publier des publicités dans un magazine qui le dénonce, l’insulte et le traîne dans la boue.

C’est de la  » censure « , prétendent-ils enfin, lorsque quelqu’un qui finance une émission de télévision proteste contre une ignominie – telle l’invitation faite à Alger Hiss de venir calomnier en direct Richard Nixon – perpétrée au cours d’une émission pour laquelle il donne son argent.
A ce propos un certain Newton N. Minow a déclaré:  » il y a la censure des indices d’écoute, celle des annonceurs, celle des chaînes, des stations associées qui refusent les programmes qu’on offre à leurs zones d’émission « . C’est le même M. Minow qui menace à présent de révoquer l’autorisation de toute station qui ne se soumettrait pas à ses conceptions des programmes, et qui prétend que cela, ce ne serait pas de la censure. Examinez les implications de tout ceci.

La  » censure  » est un terme uniquement applicable aux actions de l’Etat. Aucune action privée ne peut être énoncée comme un acte de censure. Aucun individu et aucune agence non publique ne peut réduire un homme au silence, ni réprimer une publication. Seul un Etat peut y parvenir. La liberté d’expression d’une personne privée inclut le Droit de ne pas être d’accord avec ses adversaires, de ne pas les écouter et de ne pas les financer.

Pourtant, selon la doctrine dite des  » droits économiques de l’homme « , un individu n’aurait pas le Droit de disposer de ses propres moyens matériels et de les utiliser selon ses propres convictions, mais devrait donner son argent sans discrimination à n’importe quel discoureur ou propagandiste, qui aurait ainsi un  » droit à  » … ce qui ne lui appartient pas. Cela signifie que la capacité de produire les moyens matériels nécessaires à l’expression des idées serait ce qui prive un homme du Droit de penser ce qu’il pense. Cela signifie aussi qu’un éditeur devrait publier des livres qu’il trouve mauvais, falsificateurs ou pervers, que le financier d’une émission de télévision devrait rétribuer des commentateurs qui ont choisi de s’en prendre à ses convictions. Que le propriétaire d’un journal devrait livrer ses pages éditoriales à tout jeune voyou qui fait de l’agitation pour réduire la presse à la servitude. Cela signifie donc qu’un groupe d’hommes aurait le droit illimité de faire n’importe quoi, alors qu’un autre groupe se trouverait réduit à la dépossession et à l’impuissance.

Mais comme il serait évidemment impossible de fournir à quiconque les réclame, un emploi, un micro ou les colonnes d’un journal, qui décidera de la  » distribution  » des  » droits économiques  » et choisira leurs bénéficiaires, lorsque le Droit de choisir qui appartenait aux propriétaires aura été aboli? Eh bien, cela au moins, M. Minow l’a indiqué avec beaucoup de clarté.

Et si vous faites l’erreur de croire que tout ce qui précède ne s’applique qu’aux grands possédants, il serait temps pour vous de vous rendre compte que la théorie des  » droits économiques  » implique pour n’importe quel théâtreux en mal de spectacle, pour n’importe quel poète baba, pour n’importe quel compositeur de bruits ou pour tout  » artiste  » non objectif (pourvu d’appuis politiques), le  » droit au  » soutien financier que vous aviez choisi de ne pas leur donner en n’assistant pas à leurs exhibitions. Quelle autre signification peut avoir la décision de dépenser l’argent de vos impôts pour subventionner la  » culture « ?

Ainsi, pendant que des gens se promènent la bouche pleine de ces  » droits économiques  » le concept des Droits politiques est en train de disparaître. On oublie que le Droit de libre expression désigne la liberté de prôner ses propres opinions et d’en subir les conséquences, y compris le désaccord avec les autres, leur opposition, leur hostilité et leur refus de vous soutenir. La fonction politique du Droit de libre expression est de protéger les dissidents et les minorités impopulaires contre la répression violente, non de leur garantir le soutien matériel, les avantages et les récompenses d’une popularité qu’ils n’ont rien fait pour mériter.

La Déclaration des Droits stipule :  » Le Congrès ne fera aucune loi… limitant la liberté de parole, ni celle de ta presse… « , il n’y est pas exigé des citoyens privés qu’ils fournissent un micro à l’homme qui prône leur destruction, ou un passe au voleur qui cherche à les cambrioler, ou un couteau à l’assassin qui veut leur couper la gorge.

Tel est l’état de l’un des débats les plus cruciaux du temps présent: celui où s’opposent les Droits politiques et les  » droits économiques « . Il faut choisir. Car ils sont incompatibles entre eux, et les seconds détruisent les premiers. En fait, il n’y a pas de  » droits économiques « , pas de  » droits collectifs « , pas de  » droits de l’intérêt général « . Le terme  » Droits de l’individu  » est une redondance: il n’y a pas d’autre forme de Droit et personne d’autre n’en possède.

Les partisans du capitalisme de laissez-faire sont les seuls défenseurs des Droits de l’Homme.

Ayn Rand in The Objectivist Newsletter.

Les Droits de l’Homme (Ayn Rand)

mai 6, 2007


Si l’on veut prôner une société libre – c’est-à-dire le capitalisme – l’on doit se rendre compte que son fondement indispensable est le principe des Droits individuels.

Si l’on veut défendre les Droits individuels, l’on doit comprendre que le capitalisme est le seul système qui peut les promouvoir et les protéger. Et si l’on veut évaluer le rapport entre la liberté et les objectifs que se donnent aujourd’hui les intellectuels, l’on peut en trouver une image significative dans le fait que le concept des Droits individuels est brouillé, perverti, déformé, presque jamais discuté, et que la plus grande réticence à en parler se trouve justement du côté de la soi-disant « droite ».

Les « Droits » sont un concept moral : le concept qui fournit une transition logique entre les principes qui guident l’action d’une personne et ceux qui gouvernent ses relations avec les autres. Le concept qui maintient et protège la morale individuelle dans un contexte social. Le lien entre le code moral d’une personne et le code juridique d’une société, entre l’éthique et la politique. Les Droits individuels sont le moyen de soumettre l’ordre politique à la règle éthique.

Tout système politique est fondé sur un code moral ou sur un autre. Les déontologies dominantes au cours de l’histoire humaine ont été des variantes de la doctrine altruiste-collectiviste qui subordonnait l’individu à quelque entité supérieure, soit mystique, soit sociale.

En conséquence, la plupart des systèmes politiques ont été des variantes de la même tyrannie étatiste, ne différant que par le degré et non par le principe fondateur, limités seulement par les accidents de la tradition, les désordres, les conflits sanglants et l’effondrement périodique. Dans tous les systèmes de ce genre, la morale était un code applicable â la personne, mais pas à la société. La société était placée en dehors de la loi morale, comme son incarnation, sa source ou son interprète exclusive. L’on considérait qu’inculquer la dévotion sacrificielle au devoir social était la fonction principale de l’éthique dans la vie terrestre de l’homme.

Comme la « société » n’est pas une entité, comme il ne s’agit que d’un groupe de personnes singulières, cela signifiait, en pratique, que les règles sociales étaient exemptes d’un jugement par la loi morale. Elles n’étaient soumises qu’aux rituels traditionnels; elles exerçaient un pouvoir total et exigeaient une obéissance aveugle. Le principe implicite était alors:  » Le Bien est ce qui est bon pour la société (ou pour la tribu, la race, la nation) et les édits des dirigeants de celle-ci sont sa retranscription sur la terre. « 

Ce fonctionnement s’est retrouvé dans tous les systèmes étatistes, sous toutes les variantes de l’éthique altruiste-collectiviste, mystiques ou sociales.  » Le Droit divin de la monarchie  » résume la conception politique des premières, «  »Vox populi, vox Dei  » celle des secondes. En témoignent la théocratie de l’Egypte, avec le pharaon comme dieu incarné, le règne illimité de la majorité ou démocratie d’Athènes, l’Etat-providence de l’Empire romain, l’inquisition de la fin du Moyen-Age, la monarchie absolue de la France d’Ancien régime, l’interventionnisme socialisant de Bismarck, les chambres à gaz de l’Allemagne nazie, la boucherie de l’Union soviétique.

Tous ces systèmes politiques étaient des expressions de l’éthique altruiste-collectiviste, et leur caractéristique commune est le fait que la société s’y trouvait placée au-dessus de la loi morale, dans une position d’omnipotence souveraine et d’acceptation aveugle de l’arbitraire. Ainsi, politiquement, tous ces systèmes étaient des variantes d’une société amorale.
La réussite la plus profondément révolutionnaire des Etats-Unis d’Amérique fut de subordonner la société politique à la règle morale.

Le principe des Droits individuels de l’homme représentait l’extension de la morale au système politique, comme une limitation au pouvoir de l’Etat, comme une protection de la personne contre la force brutale du collectif, comme la subordination de la force au Droit. Les Etats-Unis furent la première société morale de l’histoire des hommes.

Tous les systèmes précédents avaient considéré l’homme comme un objet sacrificiel soumis aux intérêts des autres, et la société comme une fin en soi. Les Etats-Unis ont considéré la personne comme une fin en elle-même, et la société comme le moyen d’une coexistence paisible, ordonnée et volontaire entre les individus. Tous les systèmes précédents avaient soutenu que la vie de l’homme appartenait à la société, que la société pouvait en disposer de la manière qui lui plaisait, et que toute la liberté dont celui-ci pouvait jouir lui était accordée par faveur, par la permission de la société, permission qui pouvait être révoquée à tout instant. Les Etats-Unis ont pensé que la vie de l’homme lui appartient de Droit, (ce qui signifie : par principe moral et de par la nature des choses), qu’un Droit est le propre d’une personne, que la société en tant que telle n’a donc aucun Droit, et que la seule fonction morale de l’Etat est de protéger les Droits individuels.

Un  » Droit  » est un principe moral qui définit et sanctionne la liberté qu’une personne a d’agir dans un contexte social. Il n’existe en ce sens qu’un Droit fondamental (tous les autres ne sont que ses conséquences ou ses corollaires) : le Droit d’un homme de posséder sa propre vie. La vie est un processus d’action auto-engendré et auto-entretenu; le Droit de posséder sa propre vie signifie qu’on a le Droit d’exécuter les actions qui permettent son engendrement et son entretien. Ce qui signifie : le Droit de faire tout ce qui est nécessité par la nature d’un être rationnel pour le maintien, la promotion, l’accomplissement et la réussite de sa propre vie. (Tel est le sens de la formule parlant du Droit de vivre, d’être libre et de rechercher le bonheur que l’on retrouve dans la Déclaration d’Indépendance. )

Le concept de  » Droit  » ne peut faire référence qu’à l’action, spécifiquement à la liberté d’action. Il désigne la liberté par rapport à une contrainte, une coercition ou une ingérence physique de la part d’autres hommes.
Pour tout individu, un Droit est ainsi la sanction morale d’une capacité positive: sa liberté d’agir conformément à son propre jugement, de poursuivre ses buts personnels par un choix autonome, volontaire et sans coercition. Ses Droits n’imposent à ses voisins aucune obligation autre que négative : l’impératif qu’ils s’abstiennent de les violer.

Le Droit de contrôler sa propre vie est la source de tous les Droits, et le Droit de Propriété est leur seule concrétisation possible. Sans Droit de Propriété, aucun autre Droit n’est concevable. Comme il faut à l’homme subvenir à son existence par ses propres efforts, l’homme qui n’a pas de Droit sur les produits de son effort n’a pas les moyens d’entretenir sa vie. Celui qui produit alors que les autres disposent de ce qu’il a produit est un esclave.

Gardez bien en tête que le Droit de Propriété est un Droit d’agir, comme tous les autres. Ce n’est pas un  » droit à  » un objet, mais un Droit à l’action et à ce qu’il résulte de celle-ci sur le plan de la production et de la valeur de ce qui est produit. Ce n’est pas la garantie qu’un homme finira par disposer d’une quelconque richesse ; c’est la garantie qu’il pourra posséder ce qu’il a gagné s’il l’a obtenu par son action productive. C’est donc le Droit d’acquérir, de conserver, d’utiliser et de disposer des valeurs incarnées dans les objets matériels.

Le concept de Droits individuels est tellement nouveau dans l’histoire de l’humanité que la plupart des hommes ne l’ont pas encore complètement compris à ce jour. Se référant aux deux conceptions de l’éthique, la mystique et la sociale, certains affirment que les Droits sont un don de Dieu, les autres qu’ils sont un privilège social. En fait, la source des Droits est la nature de l’homme.

La Déclaration d’Indépendance affirmait que les hommes  » ont été dotés par leur Créateur de certains Droits inaliénables « . Que l’on croie que l’homme est le produit d’un Créateur ou celui de la nature, la question de l’origine de l’homme ne change rien au fait qu’il est une entité d’un certain type, un être rationnel, qu’il ne peut pas fonctionner efficacement sous la menace de la violence, et que les Droits sont une condition nécessaire de son mode d’existence spécifique.

 » La source des Droits de l’Homme n’est pas la loi de Dieu ni la loi du Congrès, mais la Loi de l’Identité. Toute chose est ce qu’elle est, et l’Homme est un homme. Les Droits sont les conditions d’existence nécessitées par la nature de l’homme afin que celui-ci vive décemment. Dès lors que l’homme doit vivre sur terre, il a le droit de se servir de sa conscience rationnelle, il a le droit d’agir librement d’après son propre jugement. Il a le Droit de travailler conformément à ses propres valeurs et de disposer du produit de son travail. Si ce qu’il veut c’est vivre sur terre, il a le Droit de vivre comme un être rationnel: la nature même lui interdit l’irrationalité  » (Atlas Shrugged, discours de John Galt).

Violer les Droits d’un homme signifie l’obliger à agir contre son propre jugement, ou s’emparer par la force de ce qu’il a produit. Fondamentalement, il n’y a qu’une façon de parvenir à cela: recourir à la violence physique. Deux groupes de personnes peuvent violer les Droits de l’Homme: les malfaiteurs et les hommes de l’Etat. La grande réussite des Etats-Unis fut d’établir une différence entre les deux, en interdisant aux seconds d’exercer une version légalisée des activités des premiers.

La Déclaration d’Indépendance posa le principe que  » C’est pour assurer ces Droits que les Etats ont été institués parmi les hommes « . Ce principe a fourni la seule justification valable de l’existence d’un Etat et a défini sa seule fonction légitime : assurer les Droits des hommes en protégeant ceux-ci de la violence physique.
Ainsi le rôle des hommes de l’Etat fut-il transformé: de maîtres, ils devinrent serviteurs. L’Etat était institué pour protéger les personnes contre les malfaiteurs, et la Constitution était écrite pour les protéger des hommes de l’Etat. La Déclaration des Droits n’était pas dirigée contre les citoyens privés, mais contre les décideurs publics, comme une déclaration explicite soulignant que les Droits individuels l’emportent sur tout pouvoir politique.

Le résultat fut un modèle de société civilisée que, pour la brève période de quelque cent cinquante ans, les Etats-Unis furent bien près de réaliser effectivement. Une société civilisée est une société où la violence physique est bannie dans les relations humaines, et dans laquelle les hommes de l’Etat, agissant comme des gendarmes, ne peuvent faire usage de la force qu’au titre de riposte et seulement contre ceux qui ont enclenché cet usage.
Tels étaient la signification et le but essentiels de la philosophie politique américaine, implicites dans le principe des Droits individuels. Mais cette signification et ce but ne furent pas formulés explicitement, et dès lors ne furent ni complètement acceptés, ni mis en pratique de façon cohérente.

L’élément contradictoire interne aux Etats-Unis était l’existence en elle de l’éthique altruiste – collectiviste.
L’altruisme est incompatible avec la liberté, avec le capitalisme et avec les Droits individuels. On ne peut pas combiner la recherche du bonheur avec le statut moral d’animal sacrificiel.

C’est le concept de Droits individuels qui avait donné naissance à la possibilité d’une société libre. C’est par la destruction des Droits individuels que la destruction de la liberté devait commencer.

Une tyrannie collectiviste ne peut se permettre de réduire tout un pays à l’esclavage par la confiscation ouverte de ses productions, matérielles ou morales. Elle ne peut parvenir à cette fin que par un processus de corruption interne. De même que dans le domaine matériel le pillage de la richesse d’un pays se fait par une politique d’inflation sur la monnaie, l’on peut aujourd’hui observer la mise en place d’un processus d’inflation dans le domaine des Droits. Ce processus repose sur une telle prolifération de « nouveaux droits » récemment proclamés que les gens ne se rendent pas compte que le sens du concept est inversé. De même que la mauvaise monnaie est imposée à la place des bonnes, ces droits en monnaie de singe détruisent les Droits authentiques.
Considérez ce fait curieux : jamais l’on n’a observé à un tel point, tout autour du monde, la prolifération de deux phénomènes apparemment contradictoires : les prétendus « nouveaux droits » et les camps de travail forcé.
L’astuce a consisté à faire glisser le concept de Droit du domaine politique à celui de l’économie.

Le programme du Parti Démocrate en 1960 résume ce tour de passe-passe avec hardiesse et franchise. Il proclame que les Démocrates s’ils parviennent au pouvoir  » réaffirmeront la Déclaration des droits économiques que Franklin Roosevelt inscrivit dans notre conscience nationale il y a seize ans. « 

Gardez bien présent à l’esprit ce que signifie le concept des  » Droits « , en lisant la liste de ce que propose ledit programme :

 » 1. Le ‘droit à’ un travail utile et rémunérateur dans l’industrie, le commerce, le secteur agricole ou le secteur minier.

 » 2. Le ‘droit à’ gagner assez d’argent pour obtenir une quantité suffisante de nourriture, de vêtements et de moyens de distraction.

 » 3. Le ‘droit de tout agriculteur à cultiver et à vendre ses produits’ en étant sûr d’en tirer suffisamment pour obtenir, pour lui et sa famille, les moyens d’une vie acceptable.

 » 4. Le ‘droit de tout entrepreneur, grand ou petit, à échanger dans une atmosphère libérée de la concurrence déloyale et du poids dominateur des monopoles’ chez lui et à l’étranger.

 » 5. Le ‘droit de toute famille à’ une maison confortable.

 » 6. Le ‘droit à’ des soins médicaux suffisants et à la possibilité de vivre en bonne santé.

 » 7.Le ‘droit à’ une protection adéquate contre les risques économiques liés à l’âge, à la maladie, aux accidents et au chômage.

 » 8. Le ‘droit à’ une bonne éducation. « 

Une simple question ajoutée à chacune des clauses ci-dessus suffirait à faire comprendre de quoi il s’agit : « aux dépens de qui? »

Les emplois, la nourriture, les vêtements, les moyens de distraction, les maisons, les soins médicaux, l’éducation, etc, ne poussent pas sur les arbres. Ce sont des produits de l’action humaine; des biens et des services qui ont été créés par quelqu’un. Qui sera là pour les fournir ?
Si certains ont le  » droit  » de vivre aux dépens du travail des autres, cela veut dire que ces autres sont privés de leurs Droits et condamnés à travailler comme des esclaves.

Tout prétendu  » droit  » d’un homme, qui nécessite de violer les Droits d’un autre homme, n’est pas, et ne peut pas être un Droit. Personne ne peut avoir le Droit d’imposer une obligation que l’on n’a pas choisie, un devoir sans récompense ou une servitude involontaire. II ne peut pas y avoir de  » droit de réduire des hommes à l’esclavage « .

Un Droit n’implique pas sa concrétisation matérielle par l’action d’autres hommes; il implique uniquement la liberté pour chacun de parvenir à cette concrétisation grâce à son propre effort.

Remarquez, dans ce contexte, la précision intellectuelle des Pères Fondateurs des Etats-Unis : ils parlaient du Droit de rechercher le bonheur, et pas du  » droit au  » bonheur. Cela veut dire qu’un homme a le Droit d’entreprendre les actions qu’il juge nécessaires pour atteindre le bonheur; cela ne veut pas dire que les autres ont le devoir de le rendre heureux.

Le Droit de vivre implique que tout homme a le Droit de subvenir aux nécessités matérielles impliquées par le fait qu’il vit grâce à son travail (quel que soit le niveau où celui-ci se situe dans l’économie); il n’implique pas que les autres doivent lui fournir ses moyens d’existence.
Le Droit de Propriété implique qu’un homme a le Droit d’entreprendre les actions économiques nécessaires pour acquérir une propriété, il n’implique pas que les autres doivent lui fournir une propriété.

Le Droit de libre expression implique qu’une personne a le Droit d’exprimer ses idées sans courir le risque d’être réprimée, entravée ou punie par les hommes de l’Etat. Il n’implique pas que les autres doivent lui fournir une salle de conférences, une station de radio ou une imprimerie pour exprimer ses idées.

Toute entreprise qui implique plus d’une personne nécessite le consentement volontaire de chacun des participants. Chacun d’entre eux a le Droit de prendre ses propres décisions, et personne n’a celui d’imposer ses décisions aux autres.

Il n’existe pas ainsi de  » droit à l’emploi « . Il n’existe que le Droit d’échanger librement, c’est-à-dire : le Droit que chacun possède d’être embauché si une autre personne décide de payer ses services. Il n’y a pas de  » droit au logement « , il n’y a que le Droit là encore d’échanger librement : le Droit de louer un logement ou de l’acheter. Il n’y a pas de  » droit à un salaire décent  » ou à un prix  » acceptable  » si personne n’accepte de payer ce prix ou ce salaire. Il n’y a pas de  » droit à consommer  » du lait, des chaussures, des places de cinéma ou des bouteilles de champagne si aucun producteur n’a décidé de fabriquer ces articles; il n’y a que le Droit de les fabriquer soi-même. Il n’y a pas de  » droits catégoriels « : pas de  » droits des agriculteurs, des travailleurs, des employés, des employeurs, des vieux, des jeunes, des enfants à naître « . Il n’y a que les Droits de l’Homme, des Droits possédés par toute personne singulière et par tous les hommes en tant qu’individus.

Le Droit de Propriété et le Droit d’échanger librement qui en découle sont les seuls  » Droits économiques  » de l’Homme. Il s’agit en fait de Droits politiques, et il ne peut y avoir de  » Déclaration des droits économiques de l’homme « . Remarquez seulement que les partisans des seconds ont quasiment détruit les premiers.

Rappelez-vous que les Droits sont des principes moraux qui définissent et protègent la liberté d’action d’une personne, mais n’imposent aucune obligation aux autres hommes. Les citoyens privés ne sont pas une menace pour les Droits ou pour les libertés les uns des autres. Un citoyen privé qui a recours à la violence physique en violation des Droits des autres est un malfaiteur, et les hommes ont contre lui la protection de la loi.

Dans tous les pays et à toutes les époques, ces malfaiteurs-là ont toujours été une petite minorité, et le mal qu’ils ont fait à l’humanité est infinitésimal quand on le compare aux horreurs : bains de sang, guerres, persécutions, confiscations, famines, réduction à l’esclavage, ou destructions massives, perpétrées par les castes politiques de l’humanité. Potentiellement, un Etat est la plus grande menace qui pèse sur les Droits de l’Homme : il possède en général le monopole légal de l’usage de la force physique contre des victimes légalement désarmées. Quand son pouvoir n’est ni limité ni restreint par les Droits individuels, l’ Etat est le plus mortel ennemi des hommes. Ce n’est pas en raison de la nécessité de se protéger contre les actions privées, mais en raison de celle de se protéger contre les décisions publiques que la Déclaration des Droits a été écrite.

Considérez maintenant quel procédé se trouve utilisé pour détruire cette protection.
Le procédé consiste à attribuer aux citoyens privés d’être les auteurs de violations spécifiques du Droit que la constitution interdit aux hommes de l’Etat (et que les citoyens privés n’ont pas dans les faits le pouvoir de commettre) – ce qui permet de libérer les hommes de l’Etat de toute contrainte. Les résultats sont au présent particulièrement visibles dans le domaine de la liberté d’expression. Pendant des années, les collectivistes ont propagé l’idée que lorsqu’une personne privée refuse de financer un opposant, elle commet une  » violation de la liberté d’expression  » de cet opposant et un acte de  » censure « .

C’est de la  » censure « , prétendent-ils, lorsqu’un journal refuse d’employer ou de publier des auteurs dont les idées sont diamétralement opposées à sa politique.
C’est de la  » censure « , prétendent-ils encore lorsqu’un homme d’affaire refuse de faire publier des publicités dans un magazine qui le dénonce, l’insulte et le traîne dans la boue.

C’est de la  » censure « , prétendent-ils enfin, lorsque quelqu’un qui finance une émission de télévision proteste contre une ignominie – telle l’invitation faite à Alger Hiss de venir calomnier en direct Richard Nixon – perpétrée au cours d’une émission pour laquelle il donne son argent.
A ce propos un certain Newton N. Minow a déclaré:  » il y a la censure des indices d’écoute, celle des annonceurs, celle des chaînes, des stations associées qui refusent les programmes qu’on offre à leurs zones d’émission « . C’est le même M. Minow qui menace à présent de révoquer l’autorisation de toute station qui ne se soumettrait pas à ses conceptions des programmes, et qui prétend que cela, ce ne serait pas de la censure. Examinez les implications de tout ceci.

La  » censure  » est un terme uniquement applicable aux actions de l’Etat. Aucune action privée ne peut être énoncée comme un acte de censure. Aucun individu et aucune agence non publique ne peut réduire un homme au silence, ni réprimer une publication. Seul un Etat peut y parvenir. La liberté d’expression d’une personne privée inclut le Droit de ne pas être d’accord avec ses adversaires, de ne pas les écouter et de ne pas les financer.

Pourtant, selon la doctrine dite des  » droits économiques de l’homme « , un individu n’aurait pas le Droit de disposer de ses propres moyens matériels et de les utiliser selon ses propres convictions, mais devrait donner son argent sans discrimination à n’importe quel discoureur ou propagandiste, qui aurait ainsi un  » droit à  » … ce qui ne lui appartient pas. Cela signifie que la capacité de produire les moyens matériels nécessaires à l’expression des idées serait ce qui prive un homme du Droit de penser ce qu’il pense. Cela signifie aussi qu’un éditeur devrait publier des livres qu’il trouve mauvais, falsificateurs ou pervers, que le financier d’une émission de télévision devrait rétribuer des commentateurs qui ont choisi de s’en prendre à ses convictions. Que le propriétaire d’un journal devrait livrer ses pages éditoriales à tout jeune voyou qui fait de l’agitation pour réduire la presse à la servitude. Cela signifie donc qu’un groupe d’hommes aurait le droit illimité de faire n’importe quoi, alors qu’un autre groupe se trouverait réduit à la dépossession et à l’impuissance.

Mais comme il serait évidemment impossible de fournir à quiconque les réclame, un emploi, un micro ou les colonnes d’un journal, qui décidera de la  » distribution  » des  » droits économiques  » et choisira leurs bénéficiaires, lorsque le Droit de choisir qui appartenait aux propriétaires aura été aboli? Eh bien, cela au moins, M. Minow l’a indiqué avec beaucoup de clarté.

Et si vous faites l’erreur de croire que tout ce qui précède ne s’applique qu’aux grands possédants, il serait temps pour vous de vous rendre compte que la théorie des  » droits économiques  » implique pour n’importe quel théâtreux en mal de spectacle, pour n’importe quel poète baba, pour n’importe quel compositeur de bruits ou pour tout  » artiste  » non objectif (pourvu d’appuis politiques), le  » droit au  » soutien financier que vous aviez choisi de ne pas leur donner en n’assistant pas à leurs exhibitions. Quelle autre signification peut avoir la décision de dépenser l’argent de vos impôts pour subventionner la  » culture « ?

Ainsi, pendant que des gens se promènent la bouche pleine de ces  » droits économiques  » le concept des Droits politiques est en train de disparaître. On oublie que le Droit de libre expression désigne la liberté de prôner ses propres opinions et d’en subir les conséquences, y compris le désaccord avec les autres, leur opposition, leur hostilité et leur refus de vous soutenir. La fonction politique du Droit de libre expression est de protéger les dissidents et les minorités impopulaires contre la répression violente, non de leur garantir le soutien matériel, les avantages et les récompenses d’une popularité qu’ils n’ont rien fait pour mériter.

La Déclaration des Droits stipule :  » Le Congrès ne fera aucune loi… limitant la liberté de parole, ni celle de ta presse… « , il n’y est pas exigé des citoyens privés qu’ils fournissent un micro à l’homme qui prône leur destruction, ou un passe au voleur qui cherche à les cambrioler, ou un couteau à l’assassin qui veut leur couper la gorge.

Tel est l’état de l’un des débats les plus cruciaux du temps présent: celui où s’opposent les Droits politiques et les  » droits économiques « . Il faut choisir. Car ils sont incompatibles entre eux, et les seconds détruisent les premiers. En fait, il n’y a pas de  » droits économiques « , pas de  » droits collectifs « , pas de  » droits de l’intérêt général « . Le terme  » Droits de l’individu  » est une redondance: il n’y a pas d’autre forme de Droit et personne d’autre n’en possède.

Les partisans du capitalisme de laissez-faire sont les seuls défenseurs des Droits de l’Homme.

Ayn Rand in The Objectivist Newsletter.

  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA sur
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus sur (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus sur Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond sur Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups sur Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon sur 30 000 visiteurs!!
    Anonymous sur 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus sur Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z sur 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius