Un entretien avec le médecin (Verly)

Ma pauvre femme est toujours à l’hôpital. Le médecin m’a engagé à espacer mes visites le plus possible, pour lui éviter des causes de surexcitation. Lorsque j’arrive, elle se jette passionnément dans mes bras, comme si je venais d’échapper à quelque grand péril, et quand je la quitte, ce sont chaque fois des scènes de désespoir. Quand je suis parti, elle est en proie à une agitation extrême, que suit une sorte de prostration; elle pense sans cesse à moi, à ses enfants, à son père, s’imagine que nous sommes exposés à toutes sortes de persécutions et de dangers et s’affole à l’idée qu’elle ne nous reverra plus. Son esprit ne s’est pas encore remis des ébranlements successifs causés par la fuite de François et d’Aline et par la mort de notre petite Marie.
J’étais si inquiet de son état que, hier, j’ai voulu prendre à ce sujet l’avis de notre vieux médecin, qui la soigne depuis notre mariage et connait très bien son tempérament. Il venait de voir un jeune suicidé et était tout attristé de n’avoir point réussi à le rappeler à la vie.
– Désolé de ne pouvoir vous satisfaire, mon brave Martin, me dit-il. Voyez il est cinq heures : j’ai dépassé la limite maxima de ma journée de travail, et jusqu’à demain matin, il ne m’est plus permis, malgré la meilleure volonté du monde, de faire acte professionnel. J’ai déjà été dénoncé trois fois par de jeunes confrères réprimandés, eux, pour n’avoir pas justifié de l’emploi régulier de leurs huit heures, et j’ai été sévèrement puni pour surproduction. Une nouvelle récidive pourrait entraîner pour moi les conséquences les plus graves.
Je m’abstins donc d’insister, et nous nous mîmes à causer de choses étrangères au sujet qui m’intéressait. Il me reparla de la visite qu’il venait de faire et de la multiplication vraiment effrayante des suicides depuis la socialisation de notre pays.
– Votre jeune homme était probablement un amoureux désespéré? observais-je.
– Non. Dans le nombre des suicides, il en est assurément qui ont pour cause des chagrins d’amour. La politique ne peut rien changer à cela : il y a toujours eu et il y aura toujours des amants rebutés et des femmes délaissées. L’amour ne se décrète pas plus que la fidélité. Mais l’espèce d’épidémie qui va croissant de jour en jour à une autre origine. J’ai été médecin militaire, vous savez, et j’ai eu l’occasion d’observer des cas analogues au régiment. J’ai vu des jeunes gens de bonne constitution, qui ne se plaignaient ni de l’ordinaire, ni de l’uniforme, ni de la chambrée, se détruire simplement parce qu’ils ne pouvaient s’habituer à la discipline qui leur était imposée et à la monotonie de la vie de caserne.
– Ces jeunes soldats avaient pourtant la perspective d’en être quittes après deux ou trois ans et de recouvrer alors leur entière liberté?
– Parfaitement. Mais la nostalgie ne raisonne pas. Eh bien ! nous nous trouvons ici en présence de cas identiques, aggravé par le défaut total d’espérances. Les restrictions apportées à la liberté personnelle, l’étroite prison morale dans laquelle l’individu se trouve enfermé par l’organisation socialiste de la production et de la consommation, la notion de la perpétuité de cette existence terne et moutonnière qu’aucune initiative ni aucun effort de volonté ne peuvent améliorer, ont diminué dans une telle proportion le charme de la vie, qu’un certain nombre de citoyens en sont arrivés à considérer le suicide comme le seul moyen d’échapper à une destinée intolérable pour eux.

Hippolyte Verly, in Les socialistes au pouvoir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :