Archive for the ‘Immigration’ Category

Immigration : que faire ? Cela est devenu un li…

octobre 9, 2005

Immigration : que faire ?

Cela est devenu un lieu commun : l’immigration (qui vient du latin immigrare, « pénétrer dans », ce qui ne veut pas dire que les immigrées sont des filles faciles) pose problème. Pardon, les immigrés posent problème. D’un côté on a les pourfendeurs de « bougnoules », « bridés » et autres « bamboulas » que vous pouvez croiser si le cœur vous en dit à la Fête des Bleu Blanc Rouge ou à la sortie du tribunal. Ils craignent la fin de la France, les violeurs de petite vierges, la violence, le rap (ce que je comprend tout à fait), le thé à la menthe, les francs-maçons et le kebab. De l’autre côté se trouvent les soi-disant amis du genre humain : SOS Racisme, PS, PCF, Verts, LCR, alter mondialistes, Droit Au Logement, sans oublier le syndicat des éboueurs (ou les éboueurs des syndicats). A leurs habitudes, ils prônent la « solidarité » obligatoire en criant « tous les travailleurs sont frères », les problèmes étant bien entendu exagérés par les médias ( TF1 en tête parce que, tu comprends, camarade, c’est privé). Et puis tout ça c’est parce qu’ils sont pauvres, camarade, tu ne les as pas aidés (le petit côté déterministe-situationniste qui ressort).

Nier les failles du système français constituerait une erreur majeure. Ayant passé quatre années de ma scolarité en ZEP, les ornières devant mes yeux de chérubins ont vite disparu, laissant place à l’époque à une vision très anglo-saxonne de l’immigration, avec le système de point que l’on connaît en Australie ou, dans une certaine mesure au Canada. J’ai depuis évolué.

Il convient, comme à l’habitude, de prendre deux approches en considération : celle du droit naturel et celle de l’efficacité, le côté plus pratique de la chose

La liberté de circulation constitue un pilier de la liberté individuelle. Aucune entité qu’elle soit individuelle,associative, privée, publique, étatique, ne doit m’interdire de me rendre là où je le désire s’il n’en est le propriétaire et si ce dernier m’a donné son accord. Les frontières entre nations s’apparentent trop souvent à des barrières clôturées qui réduisent cette liberté de circulation, ce qui ne préoccupent guère les xénophobes frileux hurlant au « chacun chez soit ». Ce raisonnement simpliste que l’on retrouve fréquemment chez des personnes apparemment très bien cache mal la volonté de s’approprier ce qui ne nous appartient pas : Un pays n’est pas une propriété collective, mais la somme de propriétés individuelles sur lesquelles seul le droit naturel est à respecter et non la volonté de la majorité des autres propriétaires. Une limitation étatique de l’immigration est une violation de la liberté de circulation et du droit de propriété. D’ailleurs est-ce vraiment l’immigration qui pose un problème ? Regardons l’Amérique et l’Australie. Qui a apporté la richesse si ce n’est les immigrés ?

Personne n’a le droit d’interdire à l’Homme Libre de circuler où il le souhaite s’ il respecte les droits fondamentaux.

Nous voici donc arrivés au moment où l’on accepte que tout homme libre puisse résider en France. Fort bien. Seulement, le problème n’est pas résolu : « Quoi ? mais alors tout le monde va venir chez nous pour profiter de nos avantages ? Vous êtes fou à lier, m’sieur Aubert .» Je m’en vais vous rassurer de ce pas: cette libération (ou libéralisation) de l’immigration ne peut pas tenir et ne doit pas être sans une diminution drastique des aides sociales. Elle ne doit pas, car les aides sociales qu’elles aillent à un Français de souche ou à un immigré relèvent toujours du vol, puisque pris sans consentement au « donateur » ( appelé couramment contribuable, donateur serait trop sympathique). Elle ne peut pas pour une simple raison pratique : ce serait une ruée vers la France qui achèverait définitivement le pays.

Donner des aides sociales serait du du vol et un suicide financier

On s’aperçoit ici qu’encore une fois, sur la question de l’immigration libérée et desétatisée, le déontologisme rejoint l’utilitarisme, ce qui, il me semble, prouve la cohérence du raisonnement ( tiens, mes chevilles enflent démesurément…), en restant dans le cadre libéral du respect de la liberté et des droits naturels par l’Etat minimal.

Publicités
  • Archives

  • Articles récents

  • Commentaires récents

    ZAÏMA sur
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur Le Camp de la Mort de Tol…
    ZAÏMA sur La Péninsule des Balkans-Chapi…
    ysengrimus sur (Précision pour ceux qui ont d…
    ysengrimus sur Ajouts de liens
    plutôtlibéralaufond sur Un Beau Rêve (Karl Popper…
    Miroku sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    anonyme 32123 sur La carte de fidélité SNCF Je m…
    Les Stups sur Être gouverné ( Pierre-Joseph…
    Simon sur 30 000 visiteurs!!
    Anonymous sur 30 000 visiteurs!!
    ysengrimus sur Libéralisme et Religion (Ludwi…
    Z sur 30 000 visiteurs!!
  • Blog Stats

  • Catégories

  • A Matter of Life and Death Angry White Boy Polka archéofuturisme Armes Army of Lovers Around the World Babooshka Bang Bang Beer Beer Bernard Laporte Birth of Venus Illegitima Bottes Boys don't cry Brigitte Bardot Brit Brit rock Calice Cherry Lips Cortège Cover Daft Punk Da Funk Dance Dangerous Dirty Old Town Du Hast Duong Truong Son Evil Franz Ferdinand From Roots Garbage Get Along God Is God Gouzmandamaz Guns Guns N' Roses Idrovolante Indus In Flames Insurrection Interpol ipvox Iron Maiden Israelism Jazz Juno Reactor Kate Bush Killing an Arab Kiss My Glock Klezmer Korpiklaani Ladytron Liberté Live Losing My Religion Marylin Manson Metal Metallica Metropolitan Klezmer Nancy Sinatra Nappy Noir Désir Nosfell Nothing else matters Népotisme Only for the weak Ot Azoy Neyt A Shnayder Paris Brûle Prop Rock The Cure The Libertines électro émeute übergenius