Archive for the ‘SNCF’ Category

Ma soirée d’usager SNCF J’ai pour habitude de ren…

janvier 14, 2006

Ma soirée d’usager SNCF
J’ai pour habitude de rentrer chez mes parents toutes les deux semaines le plus souvent au moyen des wagons à bestiaux (les Français sont des veaux, paraît-il) que la SNCF emploie sur la ligne Toulouse-Bayonne. Ainsi, hier, à 18h10 (précision : ce train ne va que jusqu’à Tarbes, ma mère venant m’y chercher) j’arrive à la gare Saint-Agne où la borne affiche naturellement « hors-service ». Par chance, la guichetière travaille encore, elle donne même l’impression d’avoir fort à faire (étrange). Un train stationne à quai, sûrement le mien. Avant que j’atteigne la préposée, le cheval de fer met les voiles. Ach so ! Prenant mon courage à deux mains en même temps que mes sacs, je me dirige vers la gare Matabiau, un deuxième train est prévu pour 19h40. A pieds car je refuse de financer les transports en commun publiques (oui le militantisme libéral « au quotidien » et oui je suis quand même client SNCF : comme je n’ai pas le permis, je me vois mal faire le trajet en vélo ; activiste, idéaliste mais réaliste). Les connaisseurs de la ligne me stipuleront que c’est idiot puisqu’il passe à Saint-Agne. Le hic, c’est que je n’ai pas de billet, que le guichet va fermer, que j’ai du temps à perdre et que pour une fois j’aimerais avoir une place assise (ce qui ne m’est pas arrivé depuis des mois). Sans doute ai-je eu la prémonition que j’aurais de la matière à raconter. Quanrante-cinq minutes plus tard, je franchis le seuil de Matabiau. Les bornes hors-service m’obligent à suivre la queue des guichets. A ma grande surprise, il ne fallut que cinq minutes pour obtenir un billet. Hélas, l’enfer ne faisait que commencer. Si les travaux à l’intérieur du hall m’avaient détourné de l’agitation des « usagers » lorsque j’étais entré, un rapide coup d’œil au tableau d’affichage m’indique que presque tous les trains auront un « retard indéterminé » (dont le mien), les autres sont supprimés. Dans le capharnaüm ambient, je perçois une voix à côté de moi : « Il y’a une vraie marre de sang, des éclaboussures partout ».Malgré le battage médiatique à propos de l’Aïd El Kebir, je pense tout de suite à un suicide (vous êtes étonnés, n’est-ce pas ?). Il y’a quelques mois, j’avais déjà eu ce genre de contrariété dont le souvenir ne me laisse présager rien de bon. Au quai de départ, je trouve un vieux machin bourré à craquer de passagers excédés. Problème : il s’arrête à Tarbes. Ennuyeux, d’autant plus que ce serait incorrect de demander à mes parents de prendre le volant à cet heure-là. Confirmation par haut-parleur : « Accident d’une personne ». Un cheminot à qui je fais part de mon désarroi me lance un « Le train ? C’est celui de 18h11 qui n’est toujours pas parti, alors celui de 19h40, vous pensez.. »Il est 19h50 et je me prépare à une longue attente [destinée à rédiger ces quelques lignes]quand j’entend que le train de 19h40 circule. Aaah ! Seulement la voie qui lui est impartie est occupée par le train de 18h11. Peut-être s’agit-il de ce dernier Mystère ! Les hommes en rouge (« red rats ») chargés soit-disant du service en gare demeurent invisibles, terrés au fond d’un bureau. Les gens commencent à s’inquiéter, crient pour que quelqu’un daigne bien les renseigner. Un appel soulève le doute « Le train untel à destination de Tarbes départ immédiat. » (selon la norme SNCF soit « une fois qu’on aura fini le café »). Je ne suis pas satisfait pour autant : mon train à moi annoncé depuis près de vingt minutes n’a pas encore pointé le bout de son nez. Il faudra attendre 20h20 pour qu’il arrive.. à l’autre bout de la gare. Je m’installe tant bien que mal, téléphone à ma mère « Ouai, c’est bon je suis dans le train ». Grave erreur. Il ne faut jamais anticiper les caprices du destin. Le train ne partira qu’à… 21h00, soit 1h15 de retard. Youpi, l’organisation de la SNCF ça transcende sa race. En sus, il desservira toutes les bleds possibles et inimaginables ( normalement on a déjà droit à Toulouse-Matabiau, Toulouse Saint-Agne, Portet-Saint-Simon, Muret, Carbonne, Boussens, Saint-Gaudens, Montréjeau Gourdan-Poulignan, Lannemezan, Capvern, Tournay, Tarbes, Lourdes, Coarraze-Nay, Pau ce qui explique le temps de 2h30 pour relier deux villes distantes de moins de 200 kilomètres). A Lourdes, la SNCF en rajoute une couche dans le foutage de gueule : il faut laisser passer le TGV de Paris, ce qui nous fait attendre pas moins de vingt minutes. Finalement, nous arrivons enfin à Pau. Il est minuit 10, soit une heure trente-cinq de retard, nous n’avons pas reçu d’excuse, il n’ya pas le moindre employé pour poser une réclamation. De toute façon, je sais par expérience qu’ils ne rembourseront jamais un billet. La dernière fois ils avaient prétexté qu’ils ne pouvaient pas parcque c’était un suicide. Cette excuse ne tient pas : la SNCF ne rembourse pas, quelle que soit la cause et l’importance du retard.[Hors TGV me devrais-je de préciser et comme on me l’a rappelé sur des forums]
On me dira qu’il est curieux que je m’en prenne à la SNCF, que ce n’est pas elle qui s’est donnée la mort. Si je ne peux en effet lui reprocher l’accident en lui-même (le réseau appartenant à RFF), il me semble que la gestion catastrophique de la situation et le mépris du client caractérisent parfaitement une faute professionnelle grave.
Allez, pour la fin voici quelques morceaux de « La Charte de Service Publique de la SNCF » visant à promouvoir entre autres« l’efficacité et la transparence » : «La ponctualité constitue une exigence majeure en matière de transport des voyageurs et de fret que la SNCF entend satisfaire pour ses 15 000 trains quotidiens », « En cas d’incident ou de situation perturbée, donner aux clients l’information utile à la compréhension de l’événement et de ses conséquences ».

Faites-moi plaisir : ne vous suicidez pas sur les voies de chemin de fer. Choisissez la pendaison, le revolver, le poison, la noyade mais par pitié, pas ça !!

Publicités

La carte de fidélité SNCF Je me dois de vous entre…

septembre 18, 2005

La carte de fidélité SNCF
Je me dois de vous entretenir d’un secret honteux : je suis un client de la SNCF ( parce que je n’ ai pas encore mon permis…). Non pas que j’apprécie ce gouffre financier, rassurez-vous. La seule raison qui me pousse dans ses bras boudinés porte un nom : monopole d’état. (je reviendrais là-dessus dans un autre article).
A ce titre, j’ai pris une carte 12-25 à 49 euros, ce qui me permet de bénéficier de réductions, ma foi, assez intéressantes (25% ou 50% selon la période de départ). Fort bien, jusqu’ici tout semble normal.

Or, il se trouve que j’ai reçu par la Poste (on parlait de monopole d’état à l’instant) un courrier daté de la deuxième semaine de septembre de la SNCF, laquelle m’envoie une carte de fidélité. Whaou, impressionnant ! Alors que n’importe quelle compagnie aérienne a mis en pratique ce principe depuis des années, quel progrès fondamental ! Ils ont du embaucher un véritable pro du marketing pour penser à cela. La brochure me précise que la « La SNCF innove pour vos voyages… et votre plaisir ». Bon, à part l’autocongratulation habituelle, je prend ça plutôt comme une bonne nouvelle. Le fonctionnement est simple : On cumule des points (appelés S’miles) en achetant des billets de train ou en effectuant des achats chez les partenaires de la SNCF ( Galeries Lafayette, Nouvelles Galeries, Monoprix,BHV, Phox..) ; On peut ensuite échanger ces points contre des cadeaux ou des billets. Original, non ? Enfin, ne nous gaussons pas tout de suite, le meilleur va venir. Le barème de conversion qu’ils ont institué a sans doute nécessité un long calcul : un euro d’achat vous donne droit à un S’miles (oui, au singulier, ça garde le S). Mais, au fait, que peut-on avoir avec ces fameux points ? Allez, je ne vous fait pas languir plus longtemps.

-pour 500 S’miles (soit 500 euros d’achat) : avec 7 euros de suppléments un abonnement de six numéros à Winnie ou Babar (super j’ai pas de gosses)ou avec 5 euros de suppléments un abonnement de six numéros à Notre Temps ou 12 numéros de 20 ans (boooof) ou avec 12 euros de suppléments 12 numéros de Le Foot (non merci)ou avec un euro de suppléments une Mini Radio FM auto-scan (je vois le genre) ou toujours avec un euro en plus, une mini-besace bandoulière bi-colore ou un set enfant sac à dos +trousse (ça va servir pour mon petit frère de 18 ans ça) ou un réveil de voyage digital (de façon à vérifier que le train de la SNCF soit bien en retard ?)
-pour 550 S’miles (soit 550 euros d’achat) : avec un supplément d’un euro un cinéchèque une personne ou un porte-lecteur CD+10 inserts ( quelle affaire..)
-pour 600 S’miles (soit 600 euros d’achat) : avec 8 euros de suppléments, 26 numéros de Télé 7 jours (je n’ai pas la télé, ça m’arrange) ou avec 9 euros supplémentaires 12 numéros de Vocable ou avec 15 euros en sus 26 numéros de Elle (au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, je n’appartiens pas à la gente féminine) ou un billet pour le Futuroscope de Poitiers à condition d’ajouter 10 euros pour un enfant ou 17 euros pour un adulte ou avec un euro supplémentaire soit un sac besace (j’en ai déjà un sacré paquet)soit un thermomètre électronique (bonne idée, ça me permettra de vérifier que la clim du train ne marche jamais l’été à l’instar du chauffage l’hiver)
-pour 650 S’miles (soit 650 euros d’achat) : avec un euro supplémentaire une mallette de coloriage ( pour colorier les sièges, comme s’ils n’étaient pas déjà assez crades)
-pour 700 S’miles (soit 700 euros d’achat) : avec un euro de suppléments, un abonnement à 6 numéros d’Enfants Magazine ( j’y penserais pour mon grand-père) ou avec 12 euros supplémentaires à huit numéros de Géo ou avec un euro supplémentaire soit une montre water resistant (notez que c’est plus pratique que le réveil sus-nommé) soit un (une ?) plaid en polaire ( si quelqu’un sait à quoi ça ressemble, qu’il me fasse signe….)
-pour 800 S’miles (soit 800 euros d’achat) : 7 euros de réduction sur un billet de train
-pour 850 S’miles (soit 850 euros d’achat) : avec un euro de supplément, un multi-jeux 6 en 1 (je l’offrirais à ma mère, ça lui fera plaisir)
-pour 900 S’miles (soit 900 euros d’achat) : avec un euro en plus, un sac de voyage
-pour 1500 S’miles (soit 1500 euros d’achat), :un aller-simple seconde classe ou abonnement au Nouvel –Observateur (21 numéros, il faut payer 10 euros de supplément)
-pour 1900 S’miles (soit 1900 euros d’achat) : avec un euro en plus, une paire de jumelles (pour lire les panneaux annonçant les trains dans les gares, sympa)
-pour 2200 S’miles (soit 2200 euros d’achat) : un aller-simple première classe
-pour 2500 S’miles (soit 2500 euros d’achat) : un aller-retour seconde classe
-pour 3700 S’miles (soit 3700 euros d’achat) : un aller-retour première classe

Précisons naturellement que les voyages ainsi obtenus ne concernent pas toutes les destinations, que la SNCF se garde le droit de changer les barèmes,…enfin il y’a 8 pages de « Conditions générales ».
Géniallissime ! Ca vaut le coup de faire tout un barrouf et de m’envoyer pas moins de cinq feuilles papier glacé plus une carte magnétique qui vont finir tout droit à la poubelle.
Visiblement, la SNCF a beaucoup de mal à sortir tant de ses habitudes monopolistiques de non-satisfaction du client (pardon, de l’usagé selon le terme employé officiellement) que de l’incapacité totale à gérer une société convenablement. En effet, le nombre de points surprend (c’est peu de le dire): 2500 S’miles l’aller retour en seconde classe ? Vu que ça correspond à 2500 euros d’achats, ce n’est pas demain la veille que je partirais gratuitement. D’autres part, qui de 12 à 25 ans a des enfants (auxquels sont apparemment destinés les « cadeaux ») ? sérieusement, pas grand monde, voire personne.…La Poste (profitez-en, c’est une des rares fois où je chante ses louanges) a su nettement mieux s’adapter ( bagoo) à la clientèle étudiante. Les jeunes ne prennent le train que quand ils n’ont pas de voiture, car ils n’ont aucune envie de perdre du temps (exemple concret : le trajet Pau-Toulouse prend deux heures en voiture, deux heures et demi par le rail), de payer cher, de voyager dans de wagons crades, de n’avoir pas de place assise. Ce n’est certainement pas avec ce genre d’offres stupides qu’ils apprécieront le train.
Encore une tentative ratée de modernisation de la SNCF.

  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA dans
    ZAÏMA dans Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA dans Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA dans Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA dans La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus dans (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus dans Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond dans Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku dans La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 dans La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups dans Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon dans 30 000 visiteurs!!
    Anonymous dans 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus dans Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z dans 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius
  • Publicités