Archive for janvier 2006

Vert de rage Mon désespoir va croissant en ce déb…

janvier 31, 2006

Vert de rage
Mon désespoir va croissant en ce début d’année 2006. L’islamisation commence à se faire sentir un peu trop à mon goût, surtout quand elle bénéficie de la protection de la bien-pensance occidentale.
Ces derniers jours ont vu l’élection des antisémites abrutis du Hamas (accessoirement classé terroriste par l’UE et les USA) tout de vert vétus (ou voilés) en Palestine grâce à un programme relativement modéré: Islam, Islam, Islam, Islam et massacre des infidèles (principalement les Juifs). Pas de quoi fouetter un chat d’or donc. Il convient selon tous les observateurs « civilisés » de reconduire nos financements à l’Autorité Palestinienne. Au risque de passer pour le dernier des imbéciles naïfs, j’ignorais même qu’on les financait.
Néanmoins, ça se passe en Palestine, dans une région où la raison n’entre pas en compte dans la politique. A priori, ça ne nous concerne pas directement.
En revanche, un peu plus près de nous, au Danemark et en Norvège, un journal satirique a osé caricaturer le prophète Mahomet (Mon Dieu, quel scandâââle!). Tollé des fascistes moyen-âgeux, assaut des bureaux de l’UE à Gaza, protestations des leaders antisémites (pardon nazislamistes). Et que font les dirigeants danois?? hein?? Ils protègent la liberté d’expression, fondement essentiel de nos droits individuels?? Que nenni. Ne rêvons pas! Ils ont présenté leurs excuses… courbé l’échine devant les chiens.
Il faut avouer que la Chiraquie goulagisante avait bien donné le ton fin 2005: les identitaires de Solidarité des Français ont pris depuis plusieurs années l’habitude de distribuer de la soupe au porc aux sans-abris dans de nombreuses villes (en particulier Nice et Paris). Même si le message sous-jacent est aussi clair que peu reluisant, on ne peut les blâmer: ils n’obligent personne, n’interdisent rien à personne, n’ont pas volé leurs concitoyens pour leurs actions. Ca n’a pas empêché nos pouvoirs publiques soutenus par les ordures de SOS Racisme et du MRAP d’interdire ces distributions..

Dhimmitude quand tu nous tiens.

(La soupe au porc a commencé à faire du bruit dès début décembre 2005.. Le Hamas a remporté les élections palestiennes le 25 janvier avec 35% des voix..)

Les pensées du jour .J’ai décidé de collaborer a…

janvier 20, 2006

Les pensées du jour

.J’ai décidé de collaborer avec l’équipe de extrème-centre pour du crossblogging.

. Mon PC plante dangereusement, ne vous étonnez pas si tout à coup j’ai une grosse absence…

. Les crétins de l’UNEF sont en train de faire signer des pétitions à Toulouse contre le contrat nouvelle embauche machin chouette de monsieur Brushing.. Moi qui pensais qu’ils s’occupaient des étudiants (non, alleeeez je rigole, j’y ai pas cru une seconde). Naturellement, j’ai refusé et de prendre le tract et de signer. Je me suis rappelé en plus que ces connards nous avait bloqués les salles de cours l’an dernier avec des cadenas…

Grosses boulettes d’Evo Morales : Le président bol…

janvier 20, 2006

Grosses boulettes d’Evo Morales :
Le président bolivien élu le 19 Décembre sous les couleurs du Movimiento Al Socialismo devrait éviter la consommation de la coca qu’il cultive. L’un des alcaloïdes de la plante bien connu dans le show-biz bobo a attaqué profondément les circonvolutions de l’encéphale de la nouvelle idole de l’alter-mafia grand croisé de la « lutte anti-impérialiste et anti-libérale » . Enième bouffon incapable que présentent les marxistes en Amérique Latine, Morales a acquis sa popularité en défendant les cocaleros puis pour ses positions marxistes sur l’économie (nationalisation des compagnies gazières et pétrolières)Si on le savait proche de l’apprenti-dictateur Chavez, l’illuminé indigéniste (l’un de ses proches Felipe Quispe pratique un racisme latent vis-à-vis des « Blancs » ou des Juifs) ne manque pas de références parmis les ordures internationales. En voyage à la Havane, il salue en Fidel Castro « le maître, le sage » sans pensées pour les dizaines de milliers de victime du leader maximo. Oubliés Jesus Carreras, les Tostadoras, l’exil des Marielitos ou les pelotons d’execution. A Pekin, l’indien rouge proclame son « respect » de Mao (oui, oui, le Mao! ) et sa volonté d’une « alliance politique et idéologique » avec la République Populaire Chinoise. Rappellons que le nombre de mort dont le régime communiste chinois porte la responsabilité s’élève à 65 millions de morts (estimations entre autres de Jean-Louis Margolin).
Alors que les gratte-papiers s’acharnent à vouloir faire passer Mort-à-l’aise pour un modéré, il serait pertinent d’examiner ces déclarations inacceptables, qui plus est venant d’un Chef d’Etat élu par 54% de la population bolivienne.On ne peut tolérer l’apologie de crimes contre l’Humanité. On ne peut croire que ce populiste a sa place à la tête de la Bolivie. On ne peut pas plus imaginer que Morales est un modéré!

Ma soirée d’usager SNCF J’ai pour habitude de ren…

janvier 14, 2006

Ma soirée d’usager SNCF
J’ai pour habitude de rentrer chez mes parents toutes les deux semaines le plus souvent au moyen des wagons à bestiaux (les Français sont des veaux, paraît-il) que la SNCF emploie sur la ligne Toulouse-Bayonne. Ainsi, hier, à 18h10 (précision : ce train ne va que jusqu’à Tarbes, ma mère venant m’y chercher) j’arrive à la gare Saint-Agne où la borne affiche naturellement « hors-service ». Par chance, la guichetière travaille encore, elle donne même l’impression d’avoir fort à faire (étrange). Un train stationne à quai, sûrement le mien. Avant que j’atteigne la préposée, le cheval de fer met les voiles. Ach so ! Prenant mon courage à deux mains en même temps que mes sacs, je me dirige vers la gare Matabiau, un deuxième train est prévu pour 19h40. A pieds car je refuse de financer les transports en commun publiques (oui le militantisme libéral « au quotidien » et oui je suis quand même client SNCF : comme je n’ai pas le permis, je me vois mal faire le trajet en vélo ; activiste, idéaliste mais réaliste). Les connaisseurs de la ligne me stipuleront que c’est idiot puisqu’il passe à Saint-Agne. Le hic, c’est que je n’ai pas de billet, que le guichet va fermer, que j’ai du temps à perdre et que pour une fois j’aimerais avoir une place assise (ce qui ne m’est pas arrivé depuis des mois). Sans doute ai-je eu la prémonition que j’aurais de la matière à raconter. Quanrante-cinq minutes plus tard, je franchis le seuil de Matabiau. Les bornes hors-service m’obligent à suivre la queue des guichets. A ma grande surprise, il ne fallut que cinq minutes pour obtenir un billet. Hélas, l’enfer ne faisait que commencer. Si les travaux à l’intérieur du hall m’avaient détourné de l’agitation des « usagers » lorsque j’étais entré, un rapide coup d’œil au tableau d’affichage m’indique que presque tous les trains auront un « retard indéterminé » (dont le mien), les autres sont supprimés. Dans le capharnaüm ambient, je perçois une voix à côté de moi : « Il y’a une vraie marre de sang, des éclaboussures partout ».Malgré le battage médiatique à propos de l’Aïd El Kebir, je pense tout de suite à un suicide (vous êtes étonnés, n’est-ce pas ?). Il y’a quelques mois, j’avais déjà eu ce genre de contrariété dont le souvenir ne me laisse présager rien de bon. Au quai de départ, je trouve un vieux machin bourré à craquer de passagers excédés. Problème : il s’arrête à Tarbes. Ennuyeux, d’autant plus que ce serait incorrect de demander à mes parents de prendre le volant à cet heure-là. Confirmation par haut-parleur : « Accident d’une personne ». Un cheminot à qui je fais part de mon désarroi me lance un « Le train ? C’est celui de 18h11 qui n’est toujours pas parti, alors celui de 19h40, vous pensez.. »Il est 19h50 et je me prépare à une longue attente [destinée à rédiger ces quelques lignes]quand j’entend que le train de 19h40 circule. Aaah ! Seulement la voie qui lui est impartie est occupée par le train de 18h11. Peut-être s’agit-il de ce dernier Mystère ! Les hommes en rouge (« red rats ») chargés soit-disant du service en gare demeurent invisibles, terrés au fond d’un bureau. Les gens commencent à s’inquiéter, crient pour que quelqu’un daigne bien les renseigner. Un appel soulève le doute « Le train untel à destination de Tarbes départ immédiat. » (selon la norme SNCF soit « une fois qu’on aura fini le café »). Je ne suis pas satisfait pour autant : mon train à moi annoncé depuis près de vingt minutes n’a pas encore pointé le bout de son nez. Il faudra attendre 20h20 pour qu’il arrive.. à l’autre bout de la gare. Je m’installe tant bien que mal, téléphone à ma mère « Ouai, c’est bon je suis dans le train ». Grave erreur. Il ne faut jamais anticiper les caprices du destin. Le train ne partira qu’à… 21h00, soit 1h15 de retard. Youpi, l’organisation de la SNCF ça transcende sa race. En sus, il desservira toutes les bleds possibles et inimaginables ( normalement on a déjà droit à Toulouse-Matabiau, Toulouse Saint-Agne, Portet-Saint-Simon, Muret, Carbonne, Boussens, Saint-Gaudens, Montréjeau Gourdan-Poulignan, Lannemezan, Capvern, Tournay, Tarbes, Lourdes, Coarraze-Nay, Pau ce qui explique le temps de 2h30 pour relier deux villes distantes de moins de 200 kilomètres). A Lourdes, la SNCF en rajoute une couche dans le foutage de gueule : il faut laisser passer le TGV de Paris, ce qui nous fait attendre pas moins de vingt minutes. Finalement, nous arrivons enfin à Pau. Il est minuit 10, soit une heure trente-cinq de retard, nous n’avons pas reçu d’excuse, il n’ya pas le moindre employé pour poser une réclamation. De toute façon, je sais par expérience qu’ils ne rembourseront jamais un billet. La dernière fois ils avaient prétexté qu’ils ne pouvaient pas parcque c’était un suicide. Cette excuse ne tient pas : la SNCF ne rembourse pas, quelle que soit la cause et l’importance du retard.[Hors TGV me devrais-je de préciser et comme on me l’a rappelé sur des forums]
On me dira qu’il est curieux que je m’en prenne à la SNCF, que ce n’est pas elle qui s’est donnée la mort. Si je ne peux en effet lui reprocher l’accident en lui-même (le réseau appartenant à RFF), il me semble que la gestion catastrophique de la situation et le mépris du client caractérisent parfaitement une faute professionnelle grave.
Allez, pour la fin voici quelques morceaux de « La Charte de Service Publique de la SNCF » visant à promouvoir entre autres« l’efficacité et la transparence » : «La ponctualité constitue une exigence majeure en matière de transport des voyageurs et de fret que la SNCF entend satisfaire pour ses 15 000 trains quotidiens », « En cas d’incident ou de situation perturbée, donner aux clients l’information utile à la compréhension de l’événement et de ses conséquences ».

Faites-moi plaisir : ne vous suicidez pas sur les voies de chemin de fer. Choisissez la pendaison, le revolver, le poison, la noyade mais par pitié, pas ça !!

Pensées du jour et remerciements C’est vrai, ces …

janvier 13, 2006

Pensées du jour et remerciements

C’est vrai, ces derniers temps je me suis laissé un peu distraire et j’ai manqué à mon devoir : remercier ceux qui m’ont soutenu, par exemple en me référençant sur leur site :
Lafronde, Arnaud, xxc (le citoyen durable), le reseaulib, Polykrate (pf :ultima), Fabrice (le webring de Cattalaxia), Geoffroy, Matthieu, Woland, mon frère Clément, Eliott, les Carnets du Chemin Ascendant, Stéphane, Nastytemper, Sylvain, Objectif Liberté, … et tous les autres.

Une mise à jour des liens et une nouvelle gestion des articles par thèmes sont prévues pour très bientôt.

Allez voir la dernière action de la BAF, ça vaut le détour : ici.

Galileo, le piège utilitariste A la fin des a…

janvier 12, 2006

Galileo, le piège utilitariste

A la fin des années 1970, le Department of Defense américain lançait le projet NAV.S.T.A.R-G.P.S, autrement dit le GPS, un système de positionnement par satellite fonctionnant sur le principe de la triangulation grâce à une constellation de 24 satellites. Révolution dans le monde militaire, le GPS n’offrit pendant de nombreuses années qu’une faible précision aux civils (de l’ordre d’un centaine de mètres). En 2000, Bill Clinton permet une amélioration du service pour atteindre une précision de 20 mètres. Tout ceci, je ne vous le cache pas, financé gracieusement par le contribuable américain, qui, comme en France, n’a pas son mot à dire. Quoiqu’ exceptionnel en soit, ce système n’est pas dénué de problèmes : les signaux peuvent être perturbés (par le relief, l’atmosphère, ..), déviés en ricochant sur une surface, et surtout il est placé sous contrôle de l’armée américaine, laquelle a par là même l’opportunité de dégrader les signaux, voire de les couper.
En réaction à l’apparition du GPS, les militaires soviétiques mettent en route le projet GLONASS, qui aurait du s’appeler GRONAZE tellement ses performances tiennent de celles de la Lada.
Ainsi, il était urgent qu’apparaisse un concurrent au GPS en vue de casser le monopole, apporter un meilleur service tout en étant indépendant de la diplomatie ou des intérêts américains. Une organisation que l’on ne connaît pas très bien, usant de sigles ficelles, l’ Union Européenne (payée par vos impôts) s’acoquine alors avec une autre agence l’ESA (un peu long à expliquer mais vous pouvez être certains qu’il y’a quelques centaines d’euros de votre poche dans ce machin) en vue de bâtir…. Galileo. Boum, dans la gueule des Amerloques! Pas moins de trente satellites gravitant autour de 3 orbites différents ça va impressionner le populo, qui, ébloui par la lumière des étoiles n’a pas eu conscience de s’être fait racketté par les racailles fiscales.
A fonctionnement étatique, gestion complexe : l’UE associée, je viens de l’écrire, avec l’ESA fonde Galileo Joint Undertaking (autrement dit une bonne part de votre fric), qui accorde des concessions à deux consortiums iNavSat (EADS, Thales, Inmarsat) et Eurely (Alcatel, Finmeccanica, AENA, Hispasat) valables jusqu’en 2026. Vous suivez ? Je continue. D’autres pays non européens ont aussi signé des accords de participation : la Chine (pas Taïwan, évidemment mais la République Populaire Chinoise), l’Inde, Israël et l’Ukraine, des discussions étant en cours avec une bonne dizaines d’autres pays. Dans ce capharnaüm, on ne sait plus qui fait quoi ou qui paye. Car, vous vous en doutiez, l’addition est salée : environ 3,4 milliards d’euros (je précise environ, les chiffres ayant tendance à prendre de l’altitude de semaines en semaines) dont une grande partie ( à priori un tiers) proviendra de financement publique.
Vous avouerez une chose étrange néanmoins : pour éviter de dépendre de considérations politico-diplomatiques propres au GPS, d’autres Etats rentrent dans le jeu. Autrement dit, le problème n’est pas résolu, il est simplement camouflé : tant que des Etats contrôleront ces systèmes, nous serons à la merci des appétits des puissants rois de ce monde. Enfin, ce que j’en dis, hein…
D’ailleurs, avons-nous réellement besoin de l’Etat pour Galileo? Les fonctionnaires de l’Education Nationale nous ont formé à penser que celui-ci répondrait à tous nos problèmes, et que Galileo étant utile pour tous, il se devait de le financer, mutualisant tous les efforts possibles (dixit l’étatiste). Le journaliste, privilégié du système, rajoutera que les investissements ne peuvent qu’être pris en charge par l’Etat, aucune société privée ne pouvant se permettre des investissements à long terme.
Clouons déjà le bec à l’homme du canard en lui faisant part de quelques découvertes réalisées par le secteur privé : la roue, l’avion, le DVD, la voiture, le chemin de fer, la carte à puce, la voiture hybride, la pile à hydrogène, … Si ces inventions n’ont en effet pas coûtée trois milliards d’euros de développement, il est à noter qu’il est devenu plus aisé de nos jours de trouver des financements, en particulier grâce au système d’actionnariat. Maintenant, passons à votre cher professeur, jadis perché sur les barricades de la Sorbonne et aujourd’hui lecteur assidu du Monde Diplomatique entre deux réunions syndicales : d’une part il n’est pas sûr que tout le monde profite de Galileo (le contraire est même certain) et d’autre part il me semble que l’action de s’accaparer le bien d’une personne sans son consentement porte un nom : le vol. Que ceci soit le fait d’une ou plusieurs personnes n’y change rien, pas plus que son utilité. Rothbard écrivait à ce propos « Un voleur qui justifierait son vol en expliquant comment il a réellement aidé ses victimes et comment ses dépenses ont stimulé le commerce ne convaincrait personne ; mais quand sa théorie revêt l’apparence d’équations keynésiennes et de références édifiantes à « l’effet multiplicateur », elle emporte davantage la conviction, malheureusement. ». Qui plus est, si l’utilité du système n’est plus à démontrer, qu’il y’a des clients potentiels, en bref qu’il est rentable, je ne vois pas pour quelle raison on nous ponctionne. J’avoue volontiers que bâtir une entreprise de toute pièce dans le spatial relève de l’exploit : elles devront sans doute naître de la privatisation des agences existantes.

L’ingérence des Etats relève d’une erreur grossière de jugement économique (résultat de dizaines d’années de keynesianisme utilitariste) sans oublier un souci de propagande pro-Toulouse, pro-Europe et fondamentalement étatiste. Pour autant, je n’imagine pas un instant que mon analyse connaisse un grand succès dans un monde où le vol trouve grâce au yeux de certains s’il peut les servir.

Les vrais articles reviendront bientôt, ne vous in…

janvier 5, 2006

Les vrais articles reviendront bientôt, ne vous inquiétez pas..

Petite chanson pour la route Libres ? On est bi…

janvier 5, 2006

Petite chanson pour la route

Libres ?

On est bien trop libre,
Surtout l’économie,
On est bien trop libre
Lois, décrets, édits
Doivent tout bloquer,
L’intérêt général,
Tous nous guider
Vers le saint graal.

Fight for your freedom
Here is cowards kingdom
They’ve all forgotten
We’re under heavy chains [bis]

X2

On est bien trop libre,
Et il faut que ça cesse,
On est bien trop libre,
Faut rétablir les SS,
Construire des frontières,
Etatiser l’économie,
Saluer la patte en l’air,
Un sain retour à la patrie.

On est bien trop libre
Ne voyez-vous pas ?
On est bien trop libre,
Vivement la Chariah,
Retrouver les valeurs :
Sexisme, intolérance,
Crime d’honneur
Et partout violence

On est bien trop libre,
Des années que ça dure,
On est bien trop libre,
Rétablir la censure.
Contrôler la pensée,
Régir les plumitifs,
Au moins les torturer,
Et taire les plus rétifs.

On est bien trop libre,
Comme dirait Marx,
On est bien trop libre,
Y’a pas assez de taxes,
Et puis il nous manque
Une police rouge
Avec kalach et tank
Pour flinguer tout ce qui bouge.

On est bien trop libre,
Ca devient dément,
On est bien trop libre
Construisons des camps
Pour nos ennemis.
On les tuera à la tache,
Pour assainir le pays,
On gazera les lâches.

  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA sur
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus sur (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus sur Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond sur Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups sur Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon sur 30 000 visiteurs!!
    Anonymous sur 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus sur Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z sur 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius